WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Evaluation des paramètres de croissance de l'essai d'irvingia wombolu vermoesen (irvingiaceae)


par Patrick Bustrel Choungo N.
Higher Institute of Environmental Sciences (HIES) - Licence en Agroforesterie 2015
  

précédent sommaire suivant

4.2.5.2-Amandes

Les amandes de I wombolu peuvent également être séchées au soleil de façon à être conservées le plus longtemps possible (Vivien et Faure, 1996). Ses amandes sont classées comme étant oléagineuses. Elles sont broyées avec un pilon et un mortier ou sur une pierre et devient ce qu'on appelle communément «pain de dika », qui est généralement utilisé comme un additif dans la soupe, ragoût ou sauce pour son épaississement (Agbor 1994, Leakey et Newton 1994, Vivien et Faure, 1996). Les graines sont très appréciées pour leur consistance visqueuse (Tchoundjeu et al., 2005). Les amandes de I. wombolu peuvent également être utilisées pour des applications alimentaires telles que la margarine ou l'huile de cuisson, les produits cosmétiques et les produits pharmaceutiques (Ejiofor et al., 1987) cité par (Lesley Ainge et Nick Brown, 2001). La farine issue des noyaux d'Irvingia serait très efficace dans les applications alimentaires industrielles qui nécessitent généralement un complément épaississant (Giami et al., 1994). En transformant le produit sous forme de farine, cela prolonge sa durée de conservation et permet une utilisation à long terme.

4.2.5.3-Autres usages

Agbor (1994) stipule que les racines, les feuilles et l'écorce de Irvingia spp sont utilisées en médecine traditionnelle, mais d'autres ne mentionnent que l'écorce. Elle est mélangée avec de l'huile de palme pour utilisation dans le traitement de la diarrhée et est pris par les femmes pour raccourcir leur période d'allaitement (Ndoye et Tchamou, 1994). Il est également administré contre la dysenterie (Okolo et al., 1995) ainsi que pour la hernie, la fièvre jaune et comme antipoison (Ayuk et al., 1999). Par la suite, l'écorce possède en plus des propriétés antibiotiques pour guérir la peau croûteuse et en particulier lorsqu'on la fait bouillir, il peut être donné comme un analgésique pour les maux de dents(Ndoye et Tchamou, 1994).

Tableau 2: Récapitulatif des usages des organes deIrvingia wombolu

Usages

Parties de la plante

Alimentation

Pulpe du fruit, noyaux, huile et pâte extraits du noyau, pâte d'amandes dégraissée

Fourrage

Fruits, amandes, pâte d'amandes

Combustible ou production de bois

Branches, tiges, bois

Pharmacopée

Écorce, fruits, feuilles, amandes

Loisirs et protection des sols

Arbre

Ponts de bateaux, blocs de pavage, effet de soufflet

Bois

Source : (Kengniet al., 2011)

4.3-Domestication participative des arbres agroforestiers

4.3.1-Définition et importance

Tchoundjeu etal.,(2006) définissent le concept de domestication comme le processus par lequel les espèces locales de valeur sont sélectionnées et adoptées par l'Homme dans le but de les cultiver hors de leur milieu naturel. Cette domestication est participative lorsque les communautés rurales sélectionnent, propagent et gèrent les arbres par rapport à leurs besoins en partenariat avec les scientifiques, les autorités civiles et le secteur privé. De ce fait, elle est orientée vers les marchés locaux spécifiques et englobe aussi bien l'utilisation des connaissances endogènes que celle de la sélection génétique basée sur des principes scientifiques.

Autrement dit, la domestication est le processus guidé par les paysans et orienté par le marché, dans lequel les espèces sont sorties de leur état sauvage et adaptées à la culture en champ. Ceci implique la sélection, la propagation, la gestion, et le marketing des arbres selon ses propres besoins (Degrande etal.,2007 ; Franzel et al.,2007). Tandis que Simon et Leakey (2004) définissent la domestication comme la sélection, la gestion et la propagation des arbres avec l'intervention des scientifiques, les autorités civiles, les compagnies commerciales et les paysans.

Les forêts denses et humides d'Afrique Centrale, qui couvrent près de 241 millions d'hectares (Anonyme, 2003) dont plus de la moitié représente le Bassin du Congo. Cependant l'introduction de ce nouveau concept est en vue de lutter contre la disparition de certaines essences ; contribuer de manière significative à la réduction de la pauvreté, en augmentant les revenus des paysans locaux. C'est une technique qui permet généralement aux agriculteurs et petits paysans de capter des connaissances sur la meilleure manière de collecter les caractéristiques génétiques des arbres hautement sélectionnés afin de créer une série de nouveaux cultivars. Ces nouveaux cultivars seront installés/destinés à différents systèmes d'utilisation des terres ou niches écologiques (jardin de case, agroforêts à base de cacaoyers etc.) (Tchoundjeu et al., 2004).

précédent sommaire suivant