WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

La fabrication artisanal de briques et conditions socio-économiques des briquetiers a Lubumbashi

( Télécharger le fichier original )
par Emmanuel SIPILA KAHOZI
Université de Lubumbashi - Graduat en sciences économiques et de gestion 2014
  

précédent sommaire suivant

Aidez l'hopital de Montfermeil

3.1.2 CONDITION SOCIALE DES BRIQUETIERSDE LA VILLE DE LUBUMBASHI.

Environnement. A noter que dans la ville de Lubumbashi, moins de 35% des briquetiers producteurs s'adonnent à la culture de contre-saison. Ces briquetiers producteurs ont un penchant pour la fabrication de briques. Si les activités de fabrication de briques artisanale constituent certes une importante source de revenus pour ses habitants, paradoxalement, elles présentent de graves menaces pour l'environnement et les forets avec l'abattage des arbres qui servent à la cuisson. Hormis les feux de brousse, chaque année des centaines de mètres cubes de bois sont extraites de ces forêts, sans qu'un plan de reboisement ne soit exigé. A l'allure ou évoluent les choses, les fourneaux a briques risquent de ne plus faire long feu.

3.2 PRESENTATION DES RESULTATS SUR BASE DES DONNEES RECOLTEESLORS DE NOTRE ENQUETE

Pour notre enquête, nous avons utilisé la formule suivante :

Pourdéterminer la taille de notre échantillon qui est de 67 individus interrogés. (Selon Deplteau, 2010, le maux, 2010, Aktouf, 2013).

Notons que selon la même loi de probabilité, au seuil de confiance de 90% et avec une marge d'erreur de 10%, le t étant de 1.64, les résultats suivants y ont été tirés :

Tableaux n-1 : le degré d'ancienneté des briquetiers.

Durée

Nombre absolu

Nombre relatif %

1 mois

13

19,40

1 année

15

22,39

2 ans

20

29,85

3 ans

10

14,93

4ans et plus

9

13,43

Total

67

100

Source : Elaboré par nous-mêmes sur base des données récoltées.

INTERPRETATION DES RESULTATS

A la lumière de notre étude et au regard de ce tableau ci-dessus, il décrit le niveau d'ancienneté des briquetiers artisanaux, qui ressort comme suit :

Sur l'ensemble des briquetiers que nous avons eu à interroger et selon la taille de notre échantillon requis,

29,85% de briquetiers oeuvre depuis 2 ans dans leurs métiers,

22,39% oeuvre depuis 1 année dans ce métier de brique,

19,40% y travaillent depuis un 1 mois,

14,93% travaillent les briques depuis 3 ans au mois,

13,43% pratiques ce même métier depuis 4 ans et y ont un fort degré d'ancienneté.

Tableau n-2 : la satisfaction des briquetiers au travail.

Degré de satisfaction

Nombre absolu

Nombre relatif %

Très satisfait

0

0

Satisfait

6

8,96

Assez satisfait

0

0

Moins satisfait

6

8,96

Pas satisfait

55

82,09

Total

67

100

Source : Elaboré par nous-mêmes sur base des données récoltées.

Commentaires

Tels que nous l'avons illustré ci-haut, la majorité des briquetiers pratiques leurs travaux sans en être satisfait, malgré quelques cas particuliers de ceux qui s'y sentent assez satisfait.

Sur l'ensemble d'individus de notre échantillon requis, 82,09% ne sont pas satisfaits de leurs métiers des fabricants de briques, ce qui signifie qu'ils s'y adonnent mais par contrainte. Et 8,96% d'entre eux se sentent moins satisfaits de ce métiers, la plupart d'entre eux ont été forcés de s'y habituer et aimer par contrainte pour manque d'emploi, ils se retrouvent quand même du faite que le revenu qu'ils perçoivent leurs permettent de subvenir à leurs besoins primordiaux, mais sans pour autant investir (Manque de la notion d'épargne), bref, toute chose restante égale par ailleurs (« ceteris paribus »)

Tableau n-3 : Revenu perçu lors de la fabrication de briques

X^ Revenu par brique

Nombre absolu (n)

Nombre relatif % (x)

Moyenne en FC (x^)

[30 35[

28

41,79

33

[35 40[

30

44,78

38

[40 45[

9

13,43

43

Total

67

100

114

Source : Elaboré par nous-mêmes sur base des données récoltées.

