WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

L'influence de la politique tarifaire sur la croissance des entreprises publiques. Cas de la REGIDESO de 2005 à  2008

( Télécharger le fichier original )
par Alida Hervé NDONTONI NZENZO
Université libre de Kinshasa - Licence en gestion financière 2011
  

précédent sommaire suivant

I.2.1.4 Théorie des prix sur des marchés de concurrence parfaite

La concurrence parfaite est un modèle économique d'un marché possédant les caractéristiques suivantes : chaque agent économique agit comme si les prix étaient des données, le produit est homogène, les ressources sont parfaitement mobiles, ce qui signifie notamment la libre entrée et sortie des entreprises, et tous les agents économiques du marché disposent d'une connaissance complète et parfaite17(*).

Notons aussi que la concurrence parfaite est le terme utilisé par les économistes pour décrire une situation de marché où :

a) les offreurs et les demandeurs considèrent tous que le prix est donné sur le marché ;

b) les produits vendus sont homogènes, le produit d'un vendeur est identique à celui de tout autre vendeur ;

c) toutes les ressources sont parfaitement mobiles et peuvent instantanément entrer ou sortir du marché en réponse à des signaux monétaires et ;

d) les consommateurs, les producteurs et les propriétaires des facteurs de production possèdent une information complète et parfaite.

Ces hypothèses sont évidemment irréalistes et on n'a jamais observé de marché réunissant toutes ces conditions.

Néanmoins, le modèle est souvent utilisé par les économistes car les conclusions que l'on peut en tirer ont permis dans une large mesure d'expliquer et de prévoir les phénomènes réels.

Lorsque l'entreprise se trouve dans des conditions de court terme dans une branche en concurrence, elle considère le prix comme donnée et choisit le niveau de la production qui égalise le prix et le coût marginal. A ce niveau, les profits de court terme sont maximisés (ou les pertes minimisées).

Si, au niveau où le prix est égal au coût marginal, le revenu total est inférieur au coût variable total, l'entreprise arrêtera sa production et enregistrera une perte (minimale) de court terme égale aux coûts fixes.

Lorsque les prix des facteurs de production ne changent pas à la suite d'une variation de leur utilisation par la branche, la courbe d'offre de court terme d'une branche en situation de concurrence sera simplement égale à la somme des courbes de coût marginal des entreprises de la branche. (Notons cependant que si la prix est inférieur au coût variable moyen de chaque entreprise, la production de la branche sera nulle).

Lorsque les prix des facteurs changent à la suite d'une variation de leur utilisation par la branche, la courbe d'offre ne sera plus égale à la somme des courbes de coût marginal de toutes les entreprises. Dans ce cas, il est nécessaire de tenir compte des déplacements de la courbe de coût marginal de chaque entreprise lorsque la production de la branche croît pour obtenir la courbe d'offre de la branche18(*).

Graphique n°1.1 : Théorie des prix sur des marchés de concurrence parfaite

RM Cm

CM CM

A S B RM=P

PROFIT

D

O q Q

L'objectif de l'entreprise étant de maximiser le profit, le volume de production qui permet d'atteindre un tel objectif doit être recherché dans la zone de profit. Plus précisément, ce volume sera déterminé au point où le coût marginal sera égal à la recette marginale, soit « q ».

A ce niveau de production, le profit total maximum est représenté par la distance ABCD.

* 17GOULD I.P. & FERGUSON C.E., Théorie microéconomique, Ed. ECONOMICA, Paris, 1982, p. 247

* 18GOULD (I.P). & FERGUSON ( C.E)., op. Cit. p. 278

précédent sommaire suivant











9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.



Visitez Arcy sur Cure

Camping du Saucil a(Villeneuve sur Yonne)