WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Les OGM face à la question de la sécurité alimentaire: controverse et dilemme


par Jean-Paul SIKELI
Université Cocody Abidjan en partenariat avec le Centre de Recherche et d'Action pour la Paix - DESS droits de l'homme 2005
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

CHAPITRE PRELIMINAIRE : APPROCHE CONCEPTUELLE ET HISTORIQUE

Les concepts de biotechnologies modernes et de sécurité alimentaire relèvent d'un certain mystère pour le commun des mortels. Le mystère qui les entoure procède à la fois de leur technicité et de leur irruption très récente dans le débat public. Mais à quoi peuvent-ils bien correspondre ? Pour comprendre le sujet dans ses subtilités, il importe de préparer le lecteur à la compréhension des différentes notions. Le présent chapitre qui y sera consacré est une sorte de voyage initiatique qui nous conduira d'une part à définir les différents concepts et d'autre part à en faire un bref historique.

Section 1 : Définition des notions et concepts

Il s'agira pour nous de tenter de donner des définitions satisfaisantes aux différentes notions ; On procédera arbitrairement à une définition de la notion de biotechnologies modernes d'abord, après quoi on en fera de même pour la sécurité alimentaire.

Paragraphe 1 : La notion de biotechnologies modernes

La notion de « biotechnologie moderne » commande de définir au préalable celle plus

Simple de « biotechnologie ». Selon le dictionnaire Le Petit Larousse illustré, la biotechnologie est la « technique visant à provoquer et à diriger, en laboratoire, des bioconversions, en vue d'en préparer l'utilisation industrielle ». Cette définition quelque peu complexe qu'elle soit, commande de définir des notions connexes telles que la bioconversion. La bioconversion est « la transformation d'une substance organique en une ou plusieurs autres par l'action des micro-organismes ».

Cette première définition se trouve modifiée dans la mesure où la biotechnologie ou biotechnique y est désormais définie comme la « technique produisant par manipulations génétiques des molécules biologiques ou des organismes transgéniques, en vue d'applications industrielles (agroalimentaire, pharmacie, chimie...) »

A l'analyse, les différentes définitions obtenues rendent plus compte des biotechnologies modernes. En effet l'emploi des termes comme « laboratoire », « manipulations génétiques » ou « organismes transgéniques » renvoie tout de suite à l'idée d'Organismes Génétiquement Modifiés ou OGM qui ne sont qu'un aspect des biotechnologies. Sans pour autant les récuser, il faut quand même reconnaître que ces définitions ignorent en réalité l'utilisation de la biotechnologie par les sociétés traditionnelles. Or il est établi que, les sociétés traditionnelles y ont également recours. En effet, en Afrique par exemple, la biotechnologie mobilise le vivant dans le processus de fabrication de plusieurs substances alimentaires. C'est le cas de la fermentation du lait pour la fabrication des fromages, de la farine de blé pour le pain, du maïs pour la bière traditionnelle, du manioc pour la fabrication du couscous traditionnel...de ce point de vue, la biotechnologie doit être comprise comme la technique ou le procédé par lequel le vivant est transformé. D'ailleurs le mot « bio technologie » est assez révélateur dans la mesure où il est formé de deux principales particules qui le caractérisent. Il s'agit notamment de « bio » qui fait référence à la vie et donc au vivant et de « technologie » qui est l'ensemble des savoirs et des pratiques, fondé sur des principes scientifiques dans un domaine technique. Le mot « technologie » désigne également les moyens matériels et organisations structurelles qui mettent en oeuvre les découvertes et les applications scientifiques les plus récentes. On oppose habituellement « biotechnologies traditionnelles » à « biotechnologies

modernes. » Les biotechnologies modernes permettent, à partir d'êtres vivants naturels, de créer des organismes vivants artificiels, alors que dans l'autre cas, c'est-à-dire celui de la fermentation, processus habituel des biotechnologies traditionnelles, on utilise les propriétés de la nature.

La différence est d'autant plus marquée que les biotechnologies modernes donnent lieu à la création artificielle d'organismes vivants ou OGM, ce qui n'est pas nécessairement le cas dans l'autre procédé.

Ainsi la naissance de la transgenèse en tant que science apparaît-elle intrinsèquement liée à l'avènement des Organismes Génétiquement Modifiés (OGM). De ce point de vue, la définition des OGM permettra de mieux comprendre la conception des biotechnologies modernes.

Au plan juridique, une définition assez intéressante nous est fournie par la directive européenne 90/220 rectifiée par la directive 2001/18. On y entrevoit les OGM comme des organismes dont le matériel génétique a été modifié d'une manière qui ne s'effectue pas naturellement par multiplication et/ou par recombinaison naturelle. La définition légale montre bien que les OGM ne résultent pas d'un procédé naturel. Bien au contraire ils procèdent d'un processus scientifique assez complexe qu'il convient d'expliquer simplement. Comme le reconnaît Hervé le GUYADER, spécialiste de biologie de développement à l'Institut National de Recherche Agronomique (INRA) en France, l'OGM est une « molécule artificielle fabriquée de la main de l'homme... ».

Les OGM ou Organismes Génétiquement Modifiés sont des êtres vivants (plantes, animaux ou microorganismes) dont le patrimoine héréditaire a été modifié en laboratoire. Les modifications génétiques permettent à une plante, à un animal ou un microorganisme d'exprimer un caractère qu'il ne possédait pas naturellement. On dit que ces organismes ont été génétiquement transformés parce que des éléments étrangers porteurs du caractère désiré ont été intégrés dans leur patrimoine génétique. Le processus de modification s'appelle la manipulation génétique. La manipulation ainsi réalisée porte sur le gène de la plante, de l'animal ou du microorganisme. L'objectif réel recherché par la transgenèse est d'introduire un ou plusieurs gènes étrangers spécifiques dans le matériel génétique d'une plante ou d'un animal de telle sorte que l'organisme en question présente des caractéristiques nouvelles. La fabrication des OGM a été rendue possible grâce aux progrès considérables des techniques de biologie moléculaire au cours du dernier quart du siècle passé. Le génie génétique permet d'intervenir directement sur la molécule d'ADN (acide désoxyribonucléique), support de l'information héréditaire pour l'ensemble des êtres vivants. La capacité d'isoler des gènes et de les transférer d'une espèce à une autre permet de produire des organismes vivants possédant une combinaison de caractères nouveaux qui n'aurait pas naturellement existé. De ce point de vue, les OGM sont souvent présentés comme des objets scientifiques et sont restés pendant longtemps dans un débat d'experts. Or par le biais des questions soulevées de plus en plus par les mouvements écologiques, les organisations paysannes, les éthiciens et les religieux, il est apparu que les OGM appellent un profond débat social. Les enjeux touchent le développement de la société à travers des questions telles que celles liées, à la médecine, aux progrès de la science, et celle non moins importante de la sécurité alimentaire.

précédent sommaire suivant






Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy