WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Solidarité, famille et développement socio-économique en ville de Butembo

( Télécharger le fichier original )
par Muyisa LUSENGE
Université catholique du Graben - Licence 2008
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

1.d.1. Utilisation politique du terme.

L'Etat pratique une redistribution des revenus et des richesses que les hommes politiques élus justifient, selon leur tendance politique, par un « devoir de solidarité » entre membres d'une même société par une augmentation des inégalités sociales menaçant la cohésion sociale, ou par une spoliation des richesses produites par le travail au profit du capital, nécessitant une redistribution des richesses. Selon les plus libéraux économiquement parlant, cette pratique tend vers l'assistanat et la population étatique.

Disons-nous encore que à partir du moment où la démocratie est ouverte à tous, où l'on introduit la notion d'égalité entre les citoyens, dit-il, à la charité succède la solidarité. La charité implique en effet une dissymétrie des rapports entre le donateur et le donataire. L'inégalité n'est plus possible quand on est dans une société qui dit que les hommes sont libres et égaux.

La solidarité est ce lien social qui unit des citoyens libres et égaux. Cela n'implique pas que la charité disparaisse. Un certain nombre de personnes qui sont dans une situation plus favorable prennent en compte les difficultés des autres. C'est la philanthropie. Mais, au-delà de la charité, de la philanthropie, il y a la solidarité démocratique. Tout un ensemble de pratiques va se développer autour de cette notion, notamment la libre association dans les années 1830-1848, autour de l'organisation du travail..... Lorsqu'on s'efforce de trouver une organisation sociale qui essaye de mettre en pratique cette égalité, on se rend compte que le marché ne suffit pas à intégrer tout le monde. L'idée centrale est donc que la solidarité peut être un élément intégrateur. Un lien social fondateur d'une économie fraternelle ; solidaire.

Une autre manière d'élaborer la solidarité apparaît à travers l'école de solidaristes (DURKHEIM, BOURGOIS, ....). Leur propos est de dire que nous avons une dette sociale que chacun s'engage à respecter parce qu'il est membre de la société et qui l'amène à passer un quasi contrat » avec ses semblables. Ce n'est pas un engagement individuel volontaire mais un engagement vis-à-vis de la collectivité dont l'Etat doit assurer le respect par l'obligation. La solidarité alors par l'action redistributive de l'Etat14(*).

Mais la solidarité ne se limite pas à cette action de l'Etat. Il convient de distinguer la solidarité horizontale et la solidarité verticale. La première consiste en une auto organisation des individus pour résoudre des problèmes communs (Associations, syndicat, ...).

La solidarité verticale est constituée par l'action correctrice de l'Etat qui permet que les inégalités ne se perpétuent pas éternellement. La société fonctionne sur deux piliers : le marché et l'Etat social. Ce dernier est tout à fait nécessaire, mais un certain nombre de problèmes ne peuvent pas être résolus par l'Etat et nécessitent des actions communes. Ces deux conceptions restent actuelles.

* 14 EMIL DURKHEIM et alii, Op. cit.

précédent sommaire suivant






Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy



La Quadrature du Net