WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

La gestion de trésorerie dans des EMF tchadiennes

( Télécharger le fichier original )
par Baltazar Loubandingar Ngargoto
Institut superieur la Francophonie de Ndjamena - Licence en Comptabilité et Finances 2008
  

précédent sommaire suivant

SECTION II. GENERALITES SUR LA GESTION DE LA TRESORERIE

Cette section nous permettra de mettre en exergue, l'utilité de la trésorerie et les techniques de gestion du Trésorier.

II.1. L'utilité de la gestion de la trésorerie

L'économiste Anglais John MAYNARD KEYNES a évoqué trois (03) raisons possibles permettant de disposer d'une trésorerie qui sont entres autres :

· des raisons de transaction ;

· des raisons de précaution ; et

· des raisons de spéculation.

II.1.1. Des raisons de transaction.

Les raisons de transaction s'expliquent par le fait que la société effectue des achats et réalises des ventes même si certaines de ces opérations se déroulent à crédit ou à terme, elle aura absolument besoin des liquidités. Pour cela, il faut prendre des précautions.

II.1.2. Des raisons de précaution

La trésorerie n'étant pas une science nulle. Elle n'est à l'abri des imprévus. Cela se traduit parce que l'on appelle couramment l'épargne ou les prévisions pour couvrir les risques (insolvabilité).

II.1.3. Des raisons de spéculation

Départ ces raisons, il faut une spéculation, lorsqu'une société dispose de fonds important, il est intéressant de placer les excédents dans les conditions avantageuses notamment, les dépôts à terme. Outre son utilité, la trésorerie utilise pour sa gestion des moyens techniques.

II.2. Les techniques de gestion de trésorerie

Parler des techniques de la gestion de la trésorerie revient à énumérer les méthodes d'élaboration du budget de trésorerie, des méthodes d'élaboration des encaissements et enfin, le choix de crédit. Ces méthodes se basent sur les principes fondamentaux et d'élaboration du budget de la trésorerie.

II.2.1. les principes Fondamentaux et l'Elaboration du budget de trésorerie

La méthodologie utilisée pour montrer le budget de trésorerie procède d'une démarche séquentielle comportant les étapes suivantes :

§ Le pré établissement de tous les budgets et plan prévisionnel ;

§ l'identification des flux des recettes et les dépenses ;

§ détermination des positions de liquidité et suivant les cas de figure, fixer le volume de placement nécessaire, si possible et dans le cas contraire, déterminer le volume additionnel.

La fréquence de Prévision et principe de la méthode

Le budget étant l'acte anticipatif sur l'avenir, il faudrait assez rapidement fixer une périodicité. En général, les prévisions sont mensuelles, trimestrielles mais elles peuvent être également annuelle.

Pour établir le budget de trésorerie, il faudra isoler et quantifier chacun des flux réels et imputer à la bonne période d'intervention raisonnable de paiement et des recettes. Par contre, ces éléments sont écartés des flux :

- Une augmentation du capital par incorporation des ressources ;

- Une réévaluation d'un actif qui n'est enfin de compte qu'une modification autonome de l'estimation portée sur la valeur comptable ;

- Les dotations aux amortissements et aux provisions.

Toutes ces opérations ne donnent lieu à chaque encaissement ni décaissement.

Le Fondement des provisions et les informations nécessaires.

Pour établir le budget de trésorerie, cela suppose qu'on détermine au préalable :

Les budgets d'exploitation

Le budget de vent, le budget d'achat, le budget des autres dépenses directes, le budget des frais fixes.

Les budgets hors exploitation

Ce sont les budgets d'investissement, le programme des désinvestissements, le plan de financement à long terme.

Tous ces budgets doivent quantifier les rentrées, les sorties possibles de liquidité et établit le profit temporel de ce mouvement.

D'une manière spécifique, si l'on considère le budget des ventes, il comporte une série de sous budget qui sont entre autre les matières premières, le budget de main d'oeuvre, le budget de frais administratif.

