WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

La suppression des subventions allouées aux associations par la région Auvergne-Rhône-Alpes : quelles alternatives de financement pour l'association Solidarité Afrique ?

( Télécharger le fichier original )
par Pelagie Nabole
Université Lumière Lyon 2 - Master 2 Communication humanitaire et solidarité 2017
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

IV. Quelles alternatives aux financements publics ?

Comme toutes les organisations qu'elles soient privées ou publiques, marchandes ou non marchandes, les associations ont besoin de financement. Mais la particularité de ces structures non marchandes est qu'elles ne bénéficient pas de systèmes de financements permanents, stables et pérennes. Elles entretiennent un rapport complexe avec les mécanismes de financement. Le financement des structures associatives, que ce soit une association ou une fondation peut avoir trois sources : fonds privés, fonds publics nationaux et internationaux et fonds propres. Les fonds privés sont ceux qui proviennent des particuliers ou des entreprises privées. Les fonds publics nationaux sont ceux qui proviennent directement ou indirectement de l'Etats et de ses démembrements territoriaux, comme les agences de coopération. Les fonds publics internationaux proviennent des organisations internationales comme les Nations unies, et les fonds propres sont les fonds qui proviennent des services marchands proposés par l'association ou de la cotisation des membres.

La plupart des associations reçoivent des fonds de ces trois sources, mais certaines financent leurs activités uniquement à partir de fonds privés issus de dons de particuliers, des entreprises et des fondations.

Face à la baisse des subventions publiques, mais aussi à l'augmentation des besoins du secteur associatif, il devient vital pour bon nombre d'associations de diversifier leurs sources de financement.La diversification de sources de financement et le développement de fonds propres devient un enjeu majeur pour les associations afin de limiter la dépendance financière auprès des organismes publics.

Le monde associatif a des besoins financiers grandissants alors que les subventions publiques baissent chaque année. L'exemple est palpable avec la suppression / et ou la baisse des subventions allouées aux associations par la région Auvergne-Rhône-Alpes. La collecte de fonds auprès des particuliers est une des solutions à destination des associations pour diversifier leurs ressources et poursuivre leurs actions.

Collecter des fonds auprès des particuliers est également un formidable vecteur de communication ! Elle permet de faire connaitre l'association, son action et ses projets. Enfin elle permet de réunir une communauté d'individus qui partagent les mêmes valeurs et souhaitent les concrétiser dans une action commune.

1. Partenariat entreprise association

Aujourd'hui dans un contexte de dérèglement des aides publiques, les partenariats associations entreprises sont de plus en plus nombreux même si chaque acteur est motivé par des logiques différentes. Face à la baisse des subventions publiques, mais aussi à l'augmentation des besoins du secteur associatif, il devient vital pour bon nombre d'associations de diversifier leurs sources de financement.

Les entreprises (PME locales ou multinationales), mais aussi des fondations d'entreprises deviennent de plus en plus des interlocuteurs clés. Le partenariat entre associations et entreprises, peut donc se décliner soit en sponsoring ou en mécénat.Le secteur associatif doit s'appuyer dorénavant sur une privatisation de ses financements qui peut avoir, à terme, un impact important en réorientant les projets associatifs vers de nouveaux types de public.

En France, 3,5 milliards d'euros ont été consacrés au mécénat par les entreprises ; 14 % des entreprises françaises pratiquent le mécénat, soit environ 170 000 entreprises. 12 % des entreprises de 20 salariés et plus pratiquent le mécénat et 72 % des entreprises mécènes sont des TPE, mais leur part dans le budget total du mécénat ne représente que 11 %. A l'inverse, les grandes entreprises représentent 3 % des entreprises mécènes mais 60 % de leur budget.13(*)

L'engagement des entreprises dans le développement durable et l'application concrète de politique de Responsabilité Sociétale d'Entreprise contribuent aussi à l'essor du mécénat et des partenariats associations-entreprises.

70 % des entreprises mécènes souhaitent contribuer à l'intérêt général et être solidaires par les actions afin de véhiculer une image citoyenne de leurs structures auprès de leurs clients.14(*)

Ces chiffres en témoignent que le partenariat association entreprise est une aubaine pour les associations à la recherche de financements. Concrètement pour une association, le mécénat est une affaire locale et régionale avec l'implication des réseaux personnels et professionnels. Dans la recherche de partenaires, il va s'agir pour les associations de solliciter en priorité des entreprises présentes sur leur territoire. De plus en plus d'entreprises font de la proximité géographique, entre l'action et leurs sites d'implantation, un critère de choix. Le partenariat entreprise-association peut se décliner en plusieurs manières d'implication de l'entreprise dans le projet associatif. En fonction de la liste des besoins, l'entreprise peut accompagner l'association soit par des dons de produits, matériels, soutien financier ou par un des échanges de compétences.

Cependant, si ce type de financement est pertinent en vue d'apporter un plus à la structure, il n'a pas vocation à se substituer au financement public du fonctionnement. Les contreparties du mécénat peuvent être complexes, de nouvelles questions éthiques se posent et les difficultés de la pérennité apparaissent de la même manière que pour un financement public, dès lors qu'il ne s'agit plus d'un financement d'investissement. Aussi, certaines structures de petite taille n'ont pas les capacités humaines de mettre en oeuvre ce type d'activité de recherche de mécénat ou de don tout en assurant simultanément leurs missions.

* 13 « Financements des associations », mars 2014, www.reseau-sara.org https://www.alsacemouvementassociatif.org/

* 14 « Le baromètre du crowdfunding en France 2016 », https://www.associatheque.fr/fr/

précédent sommaire suivant






La Quadrature du Net