WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Gestion du résultat, les déterminants de la structure financière et le coàt de la dette: étude empirique sur les entreprises tunisiennes non financières cotées

( Télécharger le fichier original )
par Mohamed Ali Saadellaoui
University of Carthage - Finance 2016
   Télécharger le fichier original

précédent sommaire suivant

Chapitre 3 :

Formulation des hypothèses et développement de la méthodologie de recherche

Introduction :

Ce chapitre va être divisé en deux sections, la première section va mettre en oeuvre les hypothèses de recherche avec un petit rappel de l'objective de notre étude. Dans la deuxième section la méthodologie de l'étude (choix de l'échantillon, méthode de collecte de donnée, les mesures des variables, présentation du modèle de l'étude et enfin la démarche statistique adopté).

Section 1 : Les hypothèses de recherche

Comme nous l'avons précisé dans le premier chapitre, la gestion du résultat se définit comme «l'intervention délibérée du dirigeant dans le processus de communication financière d'une entreprise dans le but de s'approprier des gains personnels au détriment d'autres parties » (Schipper, 1989). Dans notre étude, nous retenons les accruals discrétionnaires comme mesure de la gestion du résultat comptable, vu qu'elles constituent la mesure la plus utilisée par les chercheures. Cette mesure (les accruals discrétionnaires) va faire l'objet de notre première l'hypothèse cette étude.

Rappelons tout d'abord que notre objectif dans cette recherche est analysée l'effet de la gestion du résultat comptable et les déterminants de structure financier sur le coût de la dette.

1-1 Hypothèse relative à la relation entre la gestion du résultat et coût de la dette.

Un courant de recherche tel que (Prevost et al. (2008), Janes.(2003) et Francis et al. (2005)) affirment que dans le contexte américain, les créanciers augmentent les coûts de financement des entreprises qui gèrent leur résultat via les accruals. Donc, notre travail de recherche a pour objectif la validation de ces résultats dans le contexte Tunisien.

Concernant les hypothèses de notre recherche, ils émanent des développements théoriques et empiriques de différentes études étudiant la relation entre la gestion du résultat et les coûts de dette. Ces études ont montré que l'endettement constitue une incitation pour les résultats. En ce sens, Defond et Jiambalvo (1994) stipulant que les dirigeants ont recours aux accruals discrétionnaire afin de respecter les clauses d'endettement. De leur part, Sweeney (1944) a pu valider l'existence d'une relation significative entre la politique d'endettement et les nivaux des accruals discrétionnaires.

D'un autre coté, les études examinant la relation entre la gestion du résultat et le coût d'endettement (Prevost et al(2008) et Janes(2003)) ont prouvé que si les créanciers sont conscients de la manipulation faite sur le résultat et spécifiquement sur les accruals discrétionnaires sanctionnent les entreprises par l'augmentation des coûts de financement. Ainsi, la gestion du résultat affecte le coût de la dette, donc on prévoit que plus la gestion augmente, plus le coût de la dette augmente.

H1 : relation positive entre les accruals discrétionnaires et le coût de la dette.

précédent sommaire suivant