WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Solidarité, famille et développement socio-économique en ville de Butembo

( Télécharger le fichier original )
par Muyisa LUSENGE
Université catholique du Graben - Licence 2008
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

I.1.f. Des cadres d'expression de la solidarité Africaine

La solidarité africaine étant un phénomène fort des sentiments et d'actions des personnes appartenant à un même groupe, ses expressions ne peuvent être saisies qu'à travers les cadres que sont la famille, la tribu, l'ethnie, la nation et le continent.

I.1.f.1. La solidarité familiale

La famille est la cellule de base de la société et c'est en son sein que l'individu apprend à vivre ensemble, à naître, à cultiver la vertu de la solidarité. La famille structure et résume les idées, force sur les réseaux d'appartenance, de participation, de partage et de réciprocité qui relient l'individu au groupe et lui fait bénéficier de diverses solidarités.

La solidarité familiale se traduit par la présence, l'assistance et la participation de tous les membres lors des événements qui affectent le bien-être et la cohésion du groupe, événements qui réclament une action commune18(*).

I.1.f.2. La solidarité tribale

La tribu est une communauté constituée par des gens qui admettent de vivre dans leur communauté d'origine par descendance d'un ancêtre commun et ayant en partage la culture et la langue.

Sans avoir l'intensité de la solidarité familiale, la solidarité tribale qui est prise en charge par le tribalisme fait obligation aux contribalistes à s'entraider et à se solidariser face aux entreprises d'autres groupes qui menacent leur identité ainsi que leurs intérêts.

I.1.f.3. La solidarité ethnique

L'ethnie est définie comme une communauté de personnes qui partagent la même culture, la même langue et justifient leurs origines par une souche ancestrale commune dont ils ont un souvenir proche ou lointain.

Comme dans le cas de la tribu, l'ethnicité traduit la conscience d'appartenance au groupe et des devoirs de solidarité qu'elle impose aux membres à l'intérieur qu'à l'extérieur face aux enjeux de survie du groupe.

Il faut noter que la prédominance de la solidarité fondée sur des loyautés tribales et ethniques dans les Etats africains est née de la décolonisation.

I.1.f.4. La solidarité africaine au sein des néo-nations africaines

L'expression de la solidarité africaine au sein des néo-nations africaines nées de la décolonisation est fortement contrariée par l'intensité des antagonismes tribaux et/ou ethniques. A ce propos, le professeur Mulumbati Ngasha fait remarquer que « les groupes ethniques occupent, dans le fonctionnement des systèmes politiques africains, une place importante qui se situe à plusieurs niveaux : au niveau des dirigeants politiques, pris isolement, au niveau du gouvernement, au niveau de la communauté nationale, et au niveau du régime politique19(*).

Et le même auteur de poursuivre : la rigueur des structures ethniques est telle que bien des décisions que les dirigeants politiques africains prennent dans le domaine socio-économique constituent à creuser les disparités entre groupes ethniques dans la mesure où certains d'entre eux sont favorisés par rapport à d'autres20(*).

Les observations de Mulumbati Ngasha et autres s'inscrivent dans la coulée de nombreuses études qui ont mérité d'étudier les pesanteurs du tribalisme et de l'ethnicité dans le vécu politique africain ; pesanteur dont les conséquences les plus dramatiques sont les guerres fratricides, les millions de réfugiés, les dictatures tribales et/ou ethniques qui ont appauvri les peuples21(*).

I.1.f.5. La solidarité africaine à l'échelle du continent africain

Dans sa substantielle réflexion sur la notion de solidarité africaine, MWAKA TSHOPO montre non seulement l'évolution de cette notion à l'échelle du continent, la volonté de vivre, la solidarité africaine qui animait les dirigeants africains mais surtout les obstacles à la vivre réellement22(*).

Si à ses débuts le mouvement de la solidarité africaine englobait dans ses préoccupations la diaspora noire des U.S.A. et des Caraïbes, avec la création de l'O.U.A. en 1963, l'accent sera exclusivement mis sur
le continent africain.

A cet effet, la solidarité africaine chercherait à s'exprimer sur deux volets :

- Solidarité entre Etat africain indépendant que le président FELIX MALLOUM appelle de tous ses voeux dans son discours lors du XV è anniversaire de l'O.U.A. "La solidarité africaine étant, comme chacun le sait, légendaire, pourquoi certains de nos Etats plus riches que d'autres n'aideraient-ils pas les plus démunis au lieu de s'évertuer à dégager d'énormes sommes d'argents pour entretenir la hausse et la lutte fratricide au nom des principes qui n'ont de principes que le vocable ?23(*)

Cette conception de la solidarité africaine est loin de celle qui est exemplifiée dans les sociétés africaines traditionnelles. Aux principes de la participation du partage et de la réciprocité est substitué celui qui maintient l'autre dans une position de menaçant avec toutes les humiliations qu'un tel statut entraîne.

- Solidarité entre Etats africains indépendants et régions restées (demeurées) sous le joug colonial par l'octroi aux mouvements de libération d'une aide substantielle. Cependant, MWAKA TSHOPO montre la modicité de cette aide24(*). Bref, ici encore, la solidarité africaine n'a pu s'exprimer comme on l'aurait souhaité.

* 18 MPASE, M.M., Op. cit., p. 25.

* 19 MULUMBATI NGASHA et alii, Systèmes politiques africains, Lubumbashi, Ed. Africa, 1984, p. 75.

* 20 Ibidem, p. 75.

* 21 C.YOUNG, Introduction à la politique congolaise, Kinshasa, Lubumbashi-Kisangani, Bruxelles, Ed. Universitaire du Congo, 1965.

* 22 MWAKA TSHOPO, Op. cit.

* 23 F. MALLOUM, Discours à l'occasion du XV è anniversaire de l'O.U.A., Khartoum, 1978.

* 24 MWAKA TSHOPO, Op. cit., cf. aussi G. CHALIAND, Lutte armée en Afrique, Paris,
Ed. F. Maspero, 1967, p. 133.

précédent sommaire suivant






Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy



La Quadrature du Net