WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Chambre d'isolement : du point de vue des patients. Impact d'un temps d'élaboration sur le vécu des patients après un séjour en chambre d'isolement dans une unité d'hospitalisation de psychiatrie adulte


par Charlotte Mouillerac
Université Paris 8 - Master 1 psychologie clinique et psychopathologie 2007
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

1.2.3 NOTION D'UTILITÉ

La notion d'utilité de la CI vient en réponse aux questions 11 à 14. Au total, 68 propositions ont été relevées, qui ont été classées en 11 catégories :

1) À rien

2) À calmer

3) Ca améliore la relation aux soignants

4) À soigner

5) À recadrer

6) À faire le point

7) À arrêter quand ça dérape

8) À protéger (de soi-même et des autres)

9) À faire une évaluation

10) À se rassembler

11) À trouver un bon dosage

1) À calmer

Pour 7 patients (64%) la CI sert à calmer des états de crise ou d'agitation. C'est « pour ramener au calme rapidement (4) »

2) À rien

6 patients (55%) déclarent que la CI ne sert à rien.

Parmi eux, 2 la trouvent plutôt néfaste : pour l'un, ça sert à « emmerder les gens, à les embêter encore plus, à les faire souffrir encore plus (B) »; pour l'autre, c'est même l'isolement qui rend malade : « A avoir des hauts et des bas. Avant, j'étais une personne qui changeait jamais, une personne simple, avec sa personnalité, maintenant je suis bipolaire. (E) ».

Pour les 4 autres patients, elle ne sert tout simplement à rien.

Les propos sont plutôt pessimistes :

« C'est une solution pas terrible, mais y a pas autre chose (D) »

« La CI, ça arrange rien (B) »

«  Silencieux face à soi-même, on guérit pas. (4) »

Néanmoins, sur ces 6 patients, un seul se contente de cette réponse. Les 5 autres formulent d'autres propositions parmi les suivantes :

3) Ça améliore la relation aux soignants

6 patients (55%) notent qu'un séjour en CI améliore la relation aux soignants. L'amélioration est valable dans les deux sens : d'une part les patients montrent « un plus grand respect (F) », d'une autre, ce sont les soignants qui sont « plus gentils (B) ».

Le patient F remarque que les soignants « doivent être autant effrayés que nous, de recevoir des coups. Ce sont surtout des femmes, qui viennent avec un plateau. C'est lourd, ça peut faire mal. J'ai de l'estime. On les remercie de leur gentillesse, de leur compassion, de leur sympathie. C'est encourageant. Les hommes, c'est plus pour la cigarette. Ils relativisent : « T'inquiète pas, Bonhomme ». C'est plus rude mais avec une touche d'humour qui aide à se sentir humain. »

4) À soigner

Pour 5 patients (45%), la CI modifie en mieux l'état des patients. Cela peut être une stabilisation : « faire d'un état nerveux un état stable (D) », une transformation : « on sort transformé (A) », « ça change votre état (F) », ou quelque chose « un petit peu utile (2) », qui soigne.

5) À recadrer

4 patients (36%) trouvent que l'isolement a un côté disciplinaire. Il s'agit de « remettre dans le droit chemin (3) », pour les rebelles, « comme les UMD (F) ».

6) À faire le point

4 patients sur 11 (36%) ont trouvé que l'isolement permettait de faire le point à un moment de sa vie. C'est surtout l'inactivité qui oblige à « repenser au passé (B) ». Pour un patient (F), c'est un peu comme toucher le fond : « J'ai vu jusqu'où je pouvais aller dans la chute. Ca permet d'aller de l'avant, vers la sortie. ».

7) À arrêter quand ça dérape

4 patients (36%) voient la CI comme un garde-fou, qui empêche de s'enfoncer trop profondément dans la maladie : « si elles ont des pensées qui dépassent la normale, elles vont prendre des crises. (C) ».

Pour le patient F : « Ça a une utilité. Sinon il n'y aurait plus de limite dans les délires, c'est un signal, pareil qu'en ville, il y a un commissariat. Ça sert de garde-fou, de panneau stop « de danger ponctuel ».

8) À faire une évaluation

4 y voient l'occasion d'une évaluation des patients par les soignants. La CI sert ainsi à « ouvrir la personnalité de la personne pour que le médecin découvre... (E) ».

9) À protéger (de soi-même et des autres)

Ils sont seulement 3 à penser que la CI puisse servir à se protéger ou à protéger les autres, « à éviter les disputes, les bagarres (C) »

10) À se rassembler

3 encore accordent à la CI le bénéfice d'aider à lutter contre le morcellement psychique. Il s'agit ainsi de « récupérer les bouts qui s'en vont (D) ».

11) À trouver un bon dosage

2 patients y voient enfin l'occasion de modifier le traitement et d'ajuster les doses : « on revoit les médicaments et ça donne un résultat, mieux en général (A) ».

Tableau 3 - Notion d'utilité / Nombre de sujets par catégorie de réponse

Notion d'utilité

Nombre de

sujets

Moyenne

en %

A calmer

7

63.63%

A rien

6

54.54%

Ca améliore la relation aux soignants

6

54.54%

A soigner

5

45.45%

A recadrer

4

36.36%

A faire le point

4

36.36%

A arrêter quand ça dérape

4

36.36%

A faire une évaluation

4

36.36%

A protéger (de soi-même et des autres)

3

27.27%

A se rassembler

3

27.27%

A trouver un bon dosage

2

18.18%

Total

11

Figure 3 - Notion d'utilité/ Moyennes du nombre de sujets par catégorie de réponse

précédent sommaire suivant






Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy