WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

A propos d'une analyse objective de la voix de 40 sujets présentant des troubles musculo-squelettiques

( Télécharger le fichier original )
par Marion VIENNOT
UHP Nancy - Certificat de Capacité d'Orthophonie 2010
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

III Évaluation de la voix

D'après Giovanni « Dans le cadre d'un phénomène complexe, multidimensionnel comme la voix, toute mesure isolée est réductrice; [...]59

III.1 Mesures subjectives de la voix

III.1.1 Les données de l'anamnèse

L'objectif d'une anamnèse, dans le cadre d'un bilan vocal, est de recueillir toutes les données nécessaires pour situer le problème vocal dans son contexte. L'anamnèse porte sur:

- « l'histoire » de la voix du patient: les problèmes vocaux qu'il a déjà rencontrés. En effet, bien souvent, le trouble vocal s'inscrit dans la durée. Ainsi, certains phoniatres supposent que de nombreux adultes dysphoniques ont déjà rencontré des problèmes avec leur voix lorsqu'ils étaient enfants.

-l'histoire médicale du patient: maladies respiratoires (asthme, insuffisance respiratoire), mucoviscidose, interventions passées (chirurgie abdominale, thoracique, cervicale, faciale, cérébrale, irradiation...), maladies neurologiques et cérébrales, conduites addictives pouvant porter atteinte à la fonction laryngée (tabagisme, alcoolémie), troubles hormonaux, troubles d'ordre psychiatrique, traitements spécifiques consécutifs à ces troubles. En effet, il est essentiel de connaître toutes les pathologies, séquelles, traitements et autres, pouvant avoir des répercussions sur la voix, à quelqu'étage que ce soit.

- le contexte social et professionnel (situation sociale du patient, utilisation quotidienne de sa voix, conditions de travail, ...). Citons pour exemple la littérature foisonnante rapportant les difficultés vocales rencontrées par les enseignants, les acteurs, ou encore les conférenciers.

-les facteurs déclenchants et favorisants une dysphonie, décrits précédemment. En effet, on peut retrouver ces facteurs au sein de pathologies médicales, ou liés à un mode de vie particulier.

-la demande du patient: le ressenti du patient face à sa voix, sa

59 Estienne Fr. et Piérart B., p225, Op. cit. p36.

définition propre de sa voix et des troubles de celle-ci, l'importance qu'il accorde à ses troubles et leurs conséquences. Il s'agit en d'autres termes de