WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Agriculture et croissance économique dans les pays de la CEMAC

( Télécharger le fichier original )
par AZAKI MAHAMAT
UNIVERSITÉ DE NGAOUNDERE - MASTER II 2014
  

précédent sommaire suivant

II-1- La situation des échanges agricole en CEMAC

Les économies nationales ont influencé les orientations de la sous-région CEMAC en matière des définitions des politiques et d'organisation du commerce des produits. Les efforts sont d'avantage portés sur l'organisation des filières des produits destinés à l'exportation vers l'Europe plutôt que sur celles des produits consommés localement.

A l'échelle nationale, les pouvoirs publics ont créé des organisations officielles de commercialisation chargées de la collecte et de la distribution des produits agricoles. Ces structures fonctionnaient dans le temps suivant les conditions variables et selon les objectifs qui leur étaient assignés.

Au niveau sous régional, les échanges ne sont pas limités à l'absence du cadre réglementaire et juridique fonctionnel entre les Etats membres de la sous-région mais plutôt à des obstacles physiques. Ces échanges demeurent très limités et pratiqués de façon informelle et presque exclusivement à travers les marchés frontaliers. Il importe de souligner que les estimations concernant ces échanges sont approximatives, ce qui reflète l'une des graves insuffisances des données auxquelles il y a lieu de remédier. Cependant, malgré l'incertitude de ces données, ce commerce est beaucoup plus substantiel que ne le laissent voir les statistiques officielles. Il est généralement constitué des produits agricoles et alimentaires. Plus de 60 produits vivriers à l'état primaire sont échangés au niveau intra-régional. Ces produits subissent à l'exportation des contraintes administratives trop longues et trop lourdes qui ne font que contribuer au blocage des échanges de la CEMAC.

Les échanges internationaux vers l'Europe concernent particulièrement les produits de rente ; entre autres la banane, le coton, le café, le cacao etc. Chaque pays pratique au moins une des principales cultures de rente comme nous le voyons au tableau ci-dessous et le Cameroun pratique presque toutes les cultures de rente de la zone.

Tableau 3 : les principales cultures de rente des pays de la CEMAC

Pays

Cultures

Cameroun

RCA

Congo

Gabon

Guinée Equatoriale

Tchad

Cacao

X

 

X

X

X

 

Café

X

X

X

X

X

 

Caoutchouc

X

 
 

X

 
 

Banane

X

 
 
 
 
 

Coton

X

X

 
 
 

X

Thé

X

 
 
 
 
 

Huile de palme

X

X

 
 
 
 

Tabac

 

X

 
 
 
 

Source : Construction de l'auteur à partir des données du rapport économique
CEMAC 2004

Dans la CEMAC,  les échanges agricoles représentent seulement 28% de l'ensemble des échanges intra-zone en 2003. Pour avoir une échelle de comparaison, ces mêmes échanges représentent plus de 75% du commerce au sein de l'union européenne. Les échanges sont marqués par de fortes disparités. Le Cameroun concentre à lui seul 70% du commerce intra-régional. Les produits alimentaires échangés sont peu diversifiés sur le plan de leur composition et de leur destination.

Nous constatons que la majorité de ces produits ne sont pas transformés au niveau de la sous-région. En théorie, pour un développement économique durable, il est capital pour un pays de transformer ses matières premières (produits agricoles) sur place ; ce qui n'est pas le cas dans la sous-région CEMAC.

précédent sommaire suivant







9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.



Appel aux couturier(e)s volontaires

Hack the pandemiuc !

Moins de 5 interactions sociales par jour



BOSKELYWOOD from Ona Luambo on Vimeo.