WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Evaluation des conditions de mise en oeuvre des normes issues des directives CEE/ ONU dans la production des noix brutes de Cajou à  Kouandé, Atacora, Bénin

( Télécharger le fichier original )
par Boris HOUENOU
Université d'Abomey- Calavi faculté des sciences agronomiques - Diplôme d'ingénieur agronome, option économie-socio-anthropologie et communication pour le développement rural 2008
  

précédent sommaire suivant

4.2.9. La fumure

L'apport de fumure est une opération importante pour la culture de l'anacardier en termes de productivité. Pour que les arbres produisent après deux saisons, soit 18 mois après le semis ou la plantation des plants issus de la pépinière, il faut apporter des substances nutritives : engrais minéral ou organique, ou les deux. Le type d'engrais utilisé est NPK. Si on apporte de l'engrais minéral, type NPK, le plus simple est de le déposer dans le fonds du trou de plantation, en quantité variable selon la dimension du trou et la qualité du sol. Pour fouetter les jeunes arbres, l'INRAB préconise une dose de 400g et 600g d'engrais NPK respectivement au cours de la 2ième et de la 3ième année.. Mais il n'est pas conseillé d'apporter de l'engrais minéral sans de l'engrais organique d'abord. Si on apporte de l'engrais organique comme par exem ple de la bouse de vache séchée, on procède de la même façon, par exemple, maximum 2 kg par trou dans la région de Bassila. La vitesse de croissance est nettement plus forte avec l'association : fumure organique suivie d'engrais minéral. Si on apporte les deux ensembles, ce qui est l'idéal, soit on met l'engrais organique dans le trou et puis après les premières pluies, on enfonce l'engrais minéral dans le sol près de la tige du plant, soit on met tout dans le trou de plantation. Les données recueillies sur le terrain témoignent que les plantations ne sont pas fumées outre mesure ou de manière distinctive. Les jeunes plants d'anacardier bénéficient de l'effet induit des fumures apportées aux cultures vivrières ou industrielles (Cotonnier) auxquelles ils sont associés. Il n'a été observé chez aucun producteur la fumure d'une plantation non associée à une culture vivrière ou au cotonnier. Cette situation est expliquée par les producteurs par l'inexistence de fumure minérale spécifique à la culture. Mais on peut tout de même noter que les producteurs pourraient recourir aux fumures minérales du cotonnier s'ils jugeaient cet apport de nutriments comme indispensable. En effet, en dehors du coton pour lequel l'organisation en filière et la productivité valident l'usage des engrais minéraux, les producteurs utilisent la fumure minérale pour

les cultures vivrières. De plus, lors de ces premières années de croissance, pourtant cruciales pour la fumure des plants, l'anacardier est perçu comme une culture <<inutile », qui occupe l'espace et n'apporte aucun gain financier au bout de trois ans au minimum. On comprend donc qu'il devient difficile pour les producteurs d'engager des ressources financières pour sa fumure. Ainsi donc, l'accessibilité financière de la fumure est l'un des importants handicaps à son utilisation.

précédent sommaire suivant







Appel aux couturier(e)s volontaires

Hack the pandemiuc !

Moins de 5 interactions sociales par jour



9impact, le film en entier sur vimeo

BOSKELYWOOD from Ona Luambo on Vimeo.