WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

La pollution de la lagune Ebrie: la berge lagunaire d'Abobo Doume

( Télécharger le fichier original )
par AGREY BARTHELEMY NOGBOU
CERAP ET UNIVERSITE DE BOUAKE - DEESS EN ETHIQUE ECONOMIQUE ET DEVELEPPEMENT DURABLE 2012
  

précédent sommaire suivant

II-Définition des termes de référence et la formulation de la problématique

1) Définition des termes clés

- La lagune

Selon le petit Larousse illustré 2012, «  la lagune est une étendue d'eau marine retenue derrière un cordon. »

Pour LANKFORD, une lagune est une dépression côtière située au-dessous du niveau moyen des océans, ayant une communication permanente ou temporaire avec la mer, mais isolée de celle-ci par un cordon ou tout autre type de barrière littorale.

La notion de lagune, stricto sensu, est toujours synonyme de relation avec la mer (lagunes paraliques), au travers d'une barrière littorale (appelée également seuil, flèche, cordon ou lido) dont la morphologie détermine le régime hydrologique de ces milieux, et constitue un des facteurs les plus importants de la nomenclature lagunaire.

Si la barrière littorale est constituée d'une bande de sédiments permettant une communication régulière avec la mer au niveau de quelques passes (appelées aussi graus, exutoires ou émissaires) dont l'existence est conditionnée par le transit sédimentaire le long du littoral, on parlera de bassins lagunaires proprement dits. La lagune Ebrié appartient à ce type. On parlera parfois d'étangs littoraux (LEVY, 1971) lorsque les liaisons avec la mer sont plus épisodiques et liées aux actions conjuguées des vents, des marées, ou des tempêtes. Dans la toponymie française, l'utilisation des termes lac, étang, lagune dépend plus des habitudes régionales que de la nature des plans d'eau considérés.

Dans le cas de progradation rapide de la côte, les nappes lagunaires ne sont plus en communication avec la mer, même temporairement, et définissent ainsi des lagunes supratidales encore appelées étangs, lagunes fermées, lagunes deltaïques ) .

Enfin, un dernier type de barrière lagunaire, issue d'un concrétionnement (biogénique) récifal, définit les atolls coralliens, très fréquents dans la ceinture intertropicale.

Les lagunes actuelles sont séparées de la mer par un cordon littoral. Celui-ci peut résulter de l'érosion côtière et former une flèche littorale barrant un estuaire ou une baie ; c'est notamment le cas pour de nombreuses lagunes de formation récente. II peut être aussi constitué par une crête littorale (dunes de haut de plage) antérieure aux dernières transgressions marines qui ont ensuite submergé les dépressions situées entre le continent et la crête. Ce dernier type de formation est celui qui est retenu pour les lagunes de l'Afrique de l'Ouest5(*). Rappelons enfin l'hypothèse tectonique, déjà assez ancienne qui attribue l'existence de certaines lagunes à l'émergence progressive d'une barrière littorale6(*).

- La berge7(*)

Bord d'un cours d'eau (ruisseau, rivière, fleuve, canal) ou d'un lac, en pente, souvent escarpé, formé naturellement ou dû à la main de l'homme.

- La baie lagunaire

La convention des Nations Unies sur le droit de la mer ,qui reprenant le concept de la convention de Genève de 1958, dispose dans son article 10, paragraphe 2, que « aux fins des conventions, on entend par baie, une échancrure bien marquée dont la pénétration dans les terres par rapport à sa largeur, à l'ouverture est telle que les eaux qu'elle renferme sont cernées par les côtes et qu'elle constitue plus qu'une simple inflexion de la côte. Toutefois, une échancrure n'est considérée comme une baie que si sa superficie est au moins égale à celle d'un demi-cercle ayant pour diamètre la droite tracée en travers de l'entrée de l'échancrure. »

Selon le Petit Robert, il s'agit de l'échancrure d'une côte plus ou moins ouverte sur le large8(*).

- La pollution9(*)

La pollution est la contamination ou la modification directe ou indirecte de l'environnement provoquée par, tout acte susceptible :

- d'altérer le milieu de vie de l'homme et des autres espèces vivantes;

- de nuire à la santé, à la sécurité, au bien-être de l'homme, de la flore et de la faune ou aux biens collectifs et individuels.

- La pollution des eaux

La pollution des eaux est l'introduction dans le milieu aquatique de toute substance susceptible de modifier les caractéristiques physiques, chimiques et/ou biologiques de l'eau et de créer des risques pour la santé de l'homme, de nuire à la faune et à la flore terrestres et aquatiques, de porter atteinte à l'agrément des sites ou de gêner toute autre utilisation rationnelle des eaux. 

- Les déchets

Les déchets sont des produits solides, liquides ou gazeux, résultant des activités des ménages, d'un processus de fabrication ou tout bien meuble ou immeuble abandonné ou qui menace ruine.

- Principe "Pollueur-Payeur"

Toute personne physique ou morale dont les agissements et/ou les activités causent ou sont susceptibles de causer des dommages à l'environnement est soumise à une taxe et/ou à une redevance. Elle assume en outre toutes les mesures de remise en état.

- Le dragage

On appelle dragage, l'opération qui consiste à extraire les matériaux situés sur le fond d'un plan d'eau. L'objectif peut être de réaliser des travaux de génie portuaire (creusement de bassins ou de chenaux), d'entretenir les chenaux fluviaux ou maritimes empruntés par les navires lorsqu'ils ont été comblés par les sédiments, d'effectuer des opérations de remblaiement pour reconstituer les plages ou gagner des terres sur la mer ou d'extraire des granulats marins pour répondre aux besoins du secteur de la construction.

Les termes de références étant définis, nous allons passer à la formulation de la problématique.

2) La problématique

La lagune Ebrié qui faisait autrefois la fierté du pays, est devenue depuis la politique de développement et d'industrialisation, une source de pollution de tout genre car, aucune prévision concernant la gestion des déchets issus des entreprises n'a été conçue et appliquée.

Depuis 1974, des travaux sur la pollution de la lagune ont été réalisés par le Centre de Recherches Océanographiques d'Abidjan (CRO) où l'on évoquait les différentes sources de pollution. Les décideurs ont réagi en créant le 09 octobre 1991, le Centre Ivoirien Antipollution (CIAPOL), mais malgré cela, la lagune Ebrié est toujours l'objet de pollution.

La lagune Ebrié sert de dépotoir où l'on verse des ordures ménagères, des déchets issus des entreprises, des eaux usées, des décharges des fosses septiques et comme si cela ne suffisait pas, elle est transformée en surface cultivable. La baie de Cocody est le berceau des odeurs nauséabondes au point où le groupe musical « les Salopards » en 2000-2001, chantait et demandait qu'on les sauve car « on ne peut pas respirer à Abidjan ».

Cependant, cette suffocation n'est pas la seule souffrance de la population abidjanaise, il y a également, les difficultés au plan sanitaire, économique et social qu'il faudrait gérer avec célérité; d'où l'intérêt d'analyser l'impact de cette pollution sur la berge lagunaire d'Abobo Doumé, qui est un carrefour pour le marché des produits halieutiques.

* 5 (JUNNER 1940).

* 6 (DE BEAUMONT, 1845 ; JOHNSON, 1919)

* 7 www.cnrtl.fr/definition/berge

* 8 Dictionnaire Alphabétique et Analogique de la langue française, Le Nouveau Petit Robert, Dictionnaire Le Robert, Paris, 1994.

* 9 Code de l'environnement ivoirien.

précédent sommaire suivant







9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.



Appel aux couturier(e)s volontaires

Hack the pandemiuc !

Moins de 5 interactions sociales par jour



BOSKELYWOOD from Ona Luambo on Vimeo.