WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Les habiletés visuelles

( Télécharger le fichier original )
par Sami Zorgati
IPEPS Liège - Optique Optométrie 2004
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

Chapitre 3 : Tests stéréoscopiques :

3.1. Le test de la vision stéréoscopique (test de la mouche):

3.1.1. Procédure :

Le test consiste en l'image polarisée d'une mouche, de trois rangées d'animaux dont un animal sera perçu comme étant plus soulevé que les autres et enfin neuf tableaux comprenant chacun 4 points (dit points de Wirt) dont un des points devrait être perçu comme étant plus soulevé.

Le test est effectué alors que le sujet porte les lunettes polarisées. Normalement, on devrait commencer par demander au sujet s'il voit le «L» (gauche) et le «R» (droit) en même temps ou si l'une des deux lettres est beaucoup plus pâle ou disparaît carrément.

Si le sujet ne voit pas le «L», l'oeil gauche ne participe pas, il y a suppression de cet oeil. S'il ne voit pas le «R», l'oeil droit ne participe pas; il y a aussi suppression de cet oeil. À ce moment, on peut terminer le test ici et  noter que la vision stéréoscopique est absente.

Si, par contre, le sujet voit les deux lettres en même temps, on peut alors mesurer le degré de vision stéréoscopique. On demande au sujet de pincer le bout des ailes de la mouche entre le pouce et l'index. Normalement, le sujet devrait percevoir le bout des ailes à environ 2-4 cm. Si le sujet ne fait que toucher directement la page du test, il ne perçoit pas la mouche en trois dimensions de façon périphérique.

 

Clé

Disparité à 40cm (seconde d'arc)

1

2

3

4

5

6

7

8

9

Bas

Gauche

Bas

Haut

Haut

Gauche

Droite

Gauche

Droite

800

400

200

140

100

80

60

50

40

A

B

C

Mouche

Chat

Lapin

Singe

4cm

400

200

100

3600

Figure 14

3.1.2. Instruction :

Pour mesurer une vision stéréoscopique plus centrale, on effectue le test des animaux et des points de Wirt. On demande alors au sujet de montrer quel animal dans chaque rangée semble plus soulevé et quel point parmi les groupes de quatre semble aussi plus soulevé.

Les trois rangées d'animaux sont utilisées avec les jeunes enfants et présentent des disparités de 400 (rangée A) à 100secondes d'arc (rangée C), à 40cm. Un des animaux est perçu plus près que les autres si la stéréopsie est suffisante.

Les anneaux de Wirt présente des disparités allant de 800 (carré N°1) à 40 secondes d'arc (carré N°9) les anneaux de Wirt sont utilisés avec les adultes, et utilisable avec les enfant à partir de 5ans.

3.1.3. Utilité :

Ce test sert à mesurer la vision binoculaire avec appréciation de la profondeur, ou la vision stéréoscopique. Il permet aussi de voir si les deux yeux fonctionnent bien ensemble ou si un des deux yeux supprimera l'image (à cause d'un strabisme ou d'une amblyopie).

Le test de vision stéréoscopique fournit beaucoup d'informations sur la vision binoculaire: si on doute d'une amblyopie, d'un strabisme ou d'une suppression d'un oeil, les «L» et «R»  du test nous renseigneront sur la participation possible des deux yeux. Si une lettre est très pâle ou qu'elle disparaît complètement, on n'a pas besoin d'aller plus loin dans le test : un des deux yeux ne fonctionne pas. Et à ce moment, le sujet peut être référé pour un problème de vision binoculaire.

3.2. TNO, test de la vision stéréoscopique :

3.2.1. But des tests :

Le stéréotest TNO comporte plusieurs planches de stéréogrammes anaglyphes à points aléatoires. Ils doivent être observés au travers de lunettes rouge-vert.

Ce test permet de déceler les défauts de la vision binoculaire. Il est composé de 7 cartes qui portent des figures qui ne peuvent être vu que si les deux yeux coopèrent pour donner la vision stéréoscopique.

Beaucoup d'anomalies visuelles sont accompagné par un sens altéré de profondeur. En conséquence, un essai pour la vision stéréoscopique est une procédure nécessaire pour diagnostiquer la vision.

Chacun des stéréogrammes de dépistage comporte aussi une image sans disparité, visible par tous les sujets. Ceci permet de s'assurer que le sujet a bien compris la tâche et lui évite la déconvenue de ne rien voir s'il est stéranope.

