WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

La commercialisation du gibier au Gabon

( Télécharger le fichier original )
par Georgin MBENG NDEMEZOGO
Université Omar Bongo - Maîtrise 2006
  

précédent sommaire suivant

Aidez l'hopital de Montfermeil

Chapitre I : Qu'est-ce que l'écosystème ?

L'apport essentiel de l'écologie est sans doute d'avoir montré que les ensembles de populations existant dans un même milieu et entretenant entre elles des interactions multiples, telles que relation de cohabitation, de compétition, de prédation, de parasitisme, constituaient avec le milieu où elles vivent des systèmes biologiques, les écosystèmes, qui demandaient une étude globale. Les écosystèmes ont comme tout système une structure qui doit être précisée dans plusieurs domaines. Leur flore comme leur faune possèdent une composition spécifique, particulière, affectée d'une variation saisonnière qui caractérise leur structure temporelle. Ces espèces végétales et animales se répartissent en outre dans l'espace en organisant à la fois une structure verticale et une structure en plan. Nous n'avons pas l'ambition de détailler l'écologie. Nous pensons qu'il est intéressant de rappeler l'inventaire des richesses existantes dans la nature. Nous voulons montrer la différence spatiale qui peut exister entre l'espace forestier du Gabon et celui du Mali ou de la Tanzanie par exemple. Le Gabon est situé dans le deuxième plus grand bassin forestier du monde. Il nous revenait de le repréciser. Notre objet, la faune, mérite d'être repréciser dans son ensemble qui est l'écosystème. Il faut dire pourquoi la faune gabonaise est diversifiée et abondante. Faire ressortir le rapport de l'homme à son écosystème, revient à étudier cet écosystème riche et diversifié. Et si nous parlons de la faune, nous verrons qu'elle est abondante. Cela nous amène à étudier également les conditions dans lesquelles cette faune se trouve, c'est introduire le paysage qui est alimenté par un certain climat. Tous ces paramètres nous donnent la reprécision dont nous avons besoins.

1 - 1 Climat et paysages

1 - 1 - 1 Climat

Le Gabon se trouve sous l'influence des déplacements saisonniers de la convergence intertropicale ou du front qui circonscrit les masses d'air atlantique, transportées au-dessus du continent par un courant d'ouest. Epaisses de 1000 à 2000 m, ces masses d'air sont aspirées par la zone de basses pressions qui s'étend sur l'ensemble des régions équatoriales d'Afrique et qui sont d'origine thermique. Ce front équatorial donnerait à un grand nombre de perturbations pluvieuses, de trajectoire est-ouest, se manifestant sous forme de grains, ainsi qu'à d'autres perturbations de caractère zonal, presque stationnaires. Mais le vrai climat équatorial ne semble pas exister au Gabon, puisque partout nous constatons des variations saisonnières marquées dans le régime des précipitations. Celui-ci présente deux maxima bien séparés, l'un de mars à mai, l'autre de septembre à décembre. S'il n'y a plus jamais plus de quatre mois secs, nous observons, au sud de l'équateur, une véritable saison sèche, de juin à octobre. Cette saison sèche est bien plus caractéristique des variations climatiques que la faible amplitude annuelle des températures qui n'excède pas 2 ou 3°c.

Par contre, certaines années, c'est le déluge ininterrompu. Nous pouvons expliquer ces variations annuelles de la pluviométrie par la position géographique du Gabon. Ce dernier est placé entre les influences semi-arides de l'Afrique australe et celles du golfe de Guinée très arrosé. A ces traits d'ensemble du climat gabonais, s'ajoutent des nuances régionales, difficiles d'ailleurs à localiser. Certaines régions sont très arrosées et d'autres le sont moins. Ces différences ne figurent pas dans ce travail, nous n'avons pas la prétention d'en faire une étude géographique. Nous tenons tout de même à souligner qu'il était important pour nous de situer le Gabon dans son climat. En effet, si l'écosystème du Gabon est si diversifié comme il se présente, c'est parce qu'il évolue dans un climat favorable, avec une pluviométrie qui l'alimente suffisamment. Ces traits climatiques ont une influence sur le maintien de la forêt équatoriale notamment son paysage et sur des êtres qui y vivent.

