WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Evaluation des conditions de mise en oeuvre des normes issues des directives CEE/ ONU dans la production des noix brutes de Cajou à  Kouandé, Atacora, Bénin

( Télécharger le fichier original )
par Boris HOUENOU
Université d'Abomey- Calavi faculté des sciences agronomiques - Diplôme d'ingénieur agronome, option économie-socio-anthropologie et communication pour le développement rural 2008
  

précédent sommaire suivant

CHAPITRE 5: ASPECTS SOCIOECONOMIQUES ET ENVIRONNEMENTAUX DE LA PRODUCTION DE NOIX D'ANACARDE ET PERCEPTIONS DES NORMES.

Sous ce chapitre, nous aborderons les avantages économiques et sociaux et une analyse de la performance économique de la production de noix brutes d'anacarde.

5.1. AVANTAGES ECONOMIQUES ET SOCIAUX DE LA PRODUCTION D'ANACARDIER À KOUANDE

De pratique forestière et antiérosive, la production d'anacardier est passée depuis plus d'une décennie à une importance économique, qui dope sa production fruitière depuis lors. Ainsi faisant, son importance est aussi devenue sociale.

5.1.1. Importance des revenus issus d'anacardiers

Le poids économique de la production d'anacardier dans la formation globale des revenus des exploitants issus des productions végétales est mesuré aussi bien par l'instantanéité, l'importance et la période d'occurrence du cash qu'elle apporte au producteur. En effet, et s'agissant de l'instantanéité et de l'importance, la vente des noix brutes d'anacardier rapporte un flux important en cash, notamment pour les producteurs qui ont des contacts directs avec les collecteurs ou ceux engagés dans les groupements. Cette instantanéité favorise la réalisation des projets du producteur dès lors que l'investissement est programmé à la période de vente. De plus, ce gain issu de la vente des noix brutes survient à une période relative de forts investissements marqués par la préparation de la campagne agricole (Mars-Mai) et une relative faiblesse de la trésorerie des producteurs. La figure suivante présente la situation réelle dans le milieu d'étude.

La figure N°19 montre que d'abord la part de
l'anacardier dans la formation du revenu agricole
peut varier de
0 à 100% selon le cas. Ces
résultats confirment ceux obtenus par Yabi
dans le Centre-Bénin où la part du gain issu de
la vente des noix d'anacardiers dans le revenu
global est comprise entre 20 et 60 % (Yabi,
2007). La relative différence de la statistique
peut être liée au fait que l'estimation soit faite
par rapport au revenu global du producteur dans
son étude. De plus, pour 29% des producteurs,
la production de noix brutes d'anacardier contribue entre 80 et 100% de leurs revenus issus des

ar défaut)

productions végétales en général. Par ailleurs , ils sont 28% des producteurs à tirer entre 0 et 20% de leurs revenus issus de la production végétale, de l'activité production de noix brutes d'anacardier. Environ 20% des producteurs tirent entre 20 et 40% de leurs revenus agricoles (production végétale) de la production des noix brutes d'anacardier. Ils sont, en outre, 17% et 6% à tirer respectivement entre 40 et 60% et entre 60 et 80% de leurs revenus agricoles issus de la production végétale, de l'activité de production de noix brutes de cajou. Ces do nnées soulignent très clairement que la production d'anacarde en est pour beaucoup dans la formation des revenus agricoles en général et ceux provenant de la production végétale chez les producteurs de Kouandé. Une analyse croisée de ces données avec les éléments des figures N°20 et 21 nous indique l'importance économique au regard de la valeur globale des productions végétales.

Cette figure indique que l'anacardier participe au maximum à 40% à la valeur des productions végétales et pour 50% des planteurs, les noix brutes d'anacardier représentent entre 0 et 10% de la valeur totale de leurs productions végétales. De même, ils sont respectivement 15% et 15% dont les noix d'anacardier participent entre 10 et 20% et entre 20 et 30% à la valeur totale des productions végétales. Enfin, entre 30 et 40% de la valeur des productions végétales proviennent de la culture de l'anacardier pour 20% des planteurs. Sur la base de l'analyse, on remarque que plus de 72% des producteurs tirent plus de 20% de leurs revenus agricoles (issus de la production végétale) de la production de l'anacardier, alors que cette production représente pour 65% d'entre eux entre 0 et 20% de la valeur des productions végétales. Mieux, seulement 20% des producteurs tirent entre 30 et 40% de la valeur de leurs productions végétales de l'anacardier pour environ 52% des producteurs qui en tirent dans la même proportion leurs revenus agricoles issus de la production végétale. En définitive, l'anacardier participe plus à la formation des revenus agricoles qu'il ne participe à la valeur totale des productions végétales : l'anacardier a donc non seulement une valeur économique mais une

valeur marchande non négligeable par rapport aux autres produits agricoles. En témoigne cette remarque : d'après 89 % des producteurs, cette recette dépasse de loin les recettes des autres produits agricoles pris isolément (Yabi, 2007). En outre, plus le producteur est âgé, plus l'anacardier contribue à la formation du revenu agricole. Les personnes âgées de plus de 60 ans tirent en moyenne 70% des leurs revenus agricoles de la production de l'anacardier. Mais l'anacardier participe non seulement à assurer une pension (voir encadré1) mais aussi à assurer un avenir à sa progéniture (voir encadré 2).

l'entretien) et chaque année on y attend quelque

chose. C'est un débit financier comme si nous étions

Encadré 2: Tellement nous croyons à l'anacarde de demain que nous invitons les nôtres à faire cette culture. Et depuis nosjeunes, avec notre aide, investissent dans les plantations d'anacardiers: de nouvelles plantations sont installées et d'ici là notre CVPA participera plus profondément qualitativement et quantitativement à la campagne de commercialisation de cette culture. MAMADOU Bio, producteur de Becket-Djadji.

Encadré 1 : Les plantations garantissent un revenu certain (petit ou grand suivant l'âge, la saison et

salariés ou simplementfonctionnaires de l'Etat. SEKE Lafia, producteur de Becket-Bouramé.

L'utilisation et la destination des ressources issues de la vente de l'anacardier seront présentées ci- dessous pour mieux comprendre quelles sont les fonctions essentielles qu'elles assument dans le portefeuille de dépenses du producteur.

précédent sommaire suivant







9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.



Appel aux couturier(e)s volontaires

Hack the pandemiuc !

Moins de 5 interactions sociales par jour



BOSKELYWOOD from Ona Luambo on Vimeo.