WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

L'autobiographie dans l'univers littéraire tchadien, histoire de migration et d'espoir

( Télécharger le fichier original )
par Emmanuel KALPET
Ngaoundéré (Cameroun) - Master es-lettres 2014
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

CONCLUSION GÉNÉRALE

Notre étude a porté sur la migration et l'espoir dans Loin de moi-même, Un Tchadien à l'aventure et Tribulations d'un jeune Tchadien ; textes autobiographiques de Zakaria Fadoul Khidir, Mahamat Hassan Abakar et Michel N'Gangbet Kosnaye. Il était question de montrer en quoi l'expérience migratoire est motif d'écriture autobiographique chez ces auteurs, et en même temps, de démontrer comment cette écriture se matérialise chez chacun d'eux.

Nous avons eu à relever, d'emblée, que les récits autobiographiques de Mahamat Hassan Abakar, Michel NgangbetKosnaye et Zakaria FadoulKidhir mettent l'accent sur ce qui est vu et vécu par les personnages migrateurs lors de leurs séjours et/ou passages dans les espaces migratoires. Toutefois, les visions de ces auteurs sont labiles en raison de leur situation d'appartenance socio-culturelle et religieuse; d'où la singularité d'esthétisation de l'ici et de l'ailleurs chez chacun d'eux.

L'analyse que nous avons proposée a reposé principalement sur une lecture autobiographique de ces récits. Philippe Lejeune faisait déjà remarquer qu'une telle lecture prend en compte deux dimensions : poétique et critique. Ainsi, au premier pôle, nous avons eu recours à la poétique autobiographique telle que exposée dans Le pacte autobiographique. Au volet critique, nous avons convoqué l'approche idéologique de Philippe Hamon, en référence à son ouvrage Texte et idéologie.Le faisant, nous avons mis l'accent sur l'aspect « évaluation » de cette approche, focalisant ainsi notre attention sur « l'idéologie dans letexte » pour enfin appréhender « l'idéologie du texte » et situer « le texte dans l'idéologie ».46(*)

En complément à la méthode hamonienne, nous avons aussi eu à convoquer quelques notions de psychanalyse qui nous ont permis de comprendre l'état d'âme de ces personnages migrateurs contraints à l'errance. Le comparatisme aidant, nous avons eu, tout au long de nos analyses, à faire interférer ces méthodes afin d'aboutir à des résultats.

Dans la première partie, nous nous sommes attelés à montrer comment ces autobiographes ont présenté leur espace d'origine ainsi que les espaces migratoires.Ainsi, dans le chapitre premier où il était question d'analyser les situations d'origine et déceler les motivations ayant amené les personnages à émigrer, nous avons constaté que dans Loin de moi-même, Un Tchadien à l'aventure et Tribulations d'un jeuneTchadien, les motifs du départ sont liés à l'instabilité du pays d'appartenance de ces autobiographes. Nous avons vu que Zakaria FadoulKhidir, Mahamat Hassan Abakar et Michel N'Gangbet Kosnaye ont présenté leur pays d'origine comme étant non seulement pauvre, mais aussi anéanti par des conflits politiques de tout genre. Il ressort aussi que ces autobiographes, dévoués à retrouver l'équilibre socio-économique et politique de leur pays, ont fait de l'obligation académique une passion, définissant ainsi leurs désirs de changement social. L'obsession pour ce « manque à conquérir », avons-nous souligné, les a mis dans une situation d'errance née de l'espoir de réussir.

Pour ce qui est des espaces migratoires évalués par les narrateurs de Loin de même, Un Tchadien à l'aventure et Tribulations d'un jeune Tchadien, nous avons retenu que les évaluations proposées relèvent de la subjectivité, car Zakaria FadoulKhidir, Mahamat Hassan Abakar et Michel N'Gangbet Kosnaye ont fait preuve d'ouverture d'espritface aux spectacles du monde. Dans leurs évaluations, nous avons eu à dégager des thèmes sociaux à caractère essentiellement satirique. Nous avons relevé la comparaison, l'oxymoron, le paradoxe, l'hyperbole, l'ironie etla synecdoque comme procédés inhérents aux évaluations qu'ils ont données. De par l'évocation des réalités morceléesd'une période bien précise de l'histoire, nous avons vu qu'ils sont parvenus à coller une image à chaque pays évalué. En analysant les conditions d'accueil, nous nous sommes rendu compte que la plupart des jugements de valeur tenus sur les espaces migratoires sont occasionnés par les types d'accueil auxquels ils se sont confrontés. Nous avons enfin vu que les conditions d'accueil sont des données variables,car les trois autobiographes n'ont pas reçu les mêmes accueils, quand bien même ils ont eu des parcours comparables.

La deuxième partie de notre travail fait état du genre et des raisons des choix faits par les auteurs de notre corpus. Nous avons de ce fait proposé dans un premier temps, la poétique de leurs oeuvres. Partant des critères énumérés et théorisés par Philippe Lejeune, nous sommes parvenus à affirmer que les textes de Zakaria FadoulKhidir, Mahamat Hassan Abakaret Michel N'Gangbet Kosnaye sont véritablement autobiographiques. Nous fiant aux éléments de base du « pacte autobiographique », nous avons eu à observer que ces écrits sont essentiellement centrés sur l'histoire de la personnalité. Qu'il s'agisse de Loin de moi-même, Un Tchadien à l'aventure ou Tribulations d'un jeune Tchadien, la situation d'énonciation nous a permis de voir que les rapports d'identité entre auteur, personnage et narrateur ne sont pas étanches. L'autobiographie, selon Lejeune, étantle résultat de la somme du « pacte référentiel » et du « pacte autobiographique », nous avons eu à confirmer la nature autobiographique de ces récits grâce aux données référentielles (constituants para-textuels et aussi bien textuels) renvoyant à des « modèles » susceptibles de certifier les faits racontés et porter garant sur l'auteur.

