WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Quel est l'impact de l'impression 3D sur la supply chain ?


par Stéphane RUFER
Université Paris Dauphine - Master II "Supply Chain International" 2014
  

précédent sommaire suivant

2. Le rôle des différents acteurs

Pour la construction de son organisation logistique, le Manager Supply Chain devra tenir compte des changements sur sa Logistique, ses Transports et les probables relocalisations qui suivront.

A. La logistique

Contrairement à ce qui ressort de nombreux articles racoleurs sur l'impression 3D, même si les besoins de stockage réduiront sensiblement, il sera bien entendu nécessaire de stocker les consommables qui permettront d'imprimer les objets.

Des enjeux importants : le marché des bobines plastiques par exemple représente 310 Millions de $.

Bobines d'ABS Poudre métallique

Selon moi, les nouveaux centres logistiques qui seront amenés à apparaître seront de deux types :

D'un côté des entrepôts de stockage classiques permettant d'entreposer les différents matériaux plastiques, métalliques ou céramiques. Pour le plastique, l'ABS par exemple, sera décliné en différents coloris, différentes longueurs et différentes qualités.

De l'autre verront le jour de grandes plateformes(centrales et régionales) proposant une offre complète : du stockage des différents matériaux à la mise à disposition de pièces détachées pour le remplacement des pièces défaillantes des imprimantes. Ce sera également des centres de production avec sur la place une série d'imprimantes 3D capables de répondre rapidement à la demande personnalisée des clients.

A noter que pour bénéficier de tarifs plus intéressants auprès des fournisseurs de matériaux, les industriels et leurs acheteurs seront amenés je pense à se regrouper et à massifier ainsi leurs besoins.

B. Le transport

Les besoins en transportvont selon moi considérablement réduire avec le développement de l'impression 3D du fait de la baisse sensible des volumes de matières à déplacer. Il est fort à parier que les transporteurs qui vivent aujourd'hui des heures difficiles ne seront pas favorables à cette nouvelle technologie.

Si on prend le cas du transport routier par exemple, les difficultés conjoncturelles et les problèmes structurels sont bien présents (63 452 défaillances en 2013 soit + 5,3% par rapport à 2012). On peut donc s'attendre à une très forte résistance aux changements des transporteurs et un frein social important. A moins que cette technologie ne soit perçue comme une réelle opportunité : l'occasion de proposer des transports de courte distance entre les entrepôts de stockage classiques ou les grandes plateformes proposant des offres complètes.

Les municipalités, quant à elles, y verront davantage un intérêt puisque l'engorgement des villes ne sera plus qu'un lointain souvenir. Par ailleurs, l'emprunte carbone et la conscience écologique étant de plus en plus présents sur les grandes villes (Paris, Nantes et Toulouse pour ne citer qu'elles), l'engouement de l'impression 3D est amené à progresser. Un intérêt écologique qui s'accompagnera d'un réel gain économique.

précédent sommaire suivant