Commentaires du tableau

La rémunération des briquetiers est un coût pour l'employeur, d'autant plus que celle-ci est associée à une charge qui n'est tout autre que la ration.

Ainsi le tableau ci-haut nous élucide que sur l'ensemble de notre échantillon requis ,28 briquetiers perçoivent en moyenne 33 FC par brique produite, 30 en perçoivent aussi en moyenne 38 FC et enfin 9 y tirent au moins 43 FC par brique produite. Ces derniers offre des chiffre un peu hallucinante du fait qu'ils sont employés par des sponsors ayant assez des moyens, ce qui n'est pas le cas des 28 et 30 autres individus de notre échantillon qui sont rémunérés respectivement entre 33 et 38 FC, ils sont souvent employés par des sponsors n'ayant pas assez de moyens financiers ou quelque fois ne négocie pas bien leurs contrat en fonction aussi de leurs intérêts.

Notons aussi que dans certains cas, la rémunération des briquetiers n'est ni fonction de la situation financière du sponsor, ni de la négociation faite pour son propre intérêt mais plutôt de la nécessité d'obtention de briques durant un temps record ou minime qui va le pousser à motiver ses travailleurs.

Tableau n-4 : la couverture de besoin de 1ere nécessité par son salaire

Couverture du salaire

Nombre absolu

Nombre relatif %

Oui

3

4,48

Non

64

95,52

Total

67

100

Source : par nous-mêmes sur base des données récoltées.

Commentaires

L'examen de ce tableau décrit deux situations :

1. Sur l'ensemble de notre échantillon requis, 95,52% de briquetiers n'arrivent pas à couvrir leurs besoins de 1ere nécessité avec le salaire qu'ils perçoivent. Ils dépensent plus qu'ils ne perçoivent, du fait que leurs salaires n'arrivent pas à couvrir la totalité des besoins primordiaux, par exemple pourvoir au loyer de leurs habitats, se vêtir normalement, se nourrir de façon équilibré au quotidien, s'administré des soins médicaux adéquats et instruire leurs enfants pour ceux qui en ont ou s'instruire.

2. Dans ce même ensemble de notre échantillon requis, 4,48% des briquetiers arrivent quand même à couvrir leurs besoins de 1ere nécessité avec les salaires qu'ils perçoivent. Ils sont généralement employés par des sponsors ayant assez des moyens ou contractent bien leurs contrats en visant leurs propres intérêts. Par après, ils sont capables de se louer une maison, manger avec équilibre, instruire ou s'instruire et avoir accès aux soins médicaux adéquat.

Bref, ils sont parfois bien motivés du fait que le sponsor voudrait un travail rapide dans un temps record. (Toute chose restante égale par ailleurs « ceteris paribus »).

Tableau n-5 : la satisfaction du salaire reçu

Degré de satisfaction

Nombre absolu

Nombre relatif %

Très satisfait

0

0

Satisfait

3

4,48

Assez satisfait

7

10,48

Moins satisfait

25

37,31

Pas satisfait

32

47,76

Total

67

100

Source : Elaborée par nous-mêmes sur base des données récoltées.

Commentaires

Le degré de satisfaction du salaire reçu est élucidé dans le tableau ci-haut :

Sur l'ensemble de notre échantillon requis 47,76% d'individus briquetiers ne sont pas satisfaits de leurs salaires reçus du fait que celui-ci ne subvient pas à leurs besoins primordiaux comparativement à la force et l'endurance qu'ils fournissent. Et 37,31% des briquetiers sont moins satisfaits du salaire dont 10,48% qui se sentent assez satisfaits et enfin 4,48% se sentent satisfaits.

Tableau n-6 : la notion d'épargne chez les briquetiers artisanaux

Notion d'épargne

Nombre absolu

Nombre relatif %

Connaissant

59

88,06

Ne connaissant pas

8

11,94

Total

67

100

Source : Elaboré par nous-mêmes sur base des données récoltées.

Commentaires

La notion d'épargne est très importante chez une population du faite qu'elle aboutit à l'investissement, qui s son tours débouche a la création d'emplois qui induira ensuite une baisse du taux de chômage.

Dans le cas de notre étude, selon la taille de notre échantillon requis 88,06% des briquetiers ont une notion d'épargne, en outre ils savent épargnées et 11,94% n'ont pas cette notion.

Est-ce que ceci insinue que l'épargne s'effectue réellement vue le taux élevé des briquetiers qui savent de quoi il s'agit ?

Tels peut avoir été la question qui est passé à l'esprit de nos lecteur et dont nous allons élucider dans le tableau ici-bas.

Tableau n-7 : l'épargne des briquetiers

Pratiqué l'épargne

Nombre absolu

Nombre relatif %

Oui

0

0

Non

67

100

Total

67

100

Source : Elaboré par nous-mêmes sur base des données récoltées.

Commentaires

Sur l'ensemble de notre échantillon requis, tous les individus briquetiers n'épargnent pas malgré la notion de l'épargne qu'ils ont en eux. Ceci pousse peut-être certains de nos lecteurs a se posé encore la question pourquoi ?

· Est-ce parce qu'ils ne le peuvent pas ?

· Est-ce parce qu'ils ne connaissent pas comment le faire ?

· Ou est-ce parce qu'ils ne veulent pas le faire ?

Tels sont les questions que le tableau ici-bas traite.

Tableau n-8 : la part du salaire des briquetiers allouée à l'épargne

La cause du non épargne

Nombre absolu

Nombre relatif %

Parce que le salaire ne le permet pas.

67

100

Parce qu'ils ne savent pas qu'est-ce que c'est.

0

0

Parce qu'ils ne veulent pas le faire

0

0

Total

67

100

Source : Elaboré par nous-mêmes sur base des données requise lors de notre enquête

Commentaire

Sur base de notre échantillon requis, tous les briquetiers n'épargne pas, non pas parce qu'ils ne savent pas le faire ou parce qu'ils ne le veulent pas mais parce que leurs revenus ne leurs permet pas cela.

Selon la théorie des keynésiens, stipulant que ne peut épargner que celui qui a un revenus et bien après avoir consommé cela et alors le reste peut être mis en banque (E=C-Y), or ceci n'est pas le cas des briquetiers artisanaux de notre échantillons qui ne peuvent le faire.

Dans la partie introductive, notre préoccupation majeure dans la problématique était focalisée sur trois questions de départ qui sont :

1. Le revenu perçu lors de la fabrication artisanale des briques satisfait-t-il les briquetiers ?

2. Est-ce que le revenu qu'ils perçoivent leurs permet de couvrir les besoins de 1ere nécessité ?

3. Est-ce qu'ils sont satisfaits de leurs métiers de fabricants de briques ?

Enfin, sur base des données chiffrées de nos tableaux ci-haut et après examen des résultats qui y dérivent, tous cela n'a fait qu'affirmer nos hypothèses émise au début du travail dans le sens où la majorité d'individus briquetiers artisanaux ne sont pas satisfaits de leur revenu perçu ainsi que de leurs métiers.

Au niveau du salaire, malgré le grand rendement perçu lors de la vente de briques par les bénéficiaires qui n'est sont tous autres que les sponsors, peu des briquetiers se retrouvent. La fabrication artisanale de briques étant un métier nécessitant de la force physique et une endurance de haut niveau ne procurent pas assez de satisfaction à ses pratiquants, qui s'y livre par contrainte de peur de se retrouver sans aucune capacité de financement pour subvenir à leurs besoins.

précédent sommaire suivant






Aidez l'hopital de Montfermeil

Appel aux couturier(e)s volontaires

Hack the pandemiuc !

Moins de 5 interactions sociales par jour