Cette certitude du choix de genre opéré par Zakaria FadoulKhidir, Mahamat Hassan Abakar et Michel N'Gangbet Kosnaye nous a amené, dans le dernier chapitre de cette partie, à nous interroger sur les raisons de leur prédilection pour le genre autobiographique. Nous avons ainsi observé qu'à l'issue des expériences migratoires marquées par des difficultés (financières, routières, psychologiques) et des acquisitions, (découvertes, formations), les autobiographes de notre corpus ont amorcé un retour plein d'espoir et d'illusions.La transmutation de la terre d'origine n'a pas facilité leur réinsertion faisant ainsi de leur projet de départ une utopie et d'eux, des « étrangers » dans leur propre pays. Nous avons eu à souligner que leur projet autobiographique se situe aux confins de tout ce qui précède. L'écriture de toutes ces histoires de leurs vies peut se lire comme la manifestation du désir de laisser un témoignage à la postérité quand l'âme errante qui peine à retrouver l'ataraxie se situe par rapport à un monde insaisissable où le rêve est chaotique et l'appartenance problématique.

Au terme de notre analyse, nous avons établi que Loin de moi-même, Un Tchadien à l'aventure et Tribulations d'un jeune Tchadien sont des récits autobiographiques de la migration. Notre affirmation est corroborée par le fait que chaque récit est centré sur un « je » dont la vie est partagée entre « l'ici » et « l'ailleurs ». Ces textes traduisent le mal-être d'une époque tchadienne dont le déséquilibre socio-politique et économique est de mise, poussant ainsi les jeunes en exil. Ils constituent la mémoire du Tchad, de l'Afrique, voire du monde lorsqu'ils permettent à travers le regard errant, de recentrer l'Histoire d'une période précise. De par ces oeuvres, nous pouvons aussi lire le destin de l'autobiographie dans une société où le « je » est indissociable du « nous » collectif. Enfin, elles traduisent l'expression d'un espoir permis dans la mesure où elles attestent du charisme par lequel ces jeunes Tchadiens ont su braver les obstacles durant les années d'errance.

Des pistes de recherches se dégagent à la fin de ce travail. Puisque l'autobiographie se pose en termes de « vérité » et que les récits de Zakaria FadoulKhidir, Mahamat Hassan Abakar et Michel N'Gangbet Kosnaye s'inscrivent dans le registre du témoignage sur une société et une époque précises, un travail de réception permettra sans doute de mesurer la valeur qu'acquièrent ces textes aux yeux des « lecteurs  idéaux » et des « lecteurs concrets ». Aussi, pour ce qu'ils se prêtent pour mémoires d'un pays, ces textes peuvent également faire objet d'une confrontation avec d'autres récits(d'une même époque) des autobiographes d'un autre pays africain,afin d'en dégager les similitudes et les dissemblances. Cela pourrait être, à notre sens, une porte ouverte dans le vaste chantier des études autobiographiques dans la littérature africaine.

* 46Philippe Hamon souligne à l'introduction de son ouvrage que l'idéologie est une notion traitée de manière pluridisciplinaire. Il note pour preuve les analyses inhérentes à ce sujet dans les domaines tels que la sociologie de la littérature, la sociologie textuelle, la sociocritique, la sociolinguistique des contenus et pragmatique des discours.Parler donc du rapport texte-idéologie, selon lui, ne relève pas d'un seul domaine. C'est pourquoi il mentionne les multiples variantes idéologiques abordées par les théoriciens de l'idéologie en rapport avec le texte notamment « l'idéologie dans le texte », « l'idéologie du texte », « le texte dans l'idéologie » et « l'idéologie comme texte ».En effet, « l'idéologie dans le texte » revient à évoquer l'idéologie du texte qui se dégage à travers sa structure c'est-à-dire les personnages, les mots, l'espace, le temps, le groupe social ou éthique auxquels appartiennent les personnages ou l'auteur. « L'idéologie du texte » quant à elle, est celle produite par le texte. En effet, dans son style, ses enjeux de mots, sa visée, ses convictions morales, religieuses, philosophiques... l'auteur peut influencer ses lecteurs pour les faire ingurgiter une idéologie. Quand on parle du « texte dans l'idéologie », on évoque la question des normes à partir desquelles on conçoit les textes. Autrement dit, cette notion désigne tout texte conçu à partir d'une idéologie bien précise. « L'idéologie comme texte » est une sorte d'idéologie écrite, fixée ou conçue sous forme de texte. Ceci étant, le texte trouve ses marques dans l'idéologie et vice-versa d'autant plus que le texte est écrit de telle sorte qu'il puisse obéir aux normes ; question de légitimer le texte par les instances de légitimation, ou encore, échapper à la censure.

précédent sommaire suivant






La Quadrature du Net