WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Evaluation des paramètres de croissance de l'essai d'irvingia wombolu vermoesen (irvingiaceae)


par Patrick Bustrel Choungo N.
Higher Institute of Environmental Sciences (HIES) - Licence en Agroforesterie 2015
  

précédent sommaire suivant

3.3-Hypothèses

Ø Les différentes accessions (semis) de Irvingia wombolu ont les mêmes paramètres de croissance;

Ø La productivité et la qualité des fruits de Irvingia wombolusont similaires entre les accessions.

3.4-Objectifs de l'étude

L'objectif global de cette étude est d'évaluer la croissance et le développement des accessions de Irvingia wombolu sur une période de 9 ans d'âge installés sous forme de test de descendance. Il s'agira plus spécifiquement de :

Ø Déterminer les paramètres de croissance relatifs aux semis de Irvingiatels que la hauteur des arbres, le diamètre au collet, le diamètre à hauteur de poitrine, la fructification et aussi le nombre de branches ;

Ø Identifier les meilleures accessions candidates pour les essais en milieu expérimental ;

3.5-Importance de l'étude

Les résultats de cette étude nous seront d'une nécessité importante. Ils permettront de comprendre les phénomènes qui sont liés aux paramètres de croissance dans la zone de forêt humide du Cameroun en vue d'estimer les rendements meilleurs ; de conserver la biodiversité génétique de cette essence à travers les techniques de multiplication végétative menés jusqu'ici. Pour ICRAF, ces résultats seront une orientation judicieuse vers un matériel génétique ayant une activité de production relativement stable et bénéfique pour le petit paysan, ce qui constituera un élément important pour la diffusion de la pratique à travers les Centres de Ressources Ruraux (CRR) tel que souligné par Takoutsing et al., 2013 ; Takoutsing et al., 2014.

Pour les planteursces résultatspermettront de réaliser une meilleure planification de la gestion de la terre dans l'espace et le temps. Ensuite, de mieux planifier leurs revenus sur une période à court ou à moyen terme dans le but d'améliorer la productivité de leurs parcelles tout en intégrant des propagules de haute qualité en vue de sécuriser davantage leur alimentation et améliorer leur pouvoir d'achat.

CHAPITRE 4 : REVUE DE LA LITTERATURE

4.1-Produits Forestiers Non Ligneux (PFNL)

4.1.1-Définition du concept

Selon Chabot (1997), Tchatat et al., (1999), le terme `Produits Forestiers Non Ligneux' (PFNL) englobe les biens et les services commerciaux ou de subsistance destinés à la consommation humaine et industrielle provenant de ressources renouvelables et de la biomasse de la forêt. Ces PFNL sont censés permettre une augmentation des revenus réels et des emplois aux ménages ruraux. Il peut s'agir d'aliments d'origine végétale ou animale, de combustibles, de médicaments, des produits issus d'animaux qui peuvent être utiles comme les plumes, les fourrures, le miel, la résine ou encore le latex, mais aussi des services de conservation et de loisirs fournis par les arbres (Chabot, 1997 in Tsafack, 2014). Les produits forestiers au sens de la loi sont essentiellement constitués de produits végétaux ligneux et non ligneux, ainsi que des ressources fauniques et halieutiques tirées de la forêt. Les produits forestiers autres que le bois, également nommés « produits forestiers non ligneux» (PFNL) sont selon la définition de la FAO (1995), des « biens d'origine biologique autres que le bois, dérivés des forêts, d'autres terres boisées et des arbres hors forêts ».

précédent sommaire suivant