WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Les habiletés visuelles

( Télécharger le fichier original )
par Sami Zorgati
IPEPS Liège - Optique Optométrie 2004
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

Introduction :

Les tests d'habiletés visuelles sont un ensemble de tests perceptivo-moteurs qui donne au praticien un profil qualitatif de la performance d'un sujet, c'est-à-dire son développement visuel ainsi que les adaptations ou concession de son pattern visuel.

Ils mettent en évidence les faiblesses de discrimination visuelle (des difficultés à apprendre et reconnaître des lettres, des chiffres et des similitudes ou différences subtiles dans les mots ou images).

La stimulation de ces habiletés permet de prendre conscience des éléments visuels à observer et permet de développer des stratégies. Et particulièrement en ce qui concerne les faiblesses importantes de la mémoire visuelle.

Des tests standardisés de copie de formes permettent d'évaluer l'habileté à intégrer la vision avec le système moteur en reproduisant une forme complexe.

Dans ce travail, je vais d'abord considérer les différents tests d'habiletés visuels. J'essaierai d'expliquer le principe sur lequel ils sont fondés et leurs utilités. J'établirais un classement de ses différents tests selon certains critères.

Chapitre 1 : Habileté Visuelle :

1.1. Définition :

Une aptitude est une habileté acquise ou développée qui permet de produire un acte donné efficacement. Ainsi, un test d'habileté visuelle est une mesure de la capacité du patient à exécuter efficacement un acte visuel particulier.

Le processus visuel est extrêmement complexe. A partir de ce complexe neurologique, un grand nombre de tests d'aptitude ont pu être isolés. La plupart de ces tests ont reçu un nom simple, comme par exemple la fusion, la stéréoscopie et la perception des couleurs. Ces noms simples sont trompeurs, ils peuvent, dans certains cas, donner plusieurs résultats, plusieurs affirmations...

La plupart des tests d'habiletés visuelles portent les mêmes noms qui sont par ailleurs utilisés pour les tests de routine que l'on effectue au moyen du phoroptor.

1.2. Technique de mesure :

Les Habiletés visuelles sont des mesures de la coordination neuromusculaire, introduisant la convergence, les mécanismes accommodatifs et le circuit essentiel de la rétroaction. Se sont également des mesures des capacités d'exécution du facteur d'intégration. Ces qualifications peuvent être simples, comme suivre une cible mobile avec un oeil ouvert, ou complexe, quand nous mesurons une compétence telle que le taux de lecture efficace.

II est extrêmement difficile d'isoler une habileté visuelle simple d'un acte visuel complexe. Le stéréogramme habituel mesure en fait plusieurs aptitudes qui y sont associées ou des portions de ces aptitudes. De ce fait, en employant des tests d'habiletés, nous devons utiliser un groupe de tests si nous voulons parvenir à isoler 1'individu inefficace et inefficient des autres individus.

1.3. Buts des tests d'habiletés visuelles :

Les tests d'habiletés visuelles reproduisent des conditions aussi proche que possible de la réalité, ces tests donnent un tableau de la qualité de la performance visuelle. Ils permettent de tirer un bilan qualitatif de la vision du sujet.

Un enfant peut avoir une acuité visuelle au loin de 20/20 et ne pas réussir en lecture et en écriture, soit parce qu'il ne voit pas bien à sa distance de lecture ou à cause d'un problème de coordination des deux yeux ou un problème de focalisation au près qui l'empêche de soutenir, de façon prolongée, une vision claire.

Les tests d'habiletés visuelles permettent d'effectuer un bon dépistage de la vision.

1.4 La bonne vision :

Pour affirmer qu'une vision est « bonne », il y'a des critères indispensables. On peut citer :

1.3.1. Acuité visuelle :

Une des habiletés les plus importantes est l'acuité visuelle (clarté, acuité). C'est le prétendu 20/20, vue. Tout ce qui est signifié par la notation 20/20 est qu'une personne est capable de voir clairement à une certaine distance. Malheureusement, le faite d'avoir une bonne acuité n'est pas suffisant pour avoir un bon fonctionnement de sa vision. En effet, le diagramme de Snellen ne permet pas de dire si la vision est bonne ou non. Ainsi, le test d'acuité visuelle à distance ne détecte que certains problèmes de réfraction (myopie, hypermétropie importante, astigmatisme important) et l'amblyopie. Ce test ne rend pas du tout compte de la fonction visuelle. Il y a beaucoup d'autres habiletés visuelles importantes qui doivent être prises en considération.