1 - 1 - 2 Paysages

La forêt qui couvre au Gabon une superficie de 140000 km2, plus de la moitié du pays, donne aux paysages une certaine uniformité. Mais cette dominante végétale voisine avec la savane herbeuse qui s'enchevêtre parfois avec la forêt ou couvre des régions entières. Ailleurs, la forêt-galerie suit les grands axes hydrographiques, laissant découverts les interfluves. Dans les îlots de forêt dense s'ouvrent des clairières herbeuses ou bien au milieu d'une plaine surgit le bloc fermé de la sylve ombrophile. Cette interprétation forêt- savane et savane- forêt est autant le fait des sècheresses saisonnières qui maintiennent la forêt équatoriale dans un équilibre précaire que le fait de la géologie. La grande forêt gabonaise se rattache à l'ensemble forestier de l'Afrique équatoriale, aux sylves congolaises et guinéennes. Forêt primaire, elle présente tous les traits classiques des forêts ombrophiles et couvre le haut pays, les monts de Cristal, le massif Du Chaillu, le Mayombé dont le nom signifie dans la langue des vili et des yaka une région accidentée, couverte de forêts. Elle s'étend sur le Moyen- Ogooué, les plateaux du nord et subsiste en noyaux au coeur des interfluves. Forêt dense, à demi obscure, d'une grande richesse floristique, elle montre la disposition classique de ses voûtes stratifiées.

De nombreuses espèces voisinent sur un espace limité, car l'hétérogénéité du peuplement forestier est le signe distinctif des forêts primaires. La forêt gabonaise est peuplée d'une faune variée adaptée selon les cas, à l'humidité, l'obscurité, l'insolation, les disponibilités en nourriture. Au sol, sous les débris des feuilles pourrissantes, dans l'obscurité humide des bois, vivent toutes sortes d'insectes, papillons, lézards, serpents, petits rongeurs et carnivores. Dans les branches, oiseaux et singes consacrent la moitié de la journée à rechercher leur nourriture de fruits et de feuilles. Il nous a été aussi nécessaire de présenter succinctement l'écosystème gabonais et ses constituants notamment la flore et la faune. C'est en effet de leurs usages qu'il s'agit dans ce travail notamment l'usage de la faune.

1 - 2 Flore et faune

Comme l'ensemble du bloc forestier du Bassin du Congo, les forêts gabonaises sont très mal connues du point de vue de la biodiversité. Du fait de l'indigence des données disponibles, il est très difficile d'estimer le nombre d'espèces abritées par les forêts gabonaises. Néanmoins, en raison de leur importance économique et médicale, les plantes supérieures, les mammifères et les oiseaux représentent les groupes les plus connus. Et c'est donc pour l'essentiel en référence aux données disponibles sur ces groupes que le présent diagnostique de l'état de la biodiversité est établi. Les forêts gabonaises appartiennent au centre d'endémisme régional guinéo- congolais. Le Gabon est ainsi un sanctuaire et un centre d'endémisme des plus importants pour les espèces végétales et animales de la forêt sempervirente guinéo- congolaise.

1 - 2 - 1 La flore

Du point de vue de la flore, le Gabon est l'une des régions les plus riches, peut-être la plus riche, du vaste ensemble des forêts africaines. Bien qu'encore fragmentaires, les plus récents inventaires botaniques confirment cette observation d'Aubreville11(*). En effet, la flore gabonaise qui compte 10 à 11000 espèces de végétaux supérieurs (dont seulement 1900 décrites) est l'une des plus riches du continent. On recense, en effet, plus d'espèces botaniques au Gabon sur 230000 km2 que dans toute l'Afrique de l'ouest sur 600000 km2. Dans les milieux les plus riches, certaines familles sont représentées par plus de 200 espèces pour 200 m2, soit une diversité impressionnante, que l'on pensait réservée à la région caraïbo- américaine. Au total, on estime que la forêt gabonaise abrite 30 à 40% de la flore du Bassin du Congo sur 10% du territoire de la sous- région.