3.2.2. Instruction du test :

Les trois premières cartes permettent à l'examinateur d'établir rapidement si la vision stéréoscopique est présente ou non. Les cartes V à VII peuvent alors être utilisé pour la détermination exacte de la sensibilité stéréoscopique. En effet, ils présentent des disparités allant de 480 à 15 secondes d'arc, à 40cm.

Pendant le test, les cartes devraient être bien illuminées et présentées à une distance de 40 cm. Il est important que les cartes soient placées en face du sujet.

3.2.3. Les cartes du test :

Carte n° I Carte n° II Carte n° III

Carte n° IV

Carte n° V Carte n° VI Carte n° VII

3.2.4. Descriptif des cartes :

Dans la carte I, deux papillons peuvent être vu, mais l'un d'entre eux est caché, c'est-à-dire, visible seulement quand les deux yeux sont employés.

Dans la carte II, quatre disques qui diffèrent par la taille sont présents, deux d'entre eux sont visibles et deux autres ne sont visible que stéréoscopiquement. On demande au sujet de nous indiquer le plus petit disque (celui-ci étant toujours évident) puis le plus grand.

Dans la carte III, quatre objets sont cachés (un carré, un triangle, un losange et un cercle). On demande au sujet de nous les indiquer. Cette carte nous permet aussi d'évaluer la perception des formes puisque le sujet devra différencier le carré, le losange, le triangle, le cercle et la croix au milieu.

Dans la carte IV, c'est un test de suppression montrant un petit disque entouré de deux grands disques. Si le sujet perçoit deux disques, on lui demande de nous indiquer le plus grand. La position de ce disque (gauche ou droite) indique l'oeil dominant. Si le sujet montre une tendance à fusionner le petit disque avec un des plus grands, on devra tourner le test de 90° afin de présenter les disques dans une rangée verticale.

Dans les cartes V à VII, il y a quatre objets (disque avec des secteurs manquants) cachés, un dans chaque carré. Ces disques sont présentés à six différents niveaux de profondeur (deux à chaque niveau). Les disparités rétiniennes correspondantes d'étendent de 15 à 480 seconde d'arc.

3.3. Test des ductions :

3.3.1. Procédure :

Placer les glissières à la position de départ `zéro' ou près d'elle afin de permettre au sujet de réaliser la fusion. Le sujet porte les filtres avec le rouge sur l'oeil droit et du vert bleu sur le gauche.

Déplacer les glissières pour créer un mouvement de divergence. Le sujet est encouragé à essayer de maintenir la fusion aussi longtemps que possible.

Quand le sujet commence à voir le double, noter la valeur indiquer par la petite main. Puis déplacer les glissières lentement en arrière afin de regagner la fusion, noter la valeur indiquer.

Le sujet porte les filtres avec le rouge sur l'oeil gauche et vert bleu sur l'oeil droit. Puis refaire le même exercice.

Figure 15

3.3.2. Instruction :

La gamme prismatique sur ces cibles varie entre 30 dioptres base IN et 30 dioptres base OUT.

Chaque nombre sur l'échelle représente 2 dioptries de prisme avec une séparation de 8mm entre chaque nombre pour une distance de visionnement de 40cm. Les petites mains indiquent la quantité de dioptres de prisme créés par la séparation induite.

En plaçant les filtres avec le rouge sur l'oeil droit, on créer un mouvement de vergence.

3.3.3. Utilité :

La position de départ pour cet exercice dépend du problème binoculaire du sujet. Si le sujet présente un petit degré d'hétérophorie, la fusion ne sera pas atteinte à zéro, séparer alors les cibles dans la direction du phorie jusqu'à ce que la fusion soit obtenue.

Ce test permet de diagnostiquer un problème musculaire ou de phorie.

3.4. Test de suppression : (tranaglyphes) :

3.4.1. Procédure :

Placer une glissière dans le plexi support, incliné sous un angle de 20° et à une distance de 40cm des yeux. Le sujet porte sa correction habituelle et les lunettes de vision stéréoscopique.

Figure 16

3.4.2. Instruction

Le sujet regarde chacun les animaux sur la glissière et devrait se rendre compte des cibles à différentes profondeurs. Demander au sujet de fixer les ellipses et dire s'il les voit simple ou double. Ensuite, lui demander de fixer les animaux et lui demander s'il les voit en trois dimensions.

3.4.3. Utilité

Les ellipses permettent de savoir s'il y'a suppression d'un oeil et permettent de « mesurer » le degré de fusion. Les animaux permettent de savoir si le sujet a une bonne vision des profondeurs.

précédent sommaire suivant






Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy