WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Evaluation des paramètres de croissance de l'essai d'irvingia wombolu vermoesen (irvingiaceae)


par Patrick Bustrel Choungo N.
Higher Institute of Environmental Sciences (HIES) - Licence en Agroforesterie 2015
  

précédent sommaire suivant

4.3.2- Etapes de la domestication participative

Depuis près de 10 ans que le World Agroforestry Centre travaille sur la domestication en Afrique de l'Ouest et du Centre, Irvingia wombolu est l'une des espècesqui est classée parmi les espèces prioritaires. C'est donc une essence forestière dont la domestication est en cours de réalisation.La domestication des arbres passe par plusieurs étapes à savoir :

Ø La définition des priorités.Elle se fait en collaboration avec les populations cibles. Les espèces sont prioritaires en fonction de leur importance pour le ménage, en fonction des tendances sur le marché et en fonction de leur potentiel d'amélioration ;

Ø La sélection des meilleurs arbres individuels ;

Ø La collecte des germoplasmes (semences et autres) ;

Ø La multiplication.Elle se fait soit par propagation sexuée (graine), soit par propagation végétative.

Ø L'intégration dans les champs et la gestion ;

Ø La commercialisation des arbres et des produits d'arbres. Elle passe par le développement des capacités d'entreprenariat, la formation, l'information, l'analyse des marchés et des stratégies post-récolte. (ICRAF, 2005 ; Eboutou, 2009)

4.3.3-Techniques de domestication

La multiplication végétative est l'une des techniques de domestication pratiquée par le World Agroforestry Centre qui consiste à faire une copie exacte du génome de la plante mère pour la perpétuer dans de nouveaux individus ou clones. Cette multiplication est possible parce que les végétaux, contrairement aux animaux et aux êtres humains, possèdent au départ des cellules qui peuvent se différencier par la suite pour constituer les divers organes nécessaires pour former une nouvelle plante. Ainsi donc, un morceau de pousse, de racine ou de feuille peut se développer pour former une nouvelle plante contenant exactement les mêmes informations génétiques que la plante initiale (ICRAF, 2003). Elle peut se faire à travers plusieurs techniques : le bouturage ; greffage et marcottage.

4.3.3.1-Bouturage

Le bouturage est la méthode la plus communément employée pour multiplier par voie végétative les arbres et les arbustes.En effet, il consiste à induire l'enracinement et parfois le bourgeonnement des fragments détachés de végétaux qui peuvent être soit des tiges, soit des racines, soit des feuilles (Leakey et al.,2002).

4.3.3.2-Marcottage

Le marcottage est un mode de multiplication végétative qui consiste à provoquer l'émission des racines sur un rameau sans détacher celui-ci de la plante dont il est issu (Tchoundjeu, 1989). Autrement dit, c'est une forme de multiplication végétative qui vise à stimuler l'enracinement d'une branche sur un arbre.Ce n'est qu'après la formation des racines que l'on détache la marcotte pour la mettre en terre. Le marcottage est souvent utilisé pour les espèces qui s'enracinent difficilement, car la tige intacte assure l'alimentation continue en eau, en éléments nutritifs et en hormones végétales de l'endroit où se formeront les racines(ICRAF, 2013).

précédent sommaire suivant