WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Analyse de la performance sociale d'une institution de microfinance.

( Télécharger le fichier original )
par MICHEL MWILAMBWE MUVUALA
Institut superieure de commerce de Kinshasa - licencié en microfinance 2015
  

sommaire suivant

Chapitre 0 : INTRODUCTION GENERALE

01. Introduction

De nos jours, aucune entreprise qui se veut compétitive ne peut ignorer sa responsabilité sociale. L'importance de ce concept est universellement reconnue, surtout dans le cadre des institutions qui oeuvre dans le social par vocation, comme c'est le cas avec la nouvelle forme des entreprises financières de détail, les institutions de microfinance.

La microfinance s'est imposée comme un outil d'inclusion des exclus du système bancaire classique, offrant des services  aux « non bancables », à ceux qui ne peuvent offrir des garanties physiques ou qui résident dans des zones reculées, enclavées, isolées des services financiers. Pour répondre à ce souci d'inclusion, les bases de fonctionnement des institutions de microfinance (IMF) ont reposé sur les liens sociaux et la proximité avec les bénéficiaires.

Sur ces principes, la microfinance a rencontré un succès réel et beaucoup de projets et d'initiatives expérimentées dans des nombreux pays, ont gagné en puissance. La phase de croissance et la multiplication des expérimentations ont alors apporté la preuve qu'on pouvait servir les « non bancables » (1(*))

Les IMF ont alors le plus souvent affiché leur mission de lutter contre la pauvreté, d'insérer les exclus dans le circuit de l'activité économique et de leur rendre leur dignité. Cependant, les performances sociales étaient considérées comme acquises, comme intrinsèques au mode de fonctionnement des IMF. A ce stade, la question de l'impact économique sur les bénéficiaires s'est posée, essentiellement sous forme « combien apporte un dollar prêté en revenu supplémentaire pour le bénéficiaire ? ». La période de la consolidation et la marche vers la pérennisation des IMF ont focalisé l'attention sur les questions de viabilité financière et de viabilité institutionnelle. Pourtant, à l'heure actuelle, les objectifs sociaux des IMF sont souvent questionnés au niveau international : quelle est la population réellement touchée par les IMF ? Comment peut-on combiner à la fois les objectifs sociaux et les objectifs de pérennité des IMF ? Quels sont les risques de dérive de la mission initiale ? Voilà les questionnements qui nous guiderons dans la compréhension et l'exploitation de notre sujet.

Il est plus qu'indispensable, avant de se lancer dans le processus de création d'une entreprise de prendre en compte les responsabilités sociales auxquelles la nouvelles entreprise devra faire face, et l'insérer dès le départ dans son business plan.

La responsabilité sociale est un concept actuellement en vogue au sein des entreprises occidentales, et qui doit l'être aussi dans les entreprises africaines en général, et dans celles de la RDC en particulier ; surtout qu'aux jours d'aujourd'hui le monde est devenu un petit village planétaire.

Les experts du monde des entreprises sont unanimes sur le fait que la responsabilité sociale est un concept dont l'importance ne saurait être sous-estimée.

Dans les pages qui suivent, nous essayeront d'analyser le concept responsabilité sociale adaptée aux entreprises de micro-finance, en passant par le cadre théorique du sujet et la présentation du champ empirique.

* 1 Jeanne clarisse RUZIBIZA, « performance sociale d'une IMF » mémoire de Master, à l'institut supérieur de comptabilité, des banques et de finance, Rwanda. 2011, P.7

sommaire suivant











9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.