WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Analyse des déterminants de l'octroi du crédit bancaire aux entreprises: le cas de Afriland First Bank

( Télécharger le fichier original )
par Césaire AIME TCHUMKAM
Université de yaoundé II soa - Diplôme d'études supérieures spécialisés en gestion bancaire et établissements financiers 2003
  

précédent sommaire suivant

CONCLUSION DE LA DEUXIEME PARTIE

En définitive, l'étude expérimentale que nous avons essayé de peaufiner met bien en exergue certains éléments du marché bancaire camerounais :

ü Le Cameroun a enduré une crise économico-financière (1985-1995) ayant supprimé plusieurs emplois ;

ü Une restructuration du secteur bancaire (1990-1995) ;

ü La naissance de nouvelles banques ;

ü Une prolifération des établissements de microfinance (très sollicités et appréciés par les populations), mais très étroitement contrôlées par la COBAC ;

ü La place d'Afriland First Bank dans l'environnement bancaire du Cameroun.

Ayant réalisé notre étude sur un échantillon de cent neuf emprunteurs à la First Bank où nous avons utilisé des outils statistiques (khi-deux, analyse des composantes multiples, régression logistique), nous avons travaillé sur trente deux (32) variables dont onze (11) ont été sélectionnées pour la vérification de notre hypothèse d'octroi du crédit par la banque. Les résultats ont montré l'importance de la relation de long terme, du taux d'intérêt, le type des garanties offertes et du rationnement de crédit dans la détermination de probabilité d'octroi du crédit. Le modèle qui a été développé à partir de la régression logistique et de l'analyse des composantes multiples prédit correctement dans plus 60% des cas.

Conclusion Générale

Au terme de notre analyse, force est de constater que nous avons mis tout en oeuvre pour répondre à la question fondamentale de recherche à savoir « quelles sont les variables les plus pertinentes permettant à la banque d'accorder le crédit aux entreprises ? ». L'objectif principal de la présente recherche (d'où découle notre problématique) intitulée « Identifier les variables qui influent sur la décision d'octroi du crédit » nous a permis d'admettre onze (11) variables sur trente deux comme pertinentes à l'étude. Cela s'est réalisé à travers nos deux hypothèses secondaires37(*) qui ont su apportées des solutions au problème posé.

Il a été question dans un premier temps de présenter la littérature concernant l'analyse conceptuelle de l'opération de crédit dans l'intermédiation financière des banques (Guerley et Shaw (1960), Akerlof (1970), Leland et Pyle (1977), Diamond et Dybvig (1983)) ; puis dans un second temps, opérationnaliser ces concepts au travers notre base d'échantillonnage, ceci en faisant des tests statistiques de khi deux, d'analyse des composantes multiples et de régression logistique.

Les résultats obtenus permettent de valider à plus de 60% notre objectif principal ainsi que nos hypothèses secondaires. Il ressort que l'outil statistique khi-deux ne permet pas entièrement de déterminer la relation d'indépendance entre les variables, toutefois l'analyse des composantes multiples et la régression logistique confirment la théorie et les travaux empiriques existant dans le domaine.

En remerciant la First Bank et ses responsables de nous avoir accueilli comme stagiaire, nous affirmons que notre étude ne saurait être une panacée pour les utilisateurs de ce document, car comporte quelques limites. Nous aurions souhaité disposer de plus de temps (seulement deux semaines passées à la DCCE sur douze) pour collecter des informations supplémentaires sur ces variables dans la banque. Le travail abattu nécessitait aussi des moyens financiers (transport, matériel de travail, apprentissage de logiciels, etc.) que nous ne disposions pas.

Comme recommandations :

a) Les conditions financières rendent le coût global du prêt plus élevé pour l'emprunteur. Elles doivent être fixées à un niveau raisonnable, de manière à réduire les coûts pour l'emprunteur sans pour autant négativement affecter son engagement à fournir un niveau souhaitable ou élevé d'effort.

b) Plus spécifiquement, les taux d'intérêt doivent être fixés à des niveaux qui tiennent compte de la pérennité de l'institution. Par ailleurs, il serait utile de bien gérer la communication pour éviter toute confusion pour les employés et pour les emprunteurs.

c) Dans certains cas, il serait mieux de rejeter un prêt plutôt que d'octroyer la moitie du montant demandé (rationnement). La réduction du montant demandé peut amener l'emprunteur à changer son plan initial d'utilisation du prêt et cela peut entrainer des problèmes d'alea de moralité et par conséquent des difficultés de remboursement.

d) Même s'il est important de se donner assez de temps (temps d'attente) pour analyser les demandes, il semble également très utile d'éviter de rendre le processus trop long. Un processus trop long augmenterait les coûts de transactions pour l'emprunteur.

Nul n'ayant le monopole du savoir, nous posons les premiers pas de travaux dans la recherche, aussi des pistes de clairvoyance et d'approfondissement seraient la bienvenue pour améliorer ces travaux sont ouvertes.

* 37 Voir page 4 : Hypothèse de recherche.

précédent sommaire suivant







9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.



Appel aux couturier(e)s volontaires

Hack the pandemiuc !

Moins de 5 interactions sociales par jour



BOSKELYWOOD from Ona Luambo on Vimeo.