WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Essai d'évaluation de la politique laitière en perspective de l'adhésion de lAlgérie à l'Organisation Mondiale du Commerce et à la Zone de Libre Echange avec l'Union Européenne


par KHERZAT Bahidja
Institut National Agronomique -ELHARRACH- - magister en sciences agronomiques 2007
  

précédent sommaire suivant

4.- la place de la filière lait dans le PNDA :

La situation peu reluisante de l'agriculture à la fin des années 90 a induit la nécessité de s'engager sur des solutions durables en évitant le saupoudrage. Le Plan National de Développement de l'Agriculture est venu en réponse à l'attente des agriculteurs et des professionnels de ce secteur.

Les objectifs arrêtés par ce plan sont le résultat d'une analyse détaillée de la situation de l'agriculture avec une prise en charge des insuffisances constatées au niveau des programmes issus des politiques antérieures. Ainsi, la filière a pu bénéficier d'un accroissement substantiel des aides prévues par le programme antérieur de réhabilitation et une amélioration du contenu et du suivi des actions prévues.

Durant ce plan, de nouvelles données sont apparues au niveau économique et social. Avec la confirmation globale de l'ouverture du marché, la libre entreprise réelle venait de naître. L'agriculture, premier jalon de l'économie de marché, devait connaître une mutation profonde notamment en matière de comportement vis-à-vis de l'entreprise publique et des partenaires sociaux. .

5.- Résultats des actions engagées au cours du PNDA :

Tableau N°15: Réalisations physiques des investissements à la ferme, (2000-2003)

Désignation

2000

2001

2002

2003

Vaches Laitières inséminées

41200

47 000

58 000

63 000

dont V L inséminées primées

2 200

47 000

58 000

63 000

Nombre de reproducteurs

140

241

418

553

Investis à la ferme

Nombre de modules créés (unité)

120

78

167

221

Surface fourragère en vert (Ha)

9 000

12000

16 000

22 350

Source : M. Agriculture, la relance de la filière lait (octobre 2004).

Devant l'ampleur des besoins, et malgré la cadence soutenue, l'investissement à la ferme n'a que peu évolué et demeure peu significatif bien que certains éleveurs aient pu bénéficier d'incitations au titre d'autres programmes orientés vers le développement rural (comme le PNDAR).

Tableau N°16: Evolution de la collecte, du nombre d'éleveurs et collecteurs de lait

(2000-2003)

Désignation

2000

2001

2002

2003

Production Nationale

(m3 )

1 583 594

1 637 211

1 541 000

1 660 653

Collecte (m3)

100 700

93 500

129 500

107 471

dont collecte primée (m3)

100 600

86 000

94 000

89 600

Nombre d'éleveurs

6 155

6 974

8 564

12 873

Nombre de collecteurs

436

257

301

652

Source : MADR, La relance de la filière lait (octobre 2004).

Malgré les efforts déployés depuis l'année 2000, les réalisations certes ont augmenté par rapport à la période 1995/1999, mais elles restent très faibles. Certaines rubriques ont connu une amélioration significative comme le déploiement des activités d'insémination artificielle suite à leur prise en charge totale par le plan.

La collecte n'a pas connu l'essor attendu, même si la production ainsi que le nombre des collecteurs connaissent une augmentation. Cette situation peut être le résultat de la faiblesse voire l'absence de réalisation des centres de collecte (aucun centre de collecte réalisé en 2003). Ce qui induit forcément une cassure précoce dans la filière avec des répercussions sur tout le reste de la chaîne. Le centre de collecte reste donc un maillon faible de la filière.

Plusieurs contraintes sont à l'origine de ces faibles résultats :

v Contraintes techniques liées aux systèmes d'élevage et de production du lait :

Tableau n° 17 : Structure des systèmes d'élevage

Type d'élevage

Effectif en % de l'effectif national

% de vaches reproductrices

Taille moyenne / VL / exploitation

Familial

85,9

57,4

2

Traditionnel

13,1

31

9

Moderne

0,9

9,1

45

Industriel

0,1

2,5

171

Source : M. Agriculture, la relance de la filière lait (octobre 2004).

L'analyse du tableau ci-dessus indique que la dominance des systèmes d'élevage à caractères familial et traditionnel où les troupeaux sont de faibles tailles, rend l'encadrement technique rapproché difficile à mettre en place et l'introduction de l'innovation technique, imperceptible dans l'immédiat.

La pratique ancestrale d'un élevage de type familial, (85,9%) avec deux vaches en moyenne par exploitation pour 57,4% de l'effectif des reproductrices, constitue une entrave majeure quant à la modernisation et l'intensification de la production laitière.

Par ailleurs, la faiblesse de technicité chez les éleveurs dans la maîtrise et la rigueur de la conduite du troupeau, la rationalisation de l'alimentation, l'exploitation des techniques de reproduction, fait que les progrès enregistrés restent limités.

Cette situation se traduit ainsi sur le terrain par une très faible participation aux actions de développement, qui n'offrent que de très rares possibilités d'organisation des éleveurs, et par conséquent l'absence d'un potentiel de négociation face aux acteurs des autres segments de la filière notamment au niveau du marché et de l'approvisionnement.

précédent sommaire suivant