II.2.2. L'Elaboration du Budget de Trésorerie

La construction d'un budget de trésorerie simple repose sur la construction progressive de budget partiel tels que le budget de vents ,le budget de charges de production, le budget de main d' oeuvre ,le budget de frais généraux, le budget d'approvisionnement etc.

L'élaboration du budget de trésorerie entraîne la prise en compte des éléments suivants :

- La prévision des récents (vents) . Pour élaborer cette prévision des recettes, on tiendra compte dans un premier temps ,des éléments liés à l'exploitation courants tels que , ventes au comptant et de créances, en suite, on retiendra certains éléments indépendants de l'exploitation tels que des produits de cession des éléments d'actif .

- La prévisions des dépenses (charges) . Il s'agit de faire une prévision de tous les décaissements (frais du personnel, achats des matières premières ...) qui sont des éléments liés à l'exploitation. Il faux ensuite estimer certaine charges non liées à l'exploitation telles que les besoins d'investissements, les remboursements des emprunts.

Ainsi, sur la base de ces prévisions, nous pouvons élaborer le budget de trésorerie en deux (02) tableaux : le tableau d'encaissement et de décaissement.

1) Le tableau des encaissements

Ces tableaux comportent : les encaissements des clients résultant des ventes (à partir du budget des ventes) ;

- Encaissement d'acompte (à partie du budget de vente) ;

- Les encaissements nets représentant le prix de cession des investissements anciens (à partir du budget);

- Les encaissements des produits financiers, d'emprunts, des prêts remboursés.

2) Tableau des décaissements

les décaissements se résument autour des opérations suivantes :

- les achats correspondant au budget des provisionnements ;

- les frais de distribution ;

- les frais de production ou frais généraux ;

- les acquisitions d'actifs ;

- les acomptes aux fournisseurs ;

- Les intérêts et dividendes versés ;

- Les remboursements des emprunts.

Suivi des mouvements de la trésorerie :

La gestion de trésorerie a pour objectif de faire placer l'excédent de ressource ou palier le déficit de liquidité en prêtant ou empruntant dans les meilleures conditions.

Certaines opérations effectuées à ce titre correspondant à une préoccupation de la gestion quotidienne de la trésorerie. D'autre visent à réaliser un équilibre structurel entre les divers flux d'entrés et de sorties des fonds.

La fonction de la gestion de trésorerie est d'assurer la solvabilité de l'entreprise, c'est-à-dire sa capacité à faire face à ses dettes au moindre coût et d'assurer la continuité de ses activités. Cette gestion de trésorerie implique au quotidien deux types de décision :

- La recherche d'opportunité pour faire fructifier ses ressources disponibles non utilisées ;

- La mise en place rapide de financement à court terme (CT) et moins coûteux en vue de faire face au besoin de trésorerie ;

II.3. LE CONTROLE DE LA TRESORERIE

Le contrôle de la trésorerie doit apparaître par période les écarts entre les réalisations et prévisions pour les encaissements et les décaissements.

L'analyse des écarts entre le budget initial et les réalisations permet de prévoir leurs conséquences sur la situation des mois à venir, alors que la révision des budgets d'exploitation ne peut intervenir que périodiquement. La mise à jour des pensions de trésorerie doit être permanente pour que les dispositions nécessaires puissent couvrir les besoins (apport de PIERRE CONSO).

Le contrôle de la trésorerie est effectué à partir de la position de la trésorerie que fourni quotidiennement la situation exacte de liquidité détenue par l'entreprise. De ce contrôle quotidien dépend le coût de l'utilisation de crédit. La position de trésorier est aussi utilisée pour repartir les recettes et les dépenses sur les différents postes de manière à respecter le plafond d'autorisation de découvert dans les différentes banques et surtout pour rendre le moins élevé possible les montants des charges en intérêts et agios.

Il concerne essentiellement les services financiers chargés de la mise en oeuvre des techniques de financement à court terme.