1.3.2. Coordination binoculaire :

Une autre qualification visuelle est la capacité de coordonner les deux yeux ensemble. Un enfant est né avec deux yeux, mais il doit apprendre à les utiliser ensemble. Certains enfants apprennent à faire ceci correctement alors que d'autres pas.

Par exemple, quelques enfants développent un problème connu sous le nom d'exophorie, qui est une tendance des yeux à dévier dans une direction externe. D'autres développent une esophorie, qui est une tendance des yeux à tourner vers l'intérieur. L'implication éducative de ce problème particulier est qu'un enfant esophore voit les choses plus petites qu'elles ne sont réellement. Afin de voir un objet correctement, il est nécessaire de le rendre plus grand. Le seul moyen à sa disposition est de le rapprocher. C'est pour cela qu'on observe l'enfant avec sa tête enterrée pour lire un livre.

Dans la vision binoculaire dite « normale », la vision est nette et simple avec une perception fusionnée pour de longues périodes, sans fatigue excessive.

La fusion parfaite des deux images nous permet alors la stéréoscopie (vision stéréoscopique) c'est-à-dire la vision ou la perception des profondeurs (communément appelée la vision "en trois dimensions"). Pour pouvoir apprécier les profondeurs, les yeux doivent posséder les 3 degrés de fusion:

· le premier degré de fusion est lorsque les deux yeux peuvent voir simultanément leur image respective;

· le deuxième degré de fusion est lorsque les deux champs de vision peuvent se superposer l'un sur l'autre (sans vision double);

· le troisième degré de fusion est l'unification des images des deux champs de vision par le cerveau qui va permettre la vision stéréoscopique.

1.3.3. Le système de focalisation (ou accommodation) :

L'accommodation est une des fonctions du système visuel qui nous permet de voir clair instantanément à toute distance. Les muscles internes de l'oeil assurent une accommodation rapide et précise.

Lorsque cette fonction est lente ou imprécise ou qu'elle s'épuise, des plaintes d'embrouillement apparaissent.

Une personne qui a un problème d'accommodation se plaindra souvent de voir embrouillé lorsqu'il lit ou écrit ou après un travail prolongé. De plus, il pourra même voir embrouillé en vision de loin après avoir forcé ses yeux à lire ou à écrire.

La distance à laquelle une personne lit ou écrit va souvent révéler la façon dont fonctionne son système de focalisation.

Il existe donc une multitude d'habiletés visuelles qui font partie intégrante de cette composante fonctionnelle.

1.3.4. Convergence adéquate :

Pendant la lecture, les deux yeux tournent vers l'intérieur de sorte qu'ils visent la tache de vision de près. Si les yeux ont une tendance à dévier vers l'extérieur, le sujet doit employer un effort et une énergie excessifs pour maintenir la fixation sur la lecture. Plusieurs études ont prouvé que plus la quantité d'effort impliquée dans la lecture est grande, plus la compréhension et la performance seront mauvaises. Pendant la lecture, les yeux ne se déplacent pas sans à-coup au-dessus d'une ligne mais, ils font une série de fixations regardant d'un mot à un autre. Quand il y'a une exophorie, à chaque fois que la fixation est interrompue et qu'elle est déplacée au prochain mot, les yeux vont tendre à dévier vers l'extérieur. Du coup, le sujet doit fournir un effort supplémentaire pour les ramener vers l'intérieur afin de regagner la fixation. La nature humaine étant ce qu'elle est, et à cause de ce problème, l'enfant généralement évite la tâche de lecture. Ceci est causé par le fait que si l'enfant ne fait pas bien une certaine tâche, il aura tendance à essayer de l'éviter. C'est l'enfant qui regarde hors de la fenêtre plutôt que de prêter une attention visuelle. Il est souvent accusé d'avoir une courte envergure d'attention et d'essai. Généralement, il perd son repère en lisant et/ou emploie son doigt ou un marqueur pour le maintenir. En essayant de ramener sa fixation, l'enfant risque de ne pas tomber sur le prochain mot à lire, mais plutôt sur quelques mots plus loin. Par conséquence, il oublie des mots ou en confond d'autres. Souvent, il additionne juste un mot ou deux pour faire une phrase compréhensible. Si les deux yeux se dirigent au même point dans l'espace, une personne verra l'objet fixé comme étant simple. Une diplopie ou vision de recouvrement (figure 1) résulte si les deux yeux ne se dirigent pas exactement au même point.

