WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Evaluation des paramètres de croissance de l'essai d'irvingia wombolu vermoesen (irvingiaceae)


par Patrick Bustrel Choungo N.
Higher Institute of Environmental Sciences (HIES) - Licence en Agroforesterie 2015
  

précédent sommaire suivant

6.4- Identification des meilleures accessions pour les futures analyses

6.4.1- Evolution de la hauteur et diamètre de la couronne

D'après le Test ANOVA, réalisé sur les différentes familles, la croissance en terme de hauteur et de diamètre de la couronne n'apparaissent pas comme étant significative (P=0,94) et (P=0,93). L'accession (T3) en termes de différence de croissance en 2009 montre que sa croissance est plus avancée par rapport aux autres car il atteint le pic de croissance jusqu'à 4,23m (Figure 15). Tandis qu'au niveau du diamètre de la couronne nous remarquons que l'accession (T4) apparait comme la plus vigoureuse (Figure 16).

Figure 13: Evolution de la hauteur des différentes accessionsd'I. wombolu

Figure 14: Evolution du diamètre de la couronne des différentes accessions d'I. wombolu

6.4.2- Evolution du diamètre au collet et DBH

Le test ANOVA révèle que la différence de croissance en terme de diamètre au collet est significative (P=0,03)(Figure 17). Par contre au niveau du diamètre à hauteur de poitrine, elle n'est pas significative (P=0,059).

Figure 15: Evolution du diamètre au collet des différentes accessions d'I. wombolu

6.4.3-Relation entre les paramètres de croissance et les paramètres climatiques

D'après le calcul des corrélations,les résultats montrent qu'au niveau de la hauteur, il existe une corrélation avec les températures (P=0,047) avec un coefficient de corrélation r=0,71. Par ailleurs il n'existe pas de corrélation avec la pluviométrie (P=0,372).

L'évolution du diamètre au collet n'est pas corrélé aux températures (P=0,051) et également aux précipitations (P=0,497).

Cependant, la croissance au niveau du diamètre de la couronne n'est ni corrélé aux températures (P=0,133) ni aux précipitations (P=0,578).

6.4-Discussion

D'après les analyses réalisés, il en ressort que les paramètres de croissances tels que la hauteur, diamètre de la couronne et au collet ont une croissance variable au fil du temps et évoluent de manière graduelle. Concernant le taux de croissance moyen annuel chez ces mêmes indicateurs de croissance, ils évoluent en dents de scie car la croissance n'apparait pas constante durant la période d'observation.

Irvingia wombolu apparait ainsi comme l'un des PFNL qui possède un fort potentiel socio-économique sur les marchés. Comme le safoutier (Dacryodes edulis), certains travaux ont été réalisés sur ses aptitudes de croissance rapide (Mialoundama et al., 2002 ; Elomo et al., 2014 ; Mabel et al., 2014). Ainsi, dans la présente étude les résultats démontrent que la croissance chez I. wombolu en hauteur est fortement influencée par la température. Lorsque l'on se penche sur sa croissance annuelle moyenne elle est très constante et évolue graduellement au fil du temps. Ce qui s'apparente d'une certaine manière avec les résultats des travaux de Kengue (1990) sur Dacryodes édulis qui décèlent une croissance rythmique au niveau de l'évolution de la plantule. Par contre, en dehors de la hauteur, nous avons le diamètre au niveau du collet et celui de la couronne qui ne sont pas du tout influencés par aucun des éléments du climat (température et précipitations).

Concernant les données portant sur la fructification, nous avons un pourcentage de (0,41%) d'individus qui ont fructifié sur l'échantillon de la population de départ et constatons qu'il est relativement très bas. Car d'après les travaux antérieurs sur Dacryodes édulisqui est une espèce de la même zone agro écologiquecommeIrvingia wombolu, il est démontré que son taux de fructification est très élevé (plus de 50%) ; (Kengue, 1990 ; Makueti et al., 2002).Ce faible taux de fructification peut s'expliquer à travers la théorie de la fonction de production des cultures pérennes selon les travaux de Nerlove en 1958. Il pense que les spéculations généralement introduites dans les agroforêts ou système d'utilisation des terres (SUT) ont des durées de vie économiques qui vont jusqu'à vingt-cinq ans et plus. Et pour connaitre leur évolution/croissance, on fait appel à cette théorie qui s'inspire de la fonction de production classique, mais avec des particularités propres aux cultures pérennes en général. La durée normale de production en semis de I. wombolu est de 6 à 7 ans dépendant du milieu extérieur et des facteurs in-situ. La théorie de production stipule que la production d'un bien Y augmente avec l'accroissement de la quantité d'un facteur X jusqu'à un maximum, puis elle décroît. D'après le modèle de Nerlove (1958), la fonction de production des cultures pérennes est multi périodique; le facteur temps ayant une influence significative sur l'évolution de la production. Ceci veut tout simplement dire qu'au fur et à mesure que l'arbre grandit, son rendement devient assez important (Eboutou, 2009). Nombreux sont les travaux qui relatent l'efficacité de la fructification des espèces des forêts tropicales (Koenig, 2000; Koenig et al., 2003; Wright et al., 2005). Les travaux de Pothier (2015) démontrent que certains facteurs externes tels que leur environnement compétitif (densité du peuplement, proximité et tailles des arbres voisins, etc.) qui influencent sur le cycle de croissance de l'essence et son rendement par ricochet. Et dans cette étude, le taux de fructification obtenu (0,41%) implique également un faible rendement.

Toutefois, des raisons environnementales telles que la température et l'humidité relative peuvent être l'une des causes de la faible fructification (Anonyme, 2014). Plus loin, nous pouvons voir certains facteurs comme l'exposition de lumière réduite ou prolongée, l'excès de vent, l'insuffisance des insectes pollinisateurs peut également être une raison de cette baisse qui conduit automatiquement à un faible rendement ou bien dû à un comportement génétique anormal (Biakay, 2008).D'une part, il est important de remarquer que l'espacement entre les arbres est également un handicap car les dimensions sont très réduites et cela fait ressortir une canopée un peu trop fermée. De ce fait crée comme incidence un manque de lumière. Cela fait naitre une irrégularité de l'ombrage dans la parcelle expérimentale. D'autre part, il y également l'abondance des arbres associés en champ qui ont une grande influence sur les performances des accessions. C'est dans cette perspective que des mesures d'élagage sont préconisées pour favoriser le bon développement des accessions en champs.

Cette étude fait une quantification au niveau des variations des paramètres des traits caractéristiques des fruits de Irvingia wombolu. Plusieurs traits tels que la longueur et la largeur des fruits, l'épaisseur de la chair (pulpe) la masse des fruits et des amandes ont fait ressortir quelques connaissances de base sur cette espèce prisée les populations locales. D'après les analyses statistiques et les interprétations, il en ressort que les différents paramètres tels que le DBH, nombres de branches etc. ne présentent pas de différence significative. Mais en dépit de cela nous pouvons dire que les accessions T6 et T7 apparaissent comme étant les meilleures ou les plus vigoureuses en termes de diamètre de la couronne. Ainsi qu'au niveau du diamètre de la hauteur et du collet, l'accession (T6) possède une croissance rapide. Ces accessions identifiées pourront être utilisées dans une certaine mesure pour des essais futurs en milieu contrôlé dans d'autres sites d'études ou autres zones agro-écologiques afin d'évaluer et de comprendre son comportement. Ceci dans une optique d'améliorer la perception des paysans dans le choix des essences qu'ils doivent introduire dans leurs parcelles.

CHAPITRE 7 : CONCLUSION ET RECOMMANDATIONS

précédent sommaire suivant