II.4. BUDGET DE TRESORERIE

Le budget de trésorerie est un document qui confronte les encaissements et les décaissements prévus ;

Il calcule ainsi la trésorerie prévisionnelle. Le budget de trésorerie est établi à partir des autres budgets, il vient en dernier lieu parce qu'il est une sorte de centralisation de autres budgets.

Le but du budget est d'ajusté les entrées et les sorties afin de déceler les risques de cessation de paiements ainsi que les éventualités d'excédent inutile, la prévision permet de prendre des mesures avant qu'il ne soit trop tard.

Les éléments d'informations sur la trésorerie figurant au bilan soit dans l'annexe qui fournit des renseignements sur le proche avenir, lorsque l'on prend en considération les échéances des créances et des dettes à court terme (DCT).

A cet effet, il s'agit d'assurer le découpage dans le temps de prévision de trésorerie à relatif aux exploitations et aux investissements.

Structure du budget de trésorerie :

Pour préparer la réalisation des états financiers prévisionnels, le budget de trésorerie s'articule autour de quelques tableaux.

Exemple sur la détermination du budget de trésorerie finale.

Encaissements

Janvier

Février

Mars

Avril

Bilan

 
 
 
 
 
 

Créance

5000

 
 
 
 

Vente

150000

65000

25000

30000

10000

Vente à crédit

 

10000

10000

10000

 
 
 
 
 
 
 

Total Encaissements

65000

75000

35000

40000

10000

Schéma du tableau des encaissements

Tableau des décaissements

Décaissements

Janvier

Février

Mars

Avril

Bilan

 

 

 

 

 

 

Fournisseur

30000

 

 

 

 

Achat TTC

 

19000

19000

15000

 

 

 

 

 

 

 

Total décaissements

30000

19000

19000

15000

 

 

 

 

 

 

 

Total décaissements

30000

19000

19000

15000

 

Tableau des décaissements de la TVA

Décaissements

Janvier

Février

Mars

Avril

Bilan

 
 
 
 
 
 

TVA/Ventes

9000

10800

4500

5400

900

TVA/Achats

3600

3060

3060

2340

 

TVA/Immobilisation

 

4320

 
 
 

TVA décaissée

5400

3420

1440

3060

900

Crédit TVA

 
 
 
 
 

Règlement

3000

5400

3420

1440

3060

Tableau des décaissements autres charges

Décaissements

Janvier

Février

Mars

Avril

Bilan

Salaire

1500

1500

1500

1500

 

Charges diverses

1900

1900

1900

1900

 

Acquisition d'immobilisation

 

26000

 
 
 

Retenus /salaire

 

280

280

280

280

Total décaissement

3400

2960

3680

3680

280

Synthèse de décaissements

Trésorerie finale

Janvier

Février

Mars

Avril

Bilan

 
 
 
 
 
 

Solde disponible en début

25000

49100

59540

60960

 

Encaissements

50000

60000

25000

30000

50000

Total encaissements

75000

109100

24540

90960

 

Décaissements

63400

27360

26100

24120

33400

 
 
 
 
 
 

Trésorerie finale

11600

81740

58440

66840

 

COMMENTAIRE :

Dans cet exemple, la trésorerie finale pour le mois de février et mars est relativement stable, par contre celle allant du premier mois au deuxième et du troisième mois au quatrième mois annonce une progression significative.

II.5. LES METHODES DE LA GESTION DE TRESORERIE.

Le financement :

Le financement se définit comme un ensemble des méthodes et moyens de règlements mis en oeuvres pour la réalisation d'un projet.

Deux types de financement sont à constater :

Le financement interne :

Il faut entendre par financement interne comme un ensemble des ressources que l'entreprise peut procurer de façon autonome. Ces ressources ont essentiellement pour origine l'autofinancement et les cessions d'actifs.

Le financement externe :

Par opposition au financement interne, le financement externe correspond aux ressources que l'entreprise peut se procurer en faisant appel à des tiers.

Le plan de financement :

Le plan de financement est un document prévisionnel pluriannuel traduisant en termes de trésorerie les conséquences des décisions d'investissements et des financements.