Figure 1

Ces rotations ou mouvements des yeux sont la convergence quand les deux yeux se tournent vers l'intérieur, ce qui les rapproche l'un de l'autre (quand on regarde de loin à près) et la divergence quand les yeux font un mouvement vers l'extérieur, ce qui les éloignent l'un de l'autre (quand on regarde de près à loin).

Ces mouvements sont nécessaires pour créer les relations géométriques requises pour une vision simple (ne pas voir double) où les images des deux yeux se fusionnent en une seule.

1.3.5. Les mouvements oculaires :

Les yeux ne restent jamais immobiles (micro fixations) sinon, la vision serait supprimée totalement. De plus, nos yeux ne demeurent jamais complètement droits. Ils doivent être capables de mouvements conjugués et de mouvements simultanés vers l'intérieur et l'extérieur.

Nos yeux doivent aussi posséder des latitudes dans le fonctionnement, des capacités en réserve pour garder l'alignement en vision de loin, de près, et dans toutes les directions du regard malgré les exigences des tâches visuelles.

Il y'a des mouvements de vergence (la convergence et la divergence), qui permettent l'alignement des deux yeux vers un même objet et ce à différentes distances, il existe aussi des mouvements de version où il y a rotation des deux yeux et au cours de laquelle les axes visuelles tournent dans le même sens et sont du même angle. Parmi les mouvements de version, on distingue notamment les mouvements de saccades et de poursuites.

Les saccades sont des mouvements oculaires qui se font rapidement d'un point à un autre dans le champ de vision afin de replacer la nouvelle image sur la fovéa.

Les mouvements de poursuite servent à fixer un objet en mouvement afin que celui-ci demeure constamment sur la fovéa.

1.3.6. La composante perceptuelle :

La composante visuelle (perception visuelle) qui nous permet de reconnaître, de discriminer et finalement d'interpréter ce que nous voyons afin de pouvoir tirer une signification de ce qui est vu. La perception visuelle ne constitue pas une habileté unique mais un ensemble d'habiletés dites perceptuelles. Ces habiletés perceptuelles ne sont pas évidentes ou visibles (comme, par exemple, un strabisme).

On a souvent tendance à délaisser ces habiletés, surtout dans un dépistage visuel, puisqu'elles ne sont pas faciles à mesurer ou à interpréter. Mais il faut rappeler qu'on ne peut dissocier les habiletés perceptuelles des habiletés visuelles surtout quand on est en présence d'enfants de niveau scolaire primaire où l'importance de ces habiletés est primordiale dans la performance de l'écriture, de la lecture, de l'épellation et des mathématiques.

On peut évaluer ces habiletés une par une par des tests appropriés pour voir si celles-ci ont été bien intégrées ou apprises. Parmi ces habiletés, on compte entre autres: la mémoire visuelle (essentielle en épellation et mathématiques orales), la latéralisation (concept de la droite et de la gauche), la perception des formes (par exemple, savoir reconnaître qu'un carré est différent d'un triangle), l'organisation spatiale et graphique (pour pouvoir écrire en ligne droite et de gauche à droite de façon organisée), la coordination oeil-main (importante, par exemple, pour recopier ce qui est au tableau dans un livre), la comparaison visuelle (savoir reconnaître les différentes dimensions d'un même objet), la visualisation (se former une image dans notre tête).

précédent sommaire suivant






Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy