WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Essai d'évaluation de la politique laitière en perspective de l'adhésion de lAlgérie à l'Organisation Mondiale du Commerce et à la Zone de Libre Echange avec l'Union Européenne


par KHERZAT Bahidja
Institut National Agronomique -ELHARRACH- - magister en sciences agronomiques 2007
  

précédent sommaire suivant

V- LA POLITIQUE DES PRIX DU LAIT:

1.- Le système d'encouragement à la production du lait :

A partir de la fin de la période de dévaluation vertigineuse du DA (années 1990), les prix des produits n'ont cessé d'augmenter. Les intrants, les équipements et les produits agricoles ont vu la disparition des soutiens dont ils bénéficiaient antérieurement.

Toutefois, le lait continue de bénéficier d'un encouragement sous forme de prime versée au producteur qui accepte de livrer son lait aux usines de transformation. Cette prime d'encouragement est passée de 3 à 7 DA/litre entre 1995 et 2005. En outre, pour susciter la prise en charge de la collecte, une prime de 4 DA le litre livré à l'usine est assurée pour les collecteurs livreurs, ainsi qu'une prime de 2 DA le litre est versée aux usines laitières à la réception du lait crû local. Enfin, pour inciter les producteurs à améliorer la qualité du lait livré aux usines de transformation, une réfaction ou bonification, de 0,50 DA par gramme de matière grasse, est appliquée à partir de 34 grammes par litre.

2.- Les prix à la consommation du lait :

Quant aux prix à la consommation, seul celui du litre de lait pasteurisé en sachet pour la grande consommation reste sous la surveillance des pouvoirs publics. Ainsi les négociations du 5 février 2001 avaient abouti à l'augmentation du prix du sachet de lait pasteurisé, de 20 à 25 DA/ litre et le 15 du même mois on assistait à une libéralisation complète des prix du lait conditionné en bouteille et en carton `Tétra Pack'.

Finalement, la politique des prix qui semblait pendant longtemps porter préjudice à la filière lait, s'efface progressivement pour permettre l'établissement des prix réels, fixés par les cours du marché international. Ainsi la politique des prix tendant à s'effacer ne constitue plus une entrave majeure au développement de la filière lait.

Il est utile de souligner que dans les pays de l'UE, gros producteurs de lait et de leurs dérivés, pourvoyeurs partiels en produits laitiers de l'Algérie, le prix du litre de lait pasteurisé à l'étalage est de 0,55 Euro en moyenne, soit l'équivalent toutes choses égales par ailleurs de 55 DA, ce qui représente un peu plus du double du prix actuel du sachet de lait pasteurisé et un peu plus cher de 11 DA environ le litre de lait sous emballage longue durée `Tétra Pack'.

3.- Le système de taxation à l'importation des produits laitiers :

Tableau N°18: Evolution du droit de douane en Algérie (1980-2004)

Produit

1980-1985

1992-1995

1996

1997-1998

1999-2000

2001-2004

DD%

TUGP%

DD%

TVA%

DD%

TVA%

DD%

TVA%

DD%

TVA%

DD%

TVA%

Lait frais

Ex

Ex

/

/

/

/

/

/

/

/

/

/

Lait et crème

 

Ex

3

Ex

3

Ex

5

Ex

25

Ex

30

Ex

Poudre de lait

3

Ex

3

Ex

3

Ex

5

Ex

5

Ex

5

Ex

Yaourt

/

/

25

13

25

13

25

21

25

21

30

17

Beurre

3

7.25

25

13

25

13

25

21

25

21

30

17

Fromage

25

11.11

60

13

60

13

45

21

45

21

30

17

Fromage fonte de transformation

25

11.1

60

13

25

13

25

21

45

21

30

17

MGLA

-

-

-

-

-

-

-

-

5

21

5

17

Source : Service de la Douane CNIS.

On peut constater que le lait, les crèmes et la poudre de lait, sont pratiquement exonérés des taxes sur la valeur ajoutée (TVA). Les droits de douanes (DD) sur le lait et crèmes qui ont évolué à partir de 1999 pour atteindre 30% en 2001 (et maintenu ainsi) à l'importation ne l'ont pas été pour la poudre de lait qui reste au niveau des 5%. Il est vrai que les importations de lait frais, pasteurisé et des crèmes sont très limitées, par contre la poudre de lait représente 95% des importations de produits laitiers depuis une dizaine d'années.

L'absence de protectionnisme sur ce produit laitier, imposée par les conditions sociales du pays a influé sur la faiblesse d'intégration de la production laitière locale et partant sur les systèmes d'élevages à adopter.

précédent sommaire suivant