II.5.1. L'importance du plan de financement

Le plan de financement a pour but de faire des ajustements entre les ressources et les besoins pour assurer l'équilibre financière.

Il repose sur la même relation fondamentale de trésorerie que dans le TAFIR à savoir : la variation de trésorerie égale à la variation du fond de roulement (FR) moins la variation du besoin en fonds de roulement.

La structure du plan de financement présente en général sous la forme suivante :

Financement correspondant aux variables des ressources durables dont l'entreprise disposera pour chacune des années considérées ;

Investissement correspondants aux variables durables aux quelles elle devra faire face ;

Besoin de financements correspondants aux variations besoin en fonds de roulement (BFR).

Ainsi, le plan de financement prendra la forme ci-après :

Eléments/Années

0

1

2

3

4

RESSOURCES

-Capacité d'autofinancement

-Augmentation du capital

-Nouvelles dettes financières

-Cession d'actif

280 000

10 000

180 000

180000

60 000

180 000

180 000

Total ressources

290 000

180 000

240 000

180 000

180 000

EMPLOI

-Acquisition d'immobilisation

-Augmentation du besoin en fond de roulement

-Charges à répartir

-Remboursement des dettes

-Distribution de dividendes

120 000

40 000

20 000

30 000

10 000

20 000

30 000

20 000

20 000

30 000

30 000

20 000

30 000

30 000

Total emplois

160000

6OOOO

7OOOO

8OOOO

9OOOO

Ecart annuel

130000

12OOOO

170000

100000

90000

Découvert

-30000

100000

220000

390000

490000

Trésorerie finale

100000

22OOOO

390000

49OOOO

58OOOO

II.5.2. Utilité du plan de financement.

Le plan de financement permet de vérifier la cohérence de décisions stratégiques de l'entreprise, de négocier des financements auprès des apporteurs des ressources.

En effet, le plan de financement est un document exigé par les banques pour étudier les demandes de financements à long terme des entreprises, de mesurer les risques prévisionnels de trésorerie et de prévenir les difficultés qui en résultent.

Calcul de la trésorerie finale :

Ecart annuel = ressources - emploi.

Trésorerie finale =Ecart annuel + Trésorerie initiale

En absence de programmes d'investissement significatif, la trésorerie nette s'améliore progressivement dans le temps.

La trésorerie nette s'améliore à partir de la modification du délai client, fournisseur et le stockage. Il est possible de calculer le besoin de fonds de roulement enfin d'exercice et ainsi, en le confrontant aux besoins de roulements pour déterminer le montant de la trésorerie nette enfin de l'exercice. Le banquier a donc l'idée de ce que seront ces engagements sur client. Enfin, le résultat des variations de fonds de roulement et du besoin du fond de roulement donne la variation de la trésorerie nette.

Trésorerie nette = Fonds de roulement - besoin en fonds de roulement.

Le fonds de roulement est l'excédent de ressources structurelles par l'actif immobilisé. Son calcul s'effectue en faisant la différence entre ressources propres, les prévisions, les dettes structurelles de l'actif immobilisé.

Le niveau que doit attendre le fonds de roulement est difficilement chiffrable mais un ratio de l'ordre de 60% du besoin de fonds de roulement parait acceptable pour s'en franchir de difficultés de trésorerie fréquente.

Fonds de roulement = capitaux propres - actif immobilisé

Le besoin en fond de roulement d'exploitation correspond au solde entre actif circulant d'exploitation et des dettes courantes liées directement au cycle d'exploitation. Dans la majorité des entreprises, ces soldes représentent un besoin de trésorerie permanent plus ou moins fructueuse au cours de l'année, que les dirigeants doivent financer. On y trouve : stocks + créances - dettes.

Besoin du fond de roulement = actif circulant hors trésorerie - passif circulant hors trésorerie.

précédent sommaire suivant







9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.



Appel aux couturier(e)s volontaires

Hack the pandemiuc !

Moins de 5 interactions sociales par jour



BOSKELYWOOD from Ona Luambo on Vimeo.