WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Contribution de l'audit interne à  la maitrise des risques dans la gestion d'une entreprise.


par Augustin BATABABUDI
Institut Superieur de Commerce « ISC/GOMBE» - Licence 2015
  

précédent sommaire suivant

Nous avons déjà dit que l'auditeur interne ne peut pas remplacer l'auditeur externe. Cela veut-il dire que toute collaboration est exclue ?

a) Comment l'auditeur externe peut-il aider l'auditeur interne ?

ü L'auditeur externe porte un regard neuf et indépendant sur les problèmes de l'entreprise et par conséquent relève les points faibles qui auraient échappé à l'attention de l'auditeur interne.

ü L'auditeur externe possède une large expérience sur les techniques d'audit moderne, telle que les applications informatiques de l'audit, la formation des collaborateurs. L'auditeur interne peut, en effet, bénéficier de cette expérience.

ü La communication des programmes d'audit et des documents de travail peut éviter une duplication des tâches.

ü L'auditeur externe est mieux indiqué pour apprécier le travail de l'auditeur interne. Il peut par conséquent, porter un appui appréciable à l'auditeur interne auprès de la direction générale pour accroître l'importance de sa mission et élargir ses fonctions.

ü Sa présence stimule l'auditeur interne dans la préparation des documents financiers à lui présenter11(*)

b) Comment l'audit interne peut-il aider l'auditeur externe ?

ü Par l'apport d'informations en lui communiquant les changements de procédures et des méthodes de travail intervenues dans l'entreprise.

ü En lui communiquant les documents de travail et les rapports d'audit interne

ü L'auditeur interne peut réduire l'étendue du travail de l'auditeur externe, s'il a bien fait son travail

Ainsi, une collaboration saine profite aux deux ;

Toutefois, l'auditeur externe doit exprimer son opinion sur base des faits constatés par lui-même.

Une coopération trop étroite risque de faire croire aux dirigeants de l'entreprise que l'auditeur interne est au service de l'auditeur externe et que ce dernier ne remplit pas efficacement son rôle.

3.4. Organisation du département position dans l'entreprise

a. Organigramme idéal

Superviseurs

Auditeurs confirmés, auditeurs juniors etc., ...

Direction du département d'audit interne

Comité d'audit

Conseil d'administration président

Chef d'équipe

Chef d'équipe

Chef d'équipe

Chef d'équipe

b. Structure

Deux types de structure peuvent être rencontrés :

ü Centralisation : les équipes sont localisées au siège central et effectuent les missions auprès des filiales, succursales et sièges d'exploitation.

ü Décentralisation : des auditeurs sont « attachés » en permanence aux filiales, succursales et sièges d'exploitation.

c. Position dans l'entreprise

ü Autorité et responsabilité :

· Position de staff : pas d'autorité sûr, ni de fonction de responsabilité au sein des départements à contrôler ;

· Entière liberté (revue et évaluation)

· Rôle de l'audit interne ne doit pas réduire l'étendue des responsabilités des autres membres du personnel. Ceux-ci doivent établir les mesures de contrôle interne adéquates.

ü Indépendance : nécessaire d'une liberté d'action :

· Position dans l'organigramme doit garantir l'indépendance te la crédibilité ;

· En principe pas associé à l'établissement des procédures, à l'enregistrement comptable ;

ü Doit dépendre

· Conseil d'administration, direction générale ;

· Et pas finance, trésorerie, comptabilité ;

· Faire rapport au comité d'audit.

Le département d'audit interne doit être crédible.

d. Types d'intervention

On distingue deux grands domaines d'interventions de l'audit interne : l'audit financier et opérationnel. Il est maintenant devenu fort fréquent de remarquer dans les entreprises des audits internes plus spécialisés couvrant des domaines tels que celui de l'informatique, de la fiabilité, de l'environnement, ...

1. L'audit financier12(*) :

vise la certification des comptes annuels établis par l'entreprise, leur régularité, leur conformité et leur aptitude à refléter une image fidèle de l'étude de l'état des finances et actions comptables de l'entité auditée.

2. L'audit opérationnel13(*) :

vise l'amélioration des performances de l'activité auditée. On examine l'organisation des activités pour en cerner l'efficacité dans les choix opérés et les économies réalisées, il débouche sur des recommandations à la direction générale.

3. L'audit informatique

L'audit informatique couvre l'ensemble des aspects liés à l'informatique d'une entreprise à savoir :

§ Les contrôles généraux : organisation des contrôles (indépendance des intervenants, séparations des fonctions, formation), hardwares (accès, choix du matériel), sécurité des données (circulation, accès, back-up), protection de la salle informatique ;

§ Les contrôles des applications, c'est-à-dire des logiciels et programmes.

4. L'audit environnemental

L'audit interne environnemental est une évaluation systématique et continu de la part des auditeurs internes des diverses opérations et contrôles de l'entreprise afin de déterminer si :

§ Les informations financières et opérationnelles relatives aux aspects environnementaux de l'entreprise sont corrects et fiables ;

§ Les risques environnementaux de l'entreprise sont identifiés et minimisés ;

§ Les règlements, lois et procédures en la matière sont appliquées ;

§ Les programmes environnementaux de l'entreprise sont appliqués.

* 11 MPEREBOYE MPERE Seblon, Op. Cit.,

* 12 LOKO BET'OR, séminaire sur les démarches de l'auditeur externe, ISC/GOMBE 2014-2015

* 13 LOKO BET'OR, Op. Cit.

précédent sommaire suivant