WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Analyse criminologique sur les espaces verts dans la ville de Lubumbashi

( Télécharger le fichier original )
par Pierre Nguz Mbaz
Université de Lubumbashi - bachelier 2015
   Télécharger le fichier original

précédent sommaire suivant

Section 3 : Problématique

Plusieurs théories en sciences sociales sont utilisées comme angle d'approche pour orienter un objet d'étude dans un courant précis et pour bien l'élucider. Il n'est pas du tout facile d'arriver à pointer de doigt une théorie qui cadre bien avec l'objet de recherche. Car « la problématique est l'approche ou la perspective théorie qu'on décide d'adopter pour traiter le problème posé par la question de départ » (Quivy, R. et Van Campenhoudt, L., 2006 :101),

Quivy, R. et Van Campenhoudt, L. (2006 :105) constatent «  qu'on part des résultats du travail exploratoire à l'aide des repères fournis par les cours théoriques ou par des ouvrages et articles de référence, on tente de mettre à jour les perspectives théoriques qui sous-tendent les approches rencontrées et on peut en découvrir d'autres. Les théories naissent à chaque apparition de la nouvelle technologie ».

La science évolue à chaque minute qui passe, dans le temps ancien il y a eu les théories qui ont existé et qui continuent à être valorisées aujourd'hui, mais on n'est pas sans ignorer que chaque siècle a un système propre qui le caractérise, un pas de plus c'est de prendre la direction d'une nouvelle méthode.

La problématique n'est pas statique, elle change au fur et à mesure qu'il y a une transformation sociale. Selon Quivy Raymond et Luc Van Campenhoudt (2006 : 86), «  les problématiques de recherche évoluent avec les transformations de la société, notamment les transformations technologiques et leurs conséquences sur les échanges sociaux ».

Nous nous inscrivons dans une logique de comprendre la disparition des espaces verts Car « la problématique est en même temps une sorte de tension construite par le chercheur entre prés-savoir insuffisant et de phénomène. Elle traduit une incompréhension et une orientation de la volonté de mieux comprendre » (Paillé, P. et Mucchielli, A. 2003 :16).

Ces problématiques nouvelles ont des implications sur la méthode de collecte des données. Suite à nos observations quotidiennes pour expliciter notre recherche, nous avons choisi les théories ayant trait avec la recherche, déjà le paragraphe qui suit précisera l'angle sous lequel nous abordons notre recherche. Pour ce qui est de la problématique, Quivy, R et Van Campenhoudt, L (2006 : 77) notent qu''il s'agit «  d'une approche ou d'une perspective théorique qu'on décide d'adopter pour traiter le problème posé par la question de départ ».

Pour analyser la disparition des espaces verts, les présupposés théoriques mobilisés qui nous ont paru essentiels pour notre objet de recherche sont  La sécurité, et la planification urbaine.

3.1. La sécurité humaine

La présente sous-section aborde les relations entre la sécurité environnementale et la sécurité humaine. Étant donné que le mot sécurité humaine est polysémique dans la mesure où il englobe plusieurs aspects en elle, nous allons, dans un premier temps, décortiquer la notion de la sécurité et ensuite, nous nous pencherons sur la sécurité environnementale, un concept relié à la sécurité humaine.

Selon les Nations unies (2009 :32), « la sécurité humaine est une approche axée sur les individus et reconnait que la stabilité durable, non seulement des Etats, mais également des sociétés qu'ils représentent, est impossible tant que la sécurité humaine fait référence à la fois aux droits des citoyens à vivre dans un environnement sécurisé. En outre, la sécurité humaine est une interprétation de la responsabilité de protéger qui à la place justifie l'intervention dans les affaires internes d'un Etat ».

La théorie de la sécurité humaine est apparue depuis quelques années avec les Nations unies. Cette théorie est importante pour nous parce qu'à l'heure de la mondialisation, ce concept présente une grande importance en insistant sur les menaces les plus graves, qui pèsent sur les hommes et qui sont visibles dans la ville de Lubumbashi.

« Les menaces et les défis qui pèsent sur la sécurité transcendent la défense nationale, le respect des lois et de l'ordre pour inclure toutes les dimensions politiques, économiques et sociales permettant de vivre à l'abri du risque et de la peur.  L'attention est passée de la sécurité de l'Etat à la sécurité des personnes sans pour autant que ces deux soient exclusives l'une de l'autre. Cette théorie fournit les outils utiles pour l'application du concept de la sécurité humaine y compris une stratégie méthodologique pour le développement, la mise en oeuvre et l'évaluation des programmes et du projet de sécurité humaine ».

Dans cette perspective, compte tenu de la réalité de la ville de Lubumbashi par rapport à la gestion des espaces verts, la sécurité humaine comme théorie vise, premièrement, la protection des libertés fondamentales et la protection de l'individu contre les menaces graves ou généralisées.

Aujourd'hui, « les espaces verts » sont devenus les espaces commerciaux, on ne prend plus soin de l'être humain alors que ces espaces peuvent améliorer l'exercice des libertés et faciliter l'épanouissement de l'homme.

Les Nations unies (2009 :56) ont formulé les principales caractéristiques de cette théorie :

- « Elle est centrée sur la personne : elle met l'individu au centre de l'analyse, par conséquent, la sécurité humaine considère une large gamme de conditions qui menacent la survie, les moyens d'existence et la dignité. Elle identifie le seuil au-dessous duquel la vie humaine est menacée de façon intolérable ».

- Elle est multisectorielle : elle représente une compréhension globale des menaces, y compris les causes d'insécurité liées par exemple à la sécurité personnelle, de la communauté politique.

Selon les Nations unies, «  les menaces et les défis pesant sur la sécurité transcendent la défense nationale, le respect des lois et de l'ordre pour inclure toutes les dimensions politiques, économiques et sociales permettant de vivre à l'abri du risque et de la peur ».

