WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Gestion du résultat, les déterminants de la structure financière et le coàt de la dette: étude empirique sur les entreprises tunisiennes non financières cotées


par Mohamed Ali Saadellaoui
University of Carthage - Finance 2016
  

précédent sommaire suivant

2-1-1-Réduction de l'asymétrie d'information et des coûts d'agence :

Vu les effets pernicieux de l'asymétrie d'information sur la valeur de l'entreprise, les managers tentent de réduire via le choix de sa politique de financement. Ainsi le recours optimal à l'endettement est celui qui permet de minimiser les coûts d'agence à savoir les coûts liés à l'endettement et ceux liés à l'appel des actionnaires externes. Myers et Majluf (1984)

Le recoures à la dette bancaire permet de réduire les coûts d'asymétrie d'information Recasens (2001). En effet, la théorie de signal stipule que les décisions des managers fournissent des informations aux utilisateurs externes qui sont moins informés. Akerlof (1970) Ainsi, un niveau élevé de dette peut représenter un signal de confiance émis par les managers sur la bonne situation de la firme, Lobez et Statnik (2007). En outre, selon Modigliani et Miller (1958) ont montré que l'endettement élevé est une garantie qui peut attirer l'attention des investisseurs sur la performance de la firme, Kebewar(2011). De plus, le recours à la dette pour financer les projets constitue un signal de l'existence de bonne opportunité d'investissement et de croissance, d'autre part, seule l'entreprise rentable et performante est capable de supporter un endettement relativement élevé et honorer ses engagements à l'échéance. Donc le niveau d'endettement de l'entreprise constitue un des principaux signaux utilisés sur le marché financier puisque ce dernier juge la firme sur la base de sa politique d'endettement, Nekhili (1999).

D'un autre coté, le financement par endettement bancaire peut être considéré comme le moyen le plus efficient pour tisser les relations entre l'entreprise et sa banque, ce qui pourrait réduire les coûts de financement, Boot (2000). De plus, ces relations servent à réduire l'asymétrie d'information. En effet en prêtant ses fonds, la banque sera plus motivée à contrôler l'entreprise et bien connaitre les projets à financer. Ainsi cette relation de prêts génère un ensemble d'information permettant de réduire l'asymétrie d'information. Par ailleurs, le paiement des intérêts de la dette à l'échéance va réduire la possibilité d'investissement sous optimal de la part de dirigeant.

Dans ce contexte, Sharpe et al (1998) ont souligné le rôle du financement bancaire dans l'atténuation des asymétries informationnelles, en effet l'accès des intermédiaires financiers et surtout les banques aux informations internes des firmes leurs procurent un avantage informationnel. Il en résulte donc une diminution des couts d'agence. De sa part, Sharpe (1990) a affirmé que, dans un contexte d'asymétrie d'information, la banque prêteuse, peut avoir recours à un audit de l'entreprise cliente afin de s'assurer de la bonne utilisation de ses fonds. Ainsi, contrairement aux autres créanciers, la banque sera en mesure de mieux évaluer la réussite des projets de cette firme.

Johnson (1997) a trouvé que certaines entreprises, même si elles s'adressent au marché de dette publique, elles financent une partie de leurs investissements par dettes bancaires. Ceci signifie que la réputation de ces entreprises n'est pas un substitut parfait à l'audit des banques. Pour Diamond (1991), les firmes ayant atteint une certaine maturité ont recours au marché financier pour financer leur investissement. Par contre, les firmes à faible maturité préfèrent la dette bancaire et ceci pour bénéficier de l'audit effectué par la banque et par conséquent de la certification qu'elle lui attribuera suite à cet audit. Donc, les banques disposent d'un avantage informationnel par rapport aux autres créanciers. Cet avantage peut être quantitatif lié au coût d'acquisition de l'information ou qualitatif lié à la nature des informations accessibles.

Selon Jensen(1986), si la firme génère des cash flow discrétionnaires (free cash flow) substantiels, ceci va être à l'origine des conflits d'intérêt entre les dirigeants et les actionnaires. Donc, les coûts d'agence apparaissent dés que les dirigeants investissent ce cash flow à un taux inférieur au coût de capital ou dans des entreprises inefficientes. Par ailleurs, Jensen(1986) affirme que l'émission de la dette est la meilleure solution pour réduire les fonds disponibles à la discrétion des managers et pour permettre aux créanciers de mettre en faillite l'entreprise si elle n'arrive pas à honorer ses engagements. Il insiste donc sur le fait que le financement par dette réduit les free cash flow disponible aux managers de l'entreprise et empêchent ceux-ci de détourner les fonds.

Dans un autre contexte, Harris et Ravis(1990) stipulent que si l'entreprise est liquidée, le dirigeant perd son emploi, les actionnaires et les créanciers peuvent récupérer une partie de leurs fonds et peuvent par la suite investir dans des activités plus rentables. Selon Harris et Ravis(1990), la dette constitue un bon moyen pour résoudre les conflits, en fait, l'incapacité de rembourser la dette par le manager aux actionnaires et aux créanciers pour liquider l'entreprise. Mais avant de prendre une telle décision, les actionnaires et les dirigeants cherchent des informations supplémentaires pour s'assurer de l'opportunité d'une telle décision. Dans le cas contraire, la firme va être liquidée. Le coût de la recherche de cette information supplémentaire est celui qui constitue le coût d'agence de la dette. Donc pour conclure, le modèle de Harris et Ravis(1990) prédit que les entreprises ayant une valeur de liquidation élevée (avec des actifs tangibles élevés) auront plus de dettes et auront un risque de défaut plus important.

Sachant que les coûts d'agences jouant un rôle important dans la détermination de la structure de capitale de la firme, plusieurs études ont essayé de proposer une variable permettant l'estimation de ces couts d'agence. Dans ce cadre deux variables peuvent être cités :

-Pour accroitre l'information dont disposent les créanciers sur la situation de l'entreprise, la présence d'institutions financières dans le capital. De cette dernière, permet de limiter les coûts d'agence et encourager l'endettement.

-Lorsque les créanciers de l'entreprise sont peu informés sur projets, l'octroi de financement dépend de la capacité de l'entreprise à fournir les garanties sous la forme de nantissement ou d'hypothèques. L'obtention de telles garanties devrait contribuer à minimiser le coût d'agence de la dette et encourager l'endettement.

précédent sommaire suivant