WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Analyse comparée de la méthode ABC et celle des coà»ts complets dite des sections homogènes pour la détermination et la gestion des coà»ts dans une entreprise industrielle. Cas de la SODECO (Société de Déparchage et de Conditionnement )

( Télécharger le fichier original )
par Yvette BWIZIGIRO Gilbert NTAHOKAJA
Université du Burundi - Licence en économie 2009
  

précédent sommaire suivant

I.1.2. La méthode d'imputation rationnelle

La méthode d'imputation rationnelle consiste à inclure dans les coûts la part des charges fixes calculées à un niveau d'activités préalablement défini comme normal.

C'est une méthode en principe qui consiste à éclaircir l'influence du niveau d'activité sur les coûts que la méthode des sections homogènes ignore totalement.

En effet, toute entreprise a un niveau d'activités qu'elle ne peut pas dépasser du moins dans un court terme. Ce niveau d'activités est appelé CAPACITE THEORIQUE. C'est un niveau maximum qui ne peut jamais être atteint en pratique car il est rare, voire impossible qu'une entreprise travaille 24 heures sur 24 sans arrêt ; sans panne machine sans absence des travailleurs, sans coupure du courant etc.

On définit alors la capacité effective comment le niveau d'activités qui peut être en considérant le temps d'entretien des machines, le temps de préparation et l'absentéisme éventuel de la main d'oeuvre.

En principe, cette capacité effective devrait être atteinte en pratique, mais c'est rarement à cause des paramètres divers comme le fainéantisme des travailleurs, coupure de courant etc.

Il est nécessaire alors de définir la capacité utilisée comme le niveau d'activités le plus fréquemment atteint. Cette capacité correspond donc à l'activité normale de l'entreprise. C'est-à-dire qui résulte de ses capacités de production. L'activité normale sera alors l'activité potentielle de l'entreprise.

L'activité normale de l'entreprise peut correspondre à l'activité prévisionnelle telle qu'elle résulte du volume des ventes possibles, cette activité prévisionnelle pouvant être déterminée suivant deux horizons :

- à court terme, l'activité prise comme normale correspond à celle qui est nécessaire pour satisfaire le volume des ventes prévisionnelles de l'exercice et varie par conséquent d'un exercice à l'autre.

- à moyen terme, l'activité considérée comme normale est déterminée sur la base des prévisions de ventes sur plusieurs années, de telle sorte que les fluctuations d'activité normale soient nivelées.

En réalité cette méthode repose sur la notion d'activité normale et sur la destination des charges variables et des charges fixes. Les charges variables sont considérées dans leur totalité, alors que charges fixes ne sont considérées que par rapport au niveau d'activité réelle de l'entreprise.

Si le niveau d'activité réelle est inférieur à celui d'activité normale une partie des charges fixes n'est pas imputée aux coûts de l'entreprise. Cette partie des charges fixes est appelée « Mali de sous activité ». Si le niveau réel d'activité est supérieur à la normale, il y a surplus de charges fixes est imputé aux coûts de l'entreprise, ce surplus constitue un boni de suractivité.

Si le niveau d'activité réelle correspond exactement au niveau d'activité normale, la méthode de l'imputation rationnelle est synonyme de la méthode des sections homogènes3(*)

D'une façon générale, la mise en place de cette méthode nécessite au préalable des éléments indispensables, parmi lesquels :

- Le découpage de l'entreprise en centres d'analyse.

- La détermination du niveau d'activité considéré comme normal.

- Distinguer les charges variables et les charges fixes pour chaque centre d'analyse.

Cette méthode d'imputation rationnelle constitue donc une méthode améliorée parmi les méthodes des coûts partiels.

D'une façon générale, le principe de la méthode de l'imputation rationnelle peut se résumer comme suit :

Tableau 1:Principe de la méthode de l'imputation rationnelle

Charges fixes

Charges directes

Charges indirectes

 
 

Charges variables

A affecter sans changer leur montant

A imputer sans changer leur montant

Source : Depallens Georges, L'étude des prix de revient, Entreprise moderne d'Edition, Paris, 1963.p20.

L'utilisation de cette méthode permet de dégager et d'analyser deux situations :

1) Situation avantageuse : Cette méthode permet de :

- Stabiliser les coûts complets unitaires à conditions de gestion inchangées

- Rendre la valeur du stock indépendante du niveau d'activités ; à cet égard l'imputation rationnelle est recommandée par le plan comptable.

- Supprimer le risque de la réaction primaire des responsables commerciaux en cas de sous activité due à la mévente.

- Faire ressortir le coût de la sous-activité.

2) Situation désavantageuse : cette méthode est lourde à mettre en oeuvre : la détermination d'une activité normale pour chaque centre d'analyse. Le calcul des charges imputées etc.

* 3 T . NIBITEGEKA.Essai de mise en place d'une comptabilité analytique dans l'Entreprise Fabriplastic ,U.B FSEA P.130

précédent sommaire suivant







9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.



Appel aux couturier(e)s volontaires

Hack the pandemiuc !

Moins de 5 interactions sociales par jour



BOSKELYWOOD from Ona Luambo on Vimeo.