WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Mécanisme interne de gouvernance:effets et interactions sur la performance financière des entreprises au Cameroun

( Télécharger le fichier original )
par Wulli Faustin Djoufouet
Dschang - Master 2 0000
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

II.3 CONSEIL D'ADMINISTRATION, STRUCTURE DE PROPRIETE ET PERFORMAMNCE D'ENTREPRISE : LES HYPOTHESES

Dans cette section, il sera question pour nous d'étudier tour à tour l'impact de la combinaison des caractéristiques de la structure de propriété et les caractéristiques disciplinaires du conseil d'administration sur la performance.

II.3.1 Concentration de la propriété, conseil d'administration et performance

 
 

32

Thèse rédigée et soutenue par : Djoufouet Wulli Faustin Option : Finance

 
 
 

MECANISMES INTERNES DE GOUVERNANCE : EFFET ET INTERACTIONS SUR LA
PERFORMANCE FINANCIERE DES ENTREPRISES AU CAMEROUN.

Le problème de base de l'agence, formulé en terme de la séparation entre la propriété et le contrôle, a fait l'objet de plusieurs recherches dans le domaine de la gouvernance des entreprises et plus particulièrement dans les études de l'efficacité des différents mécanismes capables de résoudre le problème d'agence entre les dirigeants et les actionnaires de l'entreprise. La littérature financière présente la structure de propriété comme étant un mécanisme important de la gouvernance de l'entreprise et l'un des plus importants déterminants de sa valeur (Berle et Means, 1932 ; Jensen et Meckling, 1976; Fama et Jensen, 1983 et Shleifer et Vishny, 1997).

Shleifer et Vishny (1986) ainsi que Agrawal et Mandelker (1990) ; Agrawal et Knoeber (1996) suggèrent que la concentration de la propriété est un gage d'efficacité du contrôle de la gestion des dirigeants par les actionnaires. Les actionnaires majoritaires détenant une part importante du capital ont un intérêt certain à investir dans le contrôle de la gestion de la firme et à limiter le risque d'un comportement discrétionnaire du dirigeant, puisque les gains leur reviendront en grande partie. De ce point de vue, les détenteurs de blocs de contrôle, en comparaison avec les petits porteurs de titres, sont plus motivés à contrôler les dirigeants et à supporter les coûts de contrôle (Shleifer et Vishny, 1986).

Cependant, les études ont testé la relation entre la concentration de l'actionnariat et la performance de l'entreprise. Les premières conduites aux Etats-Unis tendent à indiquer qu'il n'existe pas de lien entre la concentration du capital et la performance de l'entreprise (Demsetz et Lehn, 1985). Pour d'autres travaux, on a observé une relation positive. Ainsi Claessens et al. (2002) constatent ce lien positif en Asie mais observent aussi un effet d'enracinement associé à la détention de droits de vote plus élevé que la détention du capital. Kirchmaier et Grant (2005) mettent en évidence une relation négative entre la concentration du capital et la performance. Thomsen et al. (2006) constatent que le phénomène est surtout vrai lorsque le premier actionnaire détient plus de 10% du capital.

La théorie d'agence affirme que les entreprises emploient la structure duale de leadership afin de contrôler les coûts d'agence. Fama et Jensen (1983) pensent que la séparation entre les fonctions de décision (initiation et mise en oeuvre des projets d'investissement) et du contrôle des décisions (ratification et contrôle des investissements) réduit les coûts d'agence et améliore donc la performance des entreprises. Ce qui signifie que le niveau le plus élevé dans la structure du contrôle des décisions (conseil d'administration) ne devrait pas être occupé en

 
 

33

Thèse rédigée et soutenue par : Djoufouet Wulli Faustin Option : Finance

 
 
 

MECANISMES INTERNES DE GOUVERNANCE : EFFET ET INTERACTIONS SUR LA
PERFORMANCE FINANCIERE DES ENTREPRISES AU CAMEROUN.

même temps par le niveau le plus élevé des décisions (le dirigeant). S'il est Président du conseil d'administration, le dirigeant aura une grande influence sur le fonctionnement du conseil et plus particulièrement sur la conduite des assemblées et sur la fixation de sa rémunération. La contribution de Fama et Jensen (1983) affirme que la séparation effective entre la gestion et le contrôle des décisions nécessite la séparation entre les deux personnes occupant ces deux postes. Le dirigeant occupant le poste de Président du conseil d'administration présente la situation la plus dangereuse pour les actionnaires. De tels dirigeants sont plus susceptibles d'agir à l'encontre de la richesse des actionnaires (Fama et Jensen, 1983).

