WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

La pollution de la lagune Ebrie: la berge lagunaire d'Abobo Doume

( Télécharger le fichier original )
par AGREY BARTHELEMY NOGBOU
CERAP ET UNIVERSITE DE BOUAKE - DEESS EN ETHIQUE ECONOMIQUE ET DEVELEPPEMENT DURABLE 2012
  

précédent sommaire suivant

II- PORTEE DU TRAVAIL ET RECOMMANDATIONS

Il convient de relever la portée du travail de notre étude à différents niveaux, puis de faire des recommandations susceptibles de contribuer à l'amélioration de la salubrité de la berge lagunaire dAbobo Doumé.

A. PORTEE DU TRAVAIL

Cette étude nous a permis de comprendre et de situer les intérêts à quatre niveaux :

- Un intérêt personnel et individuel

- Un intérêt pour la population et la chefferie du village d'Abobo Doumé

- Un intérêt pour le Ministère en charge de la gestion de l'eau.

1- Un intérêt personnel et individuel

Cette étude nous a permis d'avoir des connaissances sur la lagune Ebrié et sa pollution, mais surtout sur les effets de cette pollution sur la population d'Abidjan tout ayant en mémoire que la lagune est impropre à toute baignade.

Ce travail est une véritable aubaine pour nous qui avions fait une formation théorique sur les déchets et leurs conséquences. Mais sur le terrain, nous avons pris conscience du danger réel que court la population du fait de sa propre négligence en ce qui concerne la gestion de ses ordures, qu'elle produit sans se rendre compte de ses effets négatifs externes, d'où l'importance de la connaissance des externalités négatives et des outils de correction.

Nous pouvons, également, évoquer l'évaluation économique de la valeur de la vie statistique avec son élément majeur pour nous, le consentement à payer pour pouvoir vivre longtemps et dans un environnement sain. Si chacun avait cette connaissance, l'espérance de vie des ivoiriens serait améliorée.

Sur le terrain, nous avons constaté que l'homme est son propre destructeur en voulant se débarrasser des ordures d'une manière simple, sans effort et sans réflexion. L'essentiel, pour lui, est de se débarrasser des ordures tout en minimisant les effets catastrophiques qui s'en suivront.

Le travail nous a permis de savoir qu'Abobo Doumé est, non seulement, le carrefour de commercialisation des produits halieutiques pour la population d'Attécoubé, mais également pour toute une partie de la population de Yopougon. Ces produits malgré la pollution de la lagune, viennent de la pêche des riverains mais, aussi d'autres contrées telles que Vridi Canal et autres.

Cette étude nous a permis de rencontrer des chercheurs et techniciens dans des domaines autres que la médecine. Elle nous a mis réellement en contact avec les pathologies liées à la mauvaise gestion de l'environnement et surtout, connaitre les effluents de pollution qui, au début du travail, nous paraissaient indéchiffrables.

2 -Un intérêt pour la population et la chefferie du village d'Abobo Doumé

La chefferie d'Abobo Doumé à qui l'Etat reconnait un droit coutumier sur la lagune doit faire en sorte que la lagune ne soit polluée de par sa négligence et son inertie. Cette étude montre clairement que leur berge lagunaire est polluée par les eaux usées. Certes, en dehors des réalisations étatiques ou privées pouvant entrainer la pollution, la chefferie doit savoir qu'elle a une part de responsabilité dans la pollution de la lagune dont elle devrait s'impliquer dans la gestion et la protection.

Il faut informer officiellement la chefferie que la lagune est polluée et que sa population en n'est consciente, tout en indiquant les différentes causes de pollution.

En fait, la chefferie dans sa quête de ressources financières donne des autorisations d'exploitation de parcelle en bordure de la lagune. Ces petites et moyennes entreprises en voulant faire des gains rejettent dans l'eau des effluents qui polluent la lagune. Une fois informée et sensibilisée, elle pourra prendre des mesures pour assurer une exploitation rationnelle, écologique et durable de la lagune.

Ensuite, il ya l'exploitation des moulins à manioc qui rejettent non seulement des DCO et DBO5, mais également du cyanure dans la lagune, car ces moulins sont implantés sur berge lagunaire. L'on pourrait trouver d'autres sites éloignés de la lagune et aménager des fosses spécialement pour recueillir ces eaux de presse des maniocs. Dans ce cadre, l'assistance-conseil et technique des structures spécialisées telles que le CIAPOL, le CRO et même le Ministère de l'agriculture pour la gestion des eaux issues du manioc serait bénéfique aux populations riveraines. Ces structures devraient être dotées de laboratoires adéquats pour les aider à prendre soin de leur lagune.

