WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Analyse des déterminants de l'octroi du crédit bancaire aux entreprises: le cas de Afriland First Bank

( Télécharger le fichier original )
par Césaire AIME TCHUMKAM
Université de yaoundé II soa - Diplôme d'études supérieures spécialisés en gestion bancaire et établissements financiers 2003
  

précédent sommaire suivant

II-LA BANQUE COMME PRODUCTEUR DE LIQUIDITE

Dans les différents modèles avancés, ce qui va conduire à la formation des banques est, d'une part, l'incertitude des agents sur le moment qu'ils auront besoin de liquidités pour consommer et, d'autre part, l'impossibilité qu'ils ont de transmettre aux autres agents l'information quant à ce besoin inattendu de liquidité.

Les étapes de la démonstration sont les suivantes :

· Chaque agent est doté, à un moment de son existence, d'un capital qu'il est libre

d'allouer entre différentes périodes afin de satisfaire sa structure temporelle de consommation.

· L'allocation des ressources se fait grâce à des informations individuelles et privées ;

lesquelles ne peuvent être transmises aux autres agents de façon standardisée (c'est-à-dire publique).

· Pour s'assurer un revenu, les agents peuvent investir dans les actifs illiquides qui

leur apportent un intérêt. Si les agents tentent de liquider leur investissement avant l'échéance, cela leur coûte le taux d'intérêt c'est à dire que le retrait prématuré de leurs capitaux ne leur rapportera rien ou leur occasionnerait des pertes. Tout agent possédant un portefeuille individuel coure donc un risque de taux qui pourrait être décomposé en risque du coût d'opportunité s'il garde son capital sous forme liquide alors qu'il ne pourrait le consommer que dans le long terme. Un risque de perte s'il investit dans les actifs illiquides et qui doit s'en dessaisir précipitamment pour consommer plus tôt qu'il ne le prévoyait. Le fait que les placements et les consommations se passent en fonction d'informations privées qui ne peuvent être transmises aux autres agents empêche les agents de s'assurer entre eux.

En effet, une assurance de liquidité préconisée pourrait s'instituer sans un flux implicite d'informations communes et publiques. Les justifications à fournir pour se procurer de la liquidité à n'importe quel moment doivent être en grande partie standardisées et dépersonnalisées. Or chaque déboursement, remboursement se fait à partir d'informations individuelles toutes différentes, non communicables mais compréhensibles car relevant de la vie privée de chaque agent. Les intermédiaires financiers seront nés dans le but de procurer des assurances contre les besoins de liquidités imprévus. Cette assurance passe par la création des contrats entre la banque et les agents, contrat qui se matérialise sous forme de dépôt.

En définitive, il est à noter que le contrat financier fait intervenir sur un marché financier des intermédiaires financiers mettant en relation des agents à besoin de financement avec ceux à excédent de financement. Force est de constater que l'asymétrie d'information, le passage de la finance directe vers la finance indirecte, la réduction des coûts dans l'élaboration des contrats financiers, la banque comme producteur d'information et de liquidité permettent de mettre en relief la connexion Prêteur-Emprunteur. Dans le chapitre suivant, il sera question de déterminer les données pertinentes pour l'octroi du crédit.

CHAPITRE II : LES INFORMATIONS FINANCIERES NECESSAIRES A L'OCTROI DU CREDIT

Le crédit peut être défini comme étant le fait qu'une personne physique ou morale (prêteur/banque) mette ou promette de mettre des fonds à la disposition d'une autre personne physique ou morale bénéficiaire (emprunteur/client) à un taux d'intérêt précisé et remboursable à une certaine échéance.  

Il est important pour le banquier de maîtriser certaines informations financières de l'emprunteur qui lui adresse une demande de crédit. Une présentation synthétique de l'analyse de crédit doit suivre un canevas précis pour faciliter la prise de décision. La forme la plus synthétique de l'analyse est la fiche d'analyse de crédit qui reprend les grands points sur l'identification du client et l'avis des décideurs. Toutefois le dossier complet de crédit comprend en général les parties suivantes :

o Présentation du client (dénomination, forme juridique, géographie du capital, métier)

o Situation des engagements dans les autres banques et dans l'informel

o Aptitudes techniques, surface patrimoniale et moralité du ou des promoteurs

o Etude du marché (rentabilité, analyse financière, risques, besoins en crédit).

précédent sommaire suivant







9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.



Appel aux couturier(e)s volontaires

Hack the pandemiuc !

Moins de 5 interactions sociales par jour



BOSKELYWOOD from Ona Luambo on Vimeo.