Le fait de préserver un environnement sain contribue à la sécurité de l'homme parce que promouvoir la sécurité humaine suppose de prendre les mesures préventives pour réduire la vulnérabilité et les risques.

La notion de sécurité humaine traite de la sauvegarde des libertés civiles essentielles Il s'agit à la fois de protéger les individus contre les menaces aigues qui pèsent sur leur sort et de leur donner les moyens de prendre leur destin en main. « Ceci signifie également élaborer des systèmes qui donnent aux gens les bases de la survie, de la dignité et du bien-être minimum. La sécurité humaine concerne plusieurs types de liberté : la liberté de la personne face à ses besoins, face à la peur, la liberté d'agir en son propre nom ». (Karim Hussein, 2004 :31).

Selon le Rapport mondial sur le développement humain 1994 du PNUD intitulé : «Nouvelles dimensions de la sécurité humaine », qui est considéré comme étant la première initiative importante visant à exposer le concept de sécurité humaine, celle-ci est décrite comme ayant « deux aspects principaux : d'une part, la protection contre les menaces chroniques, telles que la famine, la maladie et la répression et, d'autre part, la protection contre tout événement brutal susceptible de perturber la vie quotidienne ».

À l'analyse, la notion de sécurité est très large, elle concerne aussi la protection de l'homme contre les méfaits de l'environnement ; c'est ainsi que l'on parle de la sécurité environnementale. Celle-ci établit un lien entre la sécurité humaine, l'environnement et les ressources naturelles, la sécurité environnementale met en relation les questions environnementales et la société.

La communauté internationale ne s'intéresse que depuis récemment aux questions environnementales et commence petit à petit à faire un lien avec la sécurité humaine. Selon White (2008 :12), le dommage environnemental connaît, sous la perspective criminologique, trois principales visions : l'approche légale-procédure et l'approche légale-procédurale et l'approche socio-légale. Car, la différence entre le dommage social et le crime social, occasionné par un acte cause des atteintes à l'environnement » (Marion Damien, 2041 : 20).

La notion de la sécurité a toute fois évolué au fil du temps, aujourd'hui il est vrai que les facteurs environnementaux ont une incidence sur les conflits et les niveaux de stabilité. Cette théorie s'intéresse aux phénomènes comme l'épuisement des ressources naturelles et la pollution pouvant à terme mener à des catastrophes et à des tensions régionales.

Les questions de la sécurité environnementale facilitent la fabrication d'un discours hâtif sur les moyens à prendre pour faire de ces questions des cas de sécurité. De plus, elles suscitent les enjeux environnementaux au sein de certaines populations, elles ouvrent la voie à une règle de sécurité, et par le fait même, à la manipulation et au contrôle de ces mêmes populations.

La ville de Lubumbashi est confrontée à un défi qui demande à ce que nous puissions modifier la manière de penser pour qu'elle cesse de menacer le système qui entretient sa vie. La présence des espaces verts est importante, décontamine l'agent de guerre chimique qui pourrait être utilisée en raison de leurs effets toxiques directs sur les hommes.

Selon Marc Hufty (2005 : 135), « la notion de la sécurité environnementale se réfère en première approximation à la fois aux problèmes de sécurités provoqués par l'environnement aux sociétés ». Marc Hufty présente un schème illustratif de différents rapports de causalité de la perturbation de l'environnement.

Rapports de causalité société------------ Environnement

I.

Société environnement

(activité sociale crise environnementale

II.

Environnement société

événement environnemental crise sociale

Exemple :

Déforestation perte de diversité biologique

Chimique organique pollution

Exemple :

sécheresse famine et conflit

Tornade effondrement institutionnel, épidémies

La disparition des espaces verts à Lubumbashi est un phénomène qui semble passer inaperçu au quotidien, ce n'est que lorsque l'individu et sa collectivité sont touchés directement qu'on s'en préoccupe.

Selon Marc Hufty, la relation entre la société et son environnement prend dans certains cas la forme d'une boucle. Cette notion de la sécurité environnementale pour les uns, il s'agit d'un concept nouveau qui recèle un important potentiel de découverte tant sur le plan théorique que pratique et qui a été détachée de la sécurité humaine. Pour les autres, il s'agit d'un enjeu classique.

Aujourd'hui, nous devons modifier la façon de penser pour que les communautés cessent de menacer le système qui entretient la vie. La sécurité environnementale est une notion de base qui mène vers la sécurité humaine, s'il y a dégradation de l'environnement et raréfaction des ressources de tension dans de nombreuses régions.

Selon Schubert repris par Marion (2004 : 9), la sécurité environnementale est un discours politique né aux Etats-Unis depuis les années 1980. Plusieurs Etats occidentaux ont utilisé cette notion de la sécurité environnementale afin d'élargir le concept de sécurité. La destruction de l'environnement met en péril la vie de beaucoup de personnes, surtout de celles qui en dépendent directement et cette dépendance pourrait justifier le mode de gestion environnementale pratiquement sur les espaces verts.

La notion de sécurité environnementale implique de ce fait, une protection réciproque entre l'environnement et la société. La disparation des espaces verts qui est notre objet de recherche, exprime la manière à travers laquelle la société arrête de protéger l'environnement et vice versa. La théorie de la sécurité humaine, prise dans une approche environnementale, nous donne des outils nécessaires pour analyser les relations entre les personnes et leur environnement. Et dans la présente étude, cette théorie nous permettra de comprendre comment la société lushoise protège son environnement.

La notion de la sécurité humaine s'est justifiée par rapport à la planification d'une ville, c'est la raison pour laquelle la prochaine théorie prône la planification urbaine.

précédent sommaire suivant