WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Gestion du résultat, les déterminants de la structure financière et le coàt de la dette: étude empirique sur les entreprises tunisiennes non financières cotées


par Mohamed Ali Saadellaoui
University of Carthage - Finance 2016
  

précédent sommaire suivant

2 1-3-2- Premiers appels publics à l'épargne :

L'introduction en bourse est un contexte ordinairement caractérisé par l'asymétrie d'information, et pour réduire cette asymétrie, l'entreprise qui va faire l'objet de l'introduction en bourse doit publier un prospectus qui comporte des états financiers audités, et étant donné que le marché financier se base généralement sur les états financiers pour fixer les prix de l'action, ceci peut inciter les managers à gérer les résultats à la hausse. Donc le besoin important des investisseurs et des analystes financiers à l'information publiée par l'entreprise constitue une motivation importante pour les dirigeants pour gérer les résultats, Cormier et Magnan (1995),Chabchoub et Mrabet (2011).

Dans ce sens, plusieurs recherches ont étudié la gestion de résultat dans le contexte des offres publique d'achat par les entreprises, et la plupart de ces recherches soit dans le contexte américain ((Teoh et al (1998)) et Friedland (1994)), soit européen (Roosenboom et al (2003)) Boisselier et Jaouadi (2011) ont montré que l'entreprise, lors d'une émission initiale des titres, gère ses résultats dans le but d'augmenter les prix de ses titres. En examinant le changement des accruals, Deagelo (1988) indique que l'information sur les résultats est importante pour l'évaluation en cas d'offre publique d'achat et suppose que les dirigeants de firmes ont l'intention de minimiser les résultats.

Burgstahler et Eames (1998) ont trouvé que les dirigeants gèrent les résultats à la hausse afin d'éviter de publier les résultats inferieurs aux prévisions des analystes financiers. En fait, les dirigeants sont motivée à gérer les résultats à la hausse avant l'introduction de leurs entreprises en bourse pour que les prix des titres arrivent à leurs valeurs maximales et par suite accroitre le prix de l'offre, (Roosenboom et al (2003)). Ces auteurs ont détecté une gestion du résultat dans leur étude sur un échantillon d'entreprises Hollandaises.

Les chiffres contenus dans les états financiers publiés sont associés positivement au prix de l'offre au moment de l'introduction en bourse des entreprises américaines, (Kim et Ritter (1999)). Ainsi, les investisseurs accordent une grande importance aux états financiers ce qui peut motiver les managers à s'engager dans un processus de manipulation des résultats en vue de signaler des informations montrant que l'entreprise est rentable, performante et capable de générer des flux importants.

Dechow et Skinner (2000) stipulent que les offres publiques d'action incitent les managers à gérer les résultats publiés à la hausse pour donner une meilleure image de leurs entreprises, et obtenir par la suite des prix plus élevés ce qui leur permet d'améliorer leurs richesses et réaliser des gains pour le compte de l'entreprise.

Friedland (1994) a examiné un échantillon de firmes américaines faisant appel publics à l'épargne, les résultats de son étude indique que les entreprises qui publient un rapport intérimaire avant l'introduction en bourse ont recours à la gestion du résultat dans ce rapport et non pas dans les états financiers annuels. Il stipule les managers gèrent le résultat dans les rapports annuels plus récents et spécifiquement les états financiers pour accroitre le prix d'offre au moment de l'introduction en bourse.

Cependant, d'autres recherches indiquent une absence de gestion de résultat telle que l'étude Carpentier et Suret (2004) sur un échantillon des entreprises canadiennes nouvellement introduite en bourse. Par ailleurs, l'étude d'Aharony et al (1993) ne fait pas preuve une manipulation importante des états financiers auprès des entreprises américaines une année avant l'introduction en bourse, De plus, ils confirment que les entreprises de petites tailles, fortement endettées et celles qui font appel à des vérificateurs et intermédiaires de renommés inférieure sont plus susceptibles qui d'autres de gérer les résultats lors des émissions initiales.

D'un autre coté, les recherches en la matière ont montré qu'une manipulation comptable agressive a des conséquences négatives pour la firme dans le futur du fait que sa rentabilité ultérieure va être faible. Ainsi le marché financier va sanctionner ultérieurement les managers qui ont géré les résultats d'une façon excessive et induit en erreur les investisseurs sur la situation réelle de l'entreprise lors de l'introduction en bourse.

Dans ce contexte Teoh et al (1998) ; Roosenboom et al (2003) ont montré que la gestion du résultat parait directement liée à la sous performance futur des nouvelles émissions. En effet, plus les managers gèrent les résultats à la hausse dans la période de l'introduction en bourse, plus la performance boursière à long terme sera négative, ceci est conforme avec l'hypothèse de l'opportunisme de la gestion du résultat. Donc, ces entreprises vont être performantes à court terme mais elles ne sont pas capables à maintenir cette performance à lang terme.

précédent sommaire suivant