WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Essai d'évaluation de la politique laitière en perspective de l'adhésion de lAlgérie à l'Organisation Mondiale du Commerce et à la Zone de Libre Echange avec l'Union Européenne


par KHERZAT Bahidja
Institut National Agronomique -ELHARRACH- - magister en sciences agronomiques 2007
  

précédent sommaire suivant

PARTIE III

ANALYSE DES POLITIQUES LAITIERES

I.- INTRODUCTION :

Dans les deux premières parties de l'étude le diagnostic de la situation de l'élevage bovin et de la production laitière, le descriptif des politiques antérieures et nouvelles et le mode de perception des effets du marché international ont conduit à l'identification d'insuffisances à différents niveaux. Ces insuffisances se traduisent auprès de l'exploitation par un manque à produire et par conséquent à gagner significatif dans la mesure où les objectifs retenus n'ont jamais pu être atteints malgré les différentes formes de soutien et d'encouragement initiées.

Dans la partie II, il est souligné que le modèle d'approche introduit par le principe du renforcement des investissements à la ferme et l'implication des services d'appui à la filière a eu des effets sensibles mais encore insuffisants. La vitesse de réalisation est un paramètre incontournable dont il sera nécessaire de tenir compte à l'avenir pour mesurer le degré de progression dans le développement de l'élevage laitier.

La perception des effets dus à cette vitesse de réalisation des actions liées aux politiques laitières engagées; ne peut avoir lieu qu'au niveau de l'exploitation ; c'est là, qu'il est utile de la mesurer et d'analyser les incidences sur le revenu, son environnement socio-économique et notamment sur les perspectives du marché de la consommation.

II.- MATERIELS ET METHODES :

1.- Objectif :

Il s'agit de déterminer l'incidence des effets des politiques laitières à travers un échantillon d'exploitations pratiquant l'élevage en vue de la production laitière comme activité principale.

Pour réaliser cet objectif, les coûts de production des produits laitiers et la prise en compte des aides de l'Etat constituent les éléments - clés sur lesquels s'appuie tout le dispositif de détermination et d'analyse.

Pour la conduite des analyses des politiques laitières engagées, on a eu recours à l'utilisation de la Matrice d'Analyse des Politiques (MAP) développée par l'Institut Harvard pour le Développement International.

2.- Méthodologie :

La méthodologie de travail est fondée sur des critères de choix de la zone d'étude et de confection d'un échantillon d'exploitations retenues à cet effet. En matière de choix de la zone d'étude, la représentativité de la distribution géographique et de la concentration de l'élevage bovin laitier dans la partie Nord du pays constitue le critère fondamental. En ce qui concerne la structure de l'échantillon, les différents types d'exploitations d'élevage rencontrés ont guidé la composition de l'échantillon.

a) Choix de la zone d'étude :

L'étude a été menée durant les années 2003 et 2004 dans la zone géographique formée par les Wilayas de Boumerdes et de Tizi -Ouzou. La superficie totale est de 395 747 ha, pour une population estimée à 1 767 521 habitants au 31/ 12 / 99 et regroupant 99 Communes ainsi que 29 Dairas. La zone d'étude est limitée à l'Ouest vers Alger par la plaine de la Mitidja, à l'Est vers Béjaïa par la plaine de la Soummam, au Nord par la mer Méditerranée sur environ 200 Km et au Sud, vers Bouira, par la chaîne des Bibans. Elle se caractérise par cinq types de formations morphologiques distinctes :

- L'alternance de coteaux et de collines le long de la partie maritime de la zone d'étude avec une pluviométrie élevée de plus de 750 mm. (Boumerdes - Tigzirt)

- Les massifs montagneux souvent enneigés, culminants parfois à plus de 2000 m d'altitude avec des pentes supérieures à 12% vers la partie Est et Sud de la zone d'étude. (Djurdjura)

- Les dépressions vallonnées et vallons intérieurs le long des réseaux hydrographiques dans la partie centrale de la zone d'étude. (Dra El Mizan)

- Les piémonts forestiers et arboricoles avec quelques espaces pentus de pâturages naturels entre 500 et 1500 m d'altitude (Yakouren).

- Les plaines de l'Oued Isser et du Sébaou. On retrouve ces cinq types de formations morphologiques dans toutes les zones de concentration de l'élevage laitier dans la partie Nord du pays.

La zone d'étude regroupe 61 700 têtes de bovins qui représentent environ 7% de l'effectif national.

b) .- Echantillonnage des exploitations d'étude

L'échantillonnage de type aléatoire a été réalisé au début de l'année 2003, parmi 277 éleveurs, fondé sur des enquêtes auprès de ses derniers, de la zone d'étude et de l'industrie de transformation (DBK) qui réceptionne leur production laitière. Le choix retenu a donc porté sur 20 exploitations, totalisant un effectif de 910 têtes, dont 366 vaches laitières. Toutes les exploitations retenues ont la particularité d'adhérer au contrôle laitier, ce qui permet une double vérification des données recueillies et de leur niveau de fiabilité.

Vingt exploitations à dominance élevage laitier ont été retenues. Les critères de base sont :

* L'accord de l'éleveur.

* Le cheptel sain et son appartenance à la catégorie de bovin laitier.

* La possibilité d'accès, de mesure et de suivi du troupeau laitier.

* La position géographique de l'exploitation par rapport aux formations morphologiques décrites.

* La nature juridique et l'importance de l'exploitation.

c).- Collecte de l'information :

La collecte des données a été effectuée à l'aide d'enquêtes auprès des éleveurs sur la base d'un questionnaire (annexé à l'étude) et d'interviews répétés grâce auxquels la traduction en termes économiques des informations obtenues a été possible.

Auprès de l'industrie de transformation, il a été possible d'obtenir les informations retraçant son activité durant la période d'étude et l'évolution de la collecte auprès de l'usine du Groupe GIPLAIT de Draa Ben Khedda qui réceptionne contractuellement la production laitière de la zone et partant des éleveurs concernés par l'étude.

précédent sommaire suivant