WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Faire sa bonne comptabilité et l'audit comptable

( Télécharger le fichier original )
par EPHREM ALAKINI MUHIGIRWA
Université de Douala - DEA spécialisé en Audit et Comptabilité 2014
  

précédent sommaire suivant

Sous-section 4. La Trésorerie Nette

La Trésorerie d'une entreprise à un instant donné est égale à la différence entre ses besoins ou emplois de trésorerie (placements financiers et disponibles) et ses ressources de financement ou endettement bancaire et financier à court terme. Les besoins de l'entreprise peuvent être évalués à l'aide du besoin en fonds de roulement (BFR) alors que les ressources de l'entreprise disponibles pour financer ces besoins s'appelle le Fond de roulement (FDR).

La Trésorerie nette (TN) de l'entreprise correspond alors au solde net entre ces besoins et ces ressources. Si les besoins excédent les ressources, alors la Trésorerie de l'entreprise sera négative (au passif du bilan), alors que si les ressources sont supérieures aux besoins, la Trésorerie sera positive (à l'actif du bilan).

La Trésorerie d'une entreprise représente aussi l'ensemble de ses disponibilités qui lui permettront de financer ses dépenses à court terme. Dans ce cas, la Trésorerie nette d'une entreprise se calcule en faisant la différence entre sa Trésorerie d'actif (TA) et sa Trésorerie de passif (TP).

? Le calcul de la trésorerie.

Comme nous l'avons vu dans la première partie, la trésorerie se calcule par la différence entre le surplus de ressources stables et les dépenses globales nécessaires pour faire fonctionner l'entreprise.

En d'autres termes, la trésorerie de l'entreprise se calcule par l'équation suivante :

Calcule de la trésorerie = fonds de roulement (FR) - besoin en fonds de roulement (BFR)

Sous-section 5. Le traitement fiscal des frais de réception

Comme c'est le cas de toutes les dépenses engagées par une entreprise, les frais de réception ne sont déductibles du résultat imposable que s'ils ont été engagés dans l'intérêt de la société, si celle-ci a conservé les pièces qui justifient ces frais et s'ils n'ont pas un caractère somptuaire.

34

a) L'intérêt de la société à engager ces frais

En cas de contrôle fiscal, la société doit être à même de prouver qu'elle avait réellement intérêt à faire les dépenses qui ont été déduites de ses bénéfices. Ainsi, si elle a offert des repas au restaurant à des clients, la rentabilité de ces frais pour l'entreprise doit être prouvée, ce qui suppose que la relation avec les clients concernés se soit poursuivi ou développée autant que possible.

Il en est de même en ce qui concerne les repas offerts dans les salles à manger de réception situées dans les locaux de la société. En outre, si ces frais sont élevés (notamment si un client est invité dans un restaurant luxueux), il est préférable d'être à même de démontrer que l'importance de la relation avec le client justifiait le niveau de la dépense. Enfin, en ce qui concerne les frais concernant les cocktails organisés dans les locaux de la société, leur déduction est possible s'ils n'ont pas un caractère excessif.

b) La conservation des pièces justificatives

La société doit conserver précieusement toutes les factures concernant ces frais qui doivent avoir fait l'objet d'écritures passées dans la comptabilité. Si l'entreprise fait l'objet d'un contrôle fiscal, l'inspecteur procédera au pointage de toutes les factures et il vérifiera si leur total correspond avec le montant figurant dans le compte de résultats. Si un défaut de concordance est constaté, la société s'expose à un redressement fiscal. En outre, les pièces justificatives doivent indiquer non seulement le montant et la date de la réception, mais aussi les raisons pour lesquelles elle a eu lieu et les coordonnées des personnes invitées (à savoir, leur nom, la société dans laquelle ils travaillent ainsi que la fonction qu'ils exercent au sein de celle-ci)). Il est donc indispensable de demander au restaurateur une facture contenant toutes ces mentions.

c) La non-déductibilité de certaines dépenses

L'administration fiscale n'autorise pas la déduction des dépenses ayant un caractère somptuaire ou celles qui sont manifestement engagées dans le cadre de la vie privée de l'exploitant. Ainsi, si celui-ci reçoit des clients chez lui pendant le week-end aux frais de la société, cette dépense risque de ne pas être déductible à moins que son intérêt pour l'avenir de la société soit incontestable.

D'autre part, toute dépense ayant un caractère somptuaire sera exclue des frais déductibles. C'est notamment le cas si l'entreprise invite un client à une partie de chasse ou de pêche, si elle entretient un bateau de plaisance ou une propriété privée dans laquelle elle reçoit des personnes étrangères à l'entreprise.

En revanche, les frais de réception ayant un caractère social peuvent être déduits des bénéfices. Ainsi, l'entreprise peut tout à fait déduire les dépenses concernant un cocktail organisé au sein de l'un de ses services pour fêter une nomination. En outre, les frais ayant

35

pour but le financement d'une halte-garderie ou d'une crèche destinée à recevoir les enfants de moins de trois ans des salariés de la société donnent droit à un crédit d'impôt.

précédent sommaire suivant











9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.