WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Contribution à l'histoire économique du Soudan Français, le commerce colonial de 1870 à 1960

( Télécharger le fichier original )
par Djibril Issa Niaré
Université de Bamako Faculté des Lettres, Langues, Arts et Sciences Humaines (FLASH) - Maitr??se 2003
  

précédent sommaire suivant

CHAPITRE II :

FACTEURS POLITIQUES DU COMMERCE COLONIAL : PENETRATION COLONIALE ET COLONISATION

1- Pénétration coloniale :

A partir de 1878 les premiers canons de la conquête coloniale retentissent à Sabuciré du Logo. Et  la machine infernale de la France fait tomber tour à tour les centres importants de la résistance ouest africains, plus particulièrement du Soudan Occidental : Le Fouta d'El Hadj Omar Tall, Le Cayor de Lat Dior Diop, le Bélédougou de Koumi Diossé le Wasulu de l'Almamy Samory, le Kénédougou des Traoré, etc.

A partir de 1850 les bases de la conquête politique du Soudan Occidental sont jetées. De la côte sénégalaise la France s'apprête a donner le coup d'envoi de sa machine militaire. Elle entre à partir de Saint Louis (créé en 1638) et plus tard Dakar (créé en 1862). Les Français suivent le cours du fleuve Sénégal. Ils se mettent à construire des infrastructures militaires, essentiellement les forts dont les plus importants sont : Ceux de Médine et de Dakar. Celui de Médine fut construit de 1855 à 1857. L'artisan de cette politique est le Général Louis Léon César Faidherbe (1818-1889), énergique conquérant de l'empire colonial Français naissant.

Faidherbe ne manque pas de tact et de moyen pour accomplir sa difficile mission. Il se heurta à la réticence du pays wolof et de leurs voisins. Le cas le plus illustrant est celui des Toucouleurs conduits par El Hadj Omar Tall.

A cette époque la France organise ces territoires. Depuis le XVIIème siècle quelques factoreries et points de vente européenne sont installes dans le Haut-Fleuve ou Haut-Sénégal. Selon Maurice Delafosse depuis 1867, des tentatives de commerce français dans la région sont menées, ce qui justifiait la construction du fort de Médine1(*).

Faidherbe en ces termes disait :  « Nous ne pouvions accepter ces conditions, car faire le commerce sans protection avec les barbares est une chose reconnue impossible depuis longtemps. Aussi loin d`abandonner et de démolir nos forts, nous crûmes nécessaire d`en créer un nouveau, plus avancé que tous les autres, à Médine, pour éloigner notre frontière de Bakel et sauver si c`était possible l`important commerce de ce comptoir. »

Cela traduit la tension entre les Français et les résistants africains, ils croyaient tous au début que les Français venaient juste pour commercer sans pourtant perturber leurs droits de douanes ou de coutumes. Les Français eux n`admettaient pas que la pratique du commerce par leurs ressortissants soit empêchée par les droits de douane ou coutumes très pesants. Alors le seul moyen de favoriser la libre circulation des marchands et de leurs marchandises, était de passer a la conquête politico-militaire afin de détenir tous les facteurs de décision. C`est ce que va faire la France. A partir de cette époque la situation politique est très déterminante et très favorable à la France.

* 1Maurice Delafosse, Haut-Sénégal-Niger, Page 383, Tome 3 : «  en 1867, un commis nommé Bazy réussi à faire de fructueuses opérations commerciales dans le pays de Galam. Il aurait pénétré librement la future colonie du Haut-Sénégal. Il serait le premier Français à commercer dans cette zone selon la même source. La construction des forts était un moyen de favoriser le commerce des Français dans les vallées du Sénégal et Niger. Faidherbe justifiait la construction du fort de Médine en ces termes : « El Hadj Omar avait anéanti notre commerce au-dessus du Bakel et fait tout son possible pour l`anéantir au-dessous. Il ne cachait plus ses projets à notre égard il disait :'' Les Blancs ne sont que des marchands ; qu`ils apportent des marchandises dans leurs bateaux, qu`ils me payent un fort tribut lorsque je serai maître de tous les Noirs et je vivrai avec eux en paix. Mais je ne veux pas qu`ils forment des établissements à terre, ni qu`ils envoient des bâtiments de guerre dans le fleuve... »

précédent sommaire suivant







9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.



Appel aux couturier(e)s volontaires

Hack the pandemiuc !

Moins de 5 interactions sociales par jour



BOSKELYWOOD from Ona Luambo on Vimeo.