WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Adolescents placés : des familles à  l'épreuve du lien


par Rozenn Léauté
ITES Brest - DEES 2015
  

précédent sommaire suivant

II.3.b - « Attaque » du lien créé avec la famille d'accueil

Souvent, ne pouvant s'en prendre à ses parents, l'enfant accueilli teste le lien avec la famille d'accueil pour vérifier jusqu'à quel point elle tient à lui. Il cherche à recréer le schéma de séparation vécu avec ses parents, en adoptant des comportements violents, tyranniques, agressifs, qui peuvent amener le professionnel dans ses retranchements. Lorsque la relation devient trop conflictuelle, une fin de placement peut alors être décidée, soit par l'assistant familial, soit par le service gardien, afin de préserver l'enfant et la famille d'accueil. Dans le cas où ce genre de décision se prend, cela peut conforter l'enfant dans l'idée de sa responsabilité quant à la séparation de son milieu naturel.

Puisque, comme le stipule Maurice BERGER dans L'échec de la protection de l'enfance, « certains enfants ont la conviction que c'est de leur faute si leurs parents ne sont pas adéquats avec eux. »1

Suite à mes observations, j'ai remarqué que cela se produisait plus souvent à l'adolescence. À cette période, l'enfant se pose la question de son identité et de son appartenance familiale et cherche à devenir indépendant psychiquement de ses parents. Cette période est souvent source de dépressions, de crises, de passages à l'acte. Elle est d'autant plus difficile à gérer lorsque l'enfant vit dans une famille qui n'est pas la sienne. C'est pourquoi, c'est souvent une période qui fragilise le placement.

« Pour l'adolescent placé, la pathologie du lien va se révéler. On assiste à une résurgence de la problématique de la séparation. Il y a le risque que le placement soit détruit par ses attaques; l'adolescent recolle alors à ses parents - défaillants - à un âge où il devrait s'autonomiser »2 explique Christian ALLARD.

1 Maurice BERGER, L'échec de la protection de l'enfance, op.cit., p.14

2 Christian ALLARD, Pour réussir le placement familial. Issy-les-Moulineaux: ESF éditeur, 2007

25

précédent sommaire suivant