Nous avons également le coffre à ordure qui est déposé en bordure de la lagune sans aucune protection. L'on peut construire une niche pour ces coffres tout en respectant une certaine norme de mesures afin de recueillir ces ordures au cas où les ménages oublieraient de les verser directement dans le coffre. Néanmoins, il serait judicieux d'éloigner ce coffre de la berge lagunaire, car en cas de pluie ou de vent les ordures vont directement dans lagune. Il faut trouver aussi un autre site pour ce coffre en prenant le soin de le mettre dans une niche faite à cet effet.

C'est le cas aussi pour le marché de poissons qui entrainent énormément d'ordures qui vont directement dans la lagune. Il faudrait lui trouver également un autre site un peu éloigné de la berge. Dans le cas contraire, que l'on accepte de consentir à payer ou à travailler pour collecter toutes les ordures émanant de ce marché. Pour cela, il faudra solliciter la SOTRA et les exploitants des pinasses pour une meilleure gestion de la lagune afin qu'ils payent des taxes ou des subventions destinées à corriger les effets pervers de leurs activités sur la lagune.

Il faudrait également faire construire des latrines publiques pour éviter que les gens ne puissent pas aller déféquer dans la lagune, et un projet peut être initié avec les autorités municipales d'Attécoubé dans ce sens.

En ce qui concerne le centre de santé, il faudrait que la chefferie s'implique dans sa gestion en aidant le Directeur à pouvoir mener des campagnes de sensibilisation. C'est un centre, qui n'a pas de moyens et si l'on n'y prend garde, il risquerait de rester dans les broussailles. Le Directeur ne possède aucun matériel de bureautique encore moins du matériel informatique pour le recueil et le traitement des données.

Notre étude a démontré que le paludisme est la première raison de consultation dans la formation sanitaire, alors qu'une politique gouvernementale de lutte contre le paludisme existe depuis des décennies. Elle est marquée par la sensibilisation à l'usage des moustiquaires imprégnées et à la salubrité du cadre de vie. En dehors du cas de paludisme, nous avons les maladies diarrhéiques qui peuvent être maitrisées par de simples lavages de mains, pour les dermatoses, l'on peut prévenir certaines d'entre elles par l'hygiène corporelle.

En somme, la chefferie gagnerait à s'impliquer véritablement dans la gestion rationnelle et durable de la lagune.

3- Un intérêt pour les institutions et le ministère chargé de la gestion de l'eau

Le CIAPOL, structure chargée de lutter contre la pollution, a subi des dégâts dus à la crise post électorale. C'est le triste constat que nous avons fait, lorsque nous nous sommes rendus à son siège d'antan, le site étant occupé par les éléments des Forces Républicaines de Côte d'Ivoire (FRCI). Nous pensons que la guerre est finie et l'on peut restituer les bâtiments afin que le nouveau Directeur qui vient d'être nommé par le conseil des ministres du mercredi 09 mai 2012 puisse mettre en place et exécuter sa politique de gestion de la lagune et autres cours d'eau.

Actuellement, un centre qui est sensé être proche de la lagune pour lutter contre sa pollution est confiné dans un immeuble au plateau en pleine ville, alors que les coffres à ordure et les moulins à manioc qui devraient être situés loin des berges, y sont installés pour sa pollution.

Le CIAPOL doit donc être redynamisé et rééquipé en laboratoires modernes et performants. Il y a aussi le cas du CRO qui est resté en place, mais qui n'est pas doté de laboratoire qui puisse prendre en charge toutes les analyses en ce qui concerne les analyses microbiologiques et les analyses concernant les effluents DBO et DCO, ce qui nous a conduit à solliciter LANADA.

Vivement que le Gouvernement se penche sur toutes ces structures impliquées dans la gestion de l'eau pour y apporter des rénovations nécessaires pour leur fonctionnement. Cela est capital pour la population Abidjanaise.

Au total, le ministère chargé de la gestion de l'eau doit amener le Gouvernement à adopter le décret d'application en ce qui concerne le code de l'eau, afin de donner les moyens juridiques et réglementaires à toutes les institutions en charge de l'eau, pour travailler dans de meilleures conditions et réaliser les objectifs à eux assignés.

précédent sommaire suivant











9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.



Bitcoin - Magic internet money - Join us !