La majorité des études montre qu'une taille limitée du conseil d'administration améliore la performance des entreprises. Il est vrai que les administrateurs additionnels peuvent améliorer le système de contrôle mais, inversement, ils peuvent ralentir le processus de prise des décisions. Les coûts associés à ce ralentissement peuvent contrecarrer les avantages.

Selon la théorie d'agence, le conseil d'administration constitue le principal mécanisme interne de contrôle des dirigeants. Cette théorie suppose que les administrateurs internes ne disposent pas de pouvoir suffisant pour s'opposer aux décisions des dirigeants. En revanche, les administrateurs indépendants sont recrutés pour leurs compétences. Leur indépendance à l'égard des dirigeants, leur permet de s'opposer aux décisions les plus contestables (Weisbach, 1988 ; Rosenstein et Wyatt, 1997). En outre, cette théorie a également tenu compte d'une deuxième caractéristique primordiale du conseil d'administration à savoir la dualité et suppose que la séparation des fonctions du président de conseil d'administration et du directeur général permet de réduire les coûts d'agence et améliorer ainsi la performance de l'entreprise.

En ce qui concerne l'interaction, Fodil et al. (2007) montre que la relation entre la concentration de propriété et la dualité (CONC*DUAL) est négative et significative et corrobore l'hypothèse de substitution qui suggère que le pouvoir disciplinaire du CA est d'autant plus faible que la concentration du capital est importante. En effet, les arguments avancés dans le cadre de la théorie de l'agence montrent bien que la présence d'actionnaires majoritaires constitue un facteur très important pour une bonne gouvernance d'entreprise. De même, ils montrent que la relation (CONC*EXPERT) supporte l'effet de substituabilité entre la concentration de la propriété et la transparence du Conseil d'administration. Cette

 
 

34

Thèse rédigée et soutenue par : Djoufouet Wulli Faustin Option : Finance

 
 
 

MECANISMES INTERNES DE GOUVERNANCE : EFFET ET INTERACTIONS SUR LA
PERFORMANCE FINANCIERE DES ENTREPRISES AU CAMEROUN.

hypothèse de substitution était également validée pour les caractéristiques telles que la taille et l'indépendance.

Le risque d'avoir une duplication du contrôle étant grand, la complémentarité ou la substituabilité de ces mécanismes pourrait nous permettre de réduire les coûts engendrés par ces mécanismes. Ainsi, nous formulons les hypothèses suivantes :

H1 : L'interaction entre les caractéristiques du conseil d'administration et la concentration de la propriété a une influence significative sur la performance des entreprises.

H1a : l'interaction entre la taille du conseil d'administration et la concentration de propriété a une influence significative sur la performance financière des entreprises.

H1b : l'interaction entre la dualité du conseil d'administration et la concentration de la propriété a une influence significative sur la performance financière des entreprises.

L'indépendance des administrateurs est probablement considérée comme étant la dimension la plus fondamentale du conseil d'administration et la plus étudiée en littérature. Les chercheurs en gouvernance et les rapports de gouvernement d'entreprise (Viénot (1999), Hampel (1998) et Cadbury (1992)) soutiennent que les administrateurs externes indépendants sont les mieux placés pour contrôler le dirigeant. Tout d'abord, ces administrateurs peuvent utiliser leurs compétences particulières et leur détachement pour apporter une vision critique des problèmes ou projets soumis par les dirigeants (Charreux et Pitol-Belin, 1990). En outre, ils donnent leurs points de vue indépendant et impartial leur permettant d'exercer un jugement objectif de la performance des dirigeants. Enfin, les administrateurs externes sont supposés avoir intérêt à maximiser la valeur de leur capital humain, fortement liée à leur réputation d'expert indépendant sur le marché des administrateurs (Fama ,1980).

Conformément aux enseignements de la théorie d'agence, la présence des administrateurs indépendants dans la composition du conseil d'administration cherche à aligner les décisions managériales à la création de la valeur actionnariale. Cette théorie ajoute que les administrateurs externes sont plus performants que ceux internes en matière de résolution des conflits et d'atténuation des coûts d'agence et les problèmes d'aléa moral. De cette acceptation découle l'hypothèse suivante :

 
 

35

Thèse rédigée et soutenue par : Djoufouet Wulli Faustin Option : Finance

 
 
 

MECANISMES INTERNES DE GOUVERNANCE : EFFET ET INTERACTIONS SUR LA
PERFORMANCE FINANCIERE DES ENTREPRISES AU CAMEROUN.

H1c : l'interaction entre l'indépendance du conseil d'administration et la concentration de propriété a une influence significative sur la performance financière des entreprises.

précédent sommaire suivant






La Quadrature du Net