WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

La justice aristocratique dans la généalogie de la morale de Nietzsche

( Télécharger le fichier original )
par Pierre Morien MOYO KABEYA
Faculté de philosophie Saint Pierre Canisius - Bachelier en philosophie 0000
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

Présentation de l'auteur

Dans une société fortement « moralisée », Nietzsche est une cause entendue et son oeuvre étiquetée. On le sait, notre auteur est parmi les maîtres du soupçon. Il est parmi les redoutables prophètes de la mort de Dieu, à côté Freud et Marx. Mais beaucoup le connaissent aussi comme « immoraliste », l'auteur du retournement des valeurs. C'est lui qui a secoué les bases sur lesquelles la société humaine reposait depuis des siècles. Il est aussi à mettre en lien avec le nihilisme.

Toutefois, la prudence exige de nous garder de la prétention de définir une personne de la carrure de Nietzsche par un mot, si populaire soit-il. Lui-même s'estime être incompréhensible. Il prête à confusion parce qu'il est en perpétuelle croissance4(*). Nietzsche est, il est vrai, sans-Dieu, immoraliste, mais il n'est pas que cela. Il est aussi autre chose. Comme tout homme, il est une « excédentarité inclôturable. »5(*)

Pour oser être anachronique, on dira de Nietzsche qu'il est une « vraie star ». La mode a créé autour de son nom un engouement quelque peu trompeur et qui risque de voiler l'essentiel du discours de l'auteur. Un siècle après son départ de la terre des vivants, le succès de son oeuvre n'a plus besoin d'une défense d'un quelconque auteur. Son oeuvre se défend bien toute seule. Mais ce succès contemporain risque d'empêcher l'accès à ce que l'auteur a d'unique, d'irréductible. Dans Par delà le bien et le mal, Nietzsche considère le succès comme ce qu'il y a de plus menteur. Il nous fait remarquer que l'oeuvre peut cacher son créateur.6(*) Il y a une autre perspective, redoutable celle là, que fait ressortir Paul Valadier : celle où l'auteur veut porter un masque. Cet acte fait se perdre les téméraires dans un labyrinthe. La raison en est qu'une expérience a toujours quelque chose d'unique, d'original, d'inassimilable à aucune formule du milieu commun, à du déjà connu.7(*)

Nous abordons un auteur qui porte des « lunettes noires ». Il refuse que l'on le voie dans les yeux, dans son fond. A la suite de Valadier, nous pouvons dire que réfléchir sur Nietzsche ne veut pas dire chercher à le regarder dans son fond, le démasquer. Il ne s'agit pas non plus de l'identifier à ses masques.

 Car si Nietzsche joue ainsi de ce jeu des apparences et des surfaces, c'est parce qu'il se sait à une époque charnière et qu'il se sait lui-même engagé dans une entreprise sans précédent- pourtant seulement exprimable avec les mots et les conventions antérieures. Aussi pressent-il que beaucoup de travestissements affecteront son oeuvre, en l'assimilant à du bien connu.8(*)

Nietzsche parle d' « originalité de son expérience ». Sa vie est une mission, même si « l'imbécillité » et « l'apparence » disent qu'il est un des hommes « sans devoirs »9(*). Nietzsche ne rend pas ses lecteurs identiques à lui. Il veut que notre expérience originale s'enrichisse d'un plus. Ce plat est difficile à digérer et Nietzsche le sait. « A mon lecteur : De bonnes dents, un bon estomac, c'est ce que je te souhaite ! » 10(*)

C'est un texte rude que Nietzsche nous propose. Il apporte une lumière dans nos débarras. Il n'est pas évident que nous soyons disposés à l'écouter. Ce philosophe est aux antipodes de notre manière habituelle de voir le monde. Ses canons de lecture déforment l'image. Et si c'était l'image déformée qui est la vraie ? Il faut de la patience, pour arriver à critiquer les idées reçues. Il s'agit aussi de sortir des clameurs du monde, parce que c'est une pensée qui se veut discrète. Ce sont des fruits mûrs dont l'arbre n'a que faire de ce que l'on en ressent11(*).

Ce travail comprend quatre chapitres. Le premier chapitre est consacré à la clarification conceptuelle. Il s'agira de clarifier les termes clefs de notre réflexion. Le deuxième chapitre nous introduira au coeur de la généalogie de la justice aristocratique chez Nietzsche. Le troisième portera sur la généalogie du châtiment. Enfin, dans le dernier chapitre nous relèverons quelques aspects critiques.

* 4 P. VALADIER, Nietzsche, athée de rigueur, p. 11-12.

* 5C. NKETO, Anthropologie philosophie, note des cours (inédit), 2007-2008.

* 6 F. NIETZSCHE, PBM, § 269, p. 225.

* 7 P. VALADIER, Op. cit., p. 13.

* 8 Ibid.

* 9 F. NIETZSCHE, PBM, § 226, p. 164.

* 10 F. NIETZSCHE, Plaisanterie, ruse et vengeance, §54, cité par P. VALADIER, Op. cit., p. 14.

* 11 Idem, G.M, §2, p. 10.

précédent sommaire suivant






Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy



La Quadrature du Net