La grande forêt gabonaise se rattache à l'ensemble forestier de l'Afrique équatoriale, aux sylves congolaise et guinéenne. Forêt primaire, elle présente tous les traits classiques des forêts ombrophiles et couvre le haut pays, les monts de Cristal, le massif du Chaillu. Elle s'étend sur le Moyen Ogooué, les plateaux du nord et subsiste en noyaux au coeur des interfluves. Forêt dense, à demi obscure, d'une grande richesse floristique, elle montre la disposition classique de ses voûtes stratifiées. Des voûtes les plus hautes qui peuvent atteindre 40m, s'élancent quelques géants de 70m de haut. Les voûtes médianes se placent entre 25 et 30m et les plus basses entre 10 et 20m. Les grands arbres ont d'énormes troncs droits, élargis à la base en épais contreforts, qui se couvrent jusqu'à la cime de lianes et d'épiphytes. De nombreuses espèces voisinent sur un espace limité, car l'hétérogénéité du peuplement forestier est le signe distinctif des forêts primaires. Pour les botanistes, la flore de ces forêts se rapproche beaucoup de celle qu'on rencontre au Cameroun ou au Nigeria, mais présente aussi de nombreuses espèces endémiques. Les botanistes distinguent plusieurs types d'association végétales à l'intérieur de la sylve sempervirente du Gabon : la forêt à légumineuse du nord qui se poursuit au Cameroun, la forêt du centre à Desbordesia et Calpocalix, la forêt à Marantacées localisée aux confins du pays. La densité des grands arbres qui laisse à pénétrer la lumière retarde la régénération de la forêt dont le sous-bois est peu fourni. Cette sylve est composée d'essence de la forêt primaire. Après 7 ou 8 ans de croissance les arbres peuvent atteindre 20m de hauteur. Beaucoup de familles d'arbres à bois tendre remplacent les troncs durs des géants de la rain-forest. Parmi les essences les plus caractéristiques, le Parasolier a formé de véritables peuplements. La cime de cet arbre s'étale en un parasol de feuilles digitées, son tronc à écorce blanche s'accompagne de racines aériennes. L'Okoumé, une des richesses du Gabon, est une espèce ordinaire d'acajou dont les formations homogènes sont particulièrement denses le long de la vallée de la Ngounié et sur le Moyen Ogooué. Faisant pendant à la flore qui lui est associé, la faune quant à elle est unique et exceptionnellement riche et diversifiée.

1 - 2 - 2 La faune

La faune se définie comme l'ensemble des espèces animales présentes dans un biotope ou un milieu donné. Faisant pendant à la flore qui lui est associée, la faune gabonaise est unique et exceptionnellement riche et diversifiée. Les mammifères sont représentés par 200 espèces (dont 3 espèces endémiques). La diversité de la faune mammalienne place le Gabon au quatrième rang des pays du Bassin du Congo après la république démocratique du Congo, le Cameroun et la Centrafrique. Ces trois pays appartiennent tous à la zone de transition qui abrite aussi bien les espèces de la forêt pluviale humide que celles caractéristiques des savanes soudaniennes au nord et angolaises au sud. La diversité de la faune aviaire suit le même modèle, avec 680 espèces d'oiseaux, dont 25 pour lesquelles le pays représente la limite de la répartition septentrionale. Les faunes piscicole (4 espèces endémiques), reptilienne (65 espèces) et amphibienne sont également très bien représentées.

Le Gabon est un véritable sanctuaire pour les primates. Ils sont représentés par 20 espèces (dont une espèce et 2 sous-espèces endémiques) et pour la grande faune mammalienne menacée de disparition en Afrique. Estimée à 85000 individus, la population d'éléphants (2 sous-espèces) est de loin la plus considérable du continent africain. Les densités moyennes sont de l'ordre de 1individu/km2 dans les milieux non perturbés, avec des pointes saisonnières de 10 individus/km2 pendant les périodes de migration. La biomasse de l'éléphant représente 50 à 75% de la biomasse mammalienne. Nous avons donc ici un bon indicateur de l'impact de ce grand herbivore sur les milieux naturels gabonais et qui ne va pas sans poser des problèmes de compétition avec l'homme (destruction des plantations).

Notons également que le Gabon est le seul pays africain où les gorilles des plaines de l'ouest, qui compte 35000 individus, se rencontrent encore sur les plages de l'Océan Atlantique. Le chimpanzé est représenté par 64000 individus. Fait très rare pour être très rapporté, un singe endémique, le cercopithèque à queue de soleil a été décrit récemment dans la forêt des Abeilles, au centre du pays. Les espèces emblématiques en voie de disparition en Afrique sont représentées par la tortue luth, dont le Gabon est une importante zone de reproduction. En effet, ce reptile est présent tout le long des plages de la côte atlantique. Nous avons également le lamantin aquatique (considéré comme disparu en Centrafrique, mais largement réparti dans les lagunes et les fleuves côtiers) et la baleine, plus rare. Bien qu'il pénètre plus profondément à l'intérieur des terres, l'hippopotame (autre espèce intégralement protégée comme le lamantin, la tortue luth, le gorille, le chimpanzé...) suit approximativement la même répartition. Deux espèces seulement sont actuellement considérées comme disparues. Il s'agit du lion et du lycaon qui abondaient autrefois dans les savanes du sud-est.

Ainsi qu'il a été noté à propos de la flore, des disparités régionales existent dans la distribution de la faune gabonaise. Bien qu'elle abrite encore tout ce que la faune gabonaise compte d'espèces charismatiques (gorille des plaines, tortue luth, hippopotame ou éléphant de forêt), ainsi que des mammifères de grande taille tels que le buffle de forêt, le situtunga et le guib harnaché, la zone littorale, pourtant représentée par une mosaïque d'habitats très contrastés et d'écotones, est celle qui présente la plus faible diversité zoologique, comparée à la zone des massifs montagneux et des plateaux continentaux. Bien que menacées par les pressions anthropiques qui distinguent le Gabon faunique du reste du territoire, la présence de toutes ces espèces sur les plages du Gabon constitue un patrimoine touristique inestimable.

En sommes, les forêts d'Afrique centrale sont occupées essentiellement par le massif forestier du Bassin du Congo. Ce Bassin renferme la plus vaste étendue de forêts tropicales en Afrique et la deuxième dans le monde. Ces forêts denses tropicales regorgent d'innombrables essences végétales et animales dont la biodiversité constitue une richesse inestimable. Dans cette immense Bassin du Congo, le Gabon, qui représente 10,29% de superficie, a une importante diversité biologique. C'est elle qui constitue l'essentiel du travail abattu dans le chapitre ci-dessus. Il nous fallait justifier sa diversification et son abondance de par le paysage et le climat dans lesquels ces richesses se trouvent, en excluant d'abord l'homme. L'étude suivante va s'atteler à étudier les interactions entre l'homme et son milieu par rapport à des usages plus ou moins précis.

* 11 Cité par le Ministère du Tourisme, de l'Environnement et de la Protection de la nature, Plan National d'Action pour l'Environnement, Libreville, cellule de coordination du PNAE, 1999, p.43.

précédent sommaire suivant






Aidez l'hopital de Montfermeil

Appel aux couturier(e)s volontaires

Hack the pandemiuc !

Moins de 5 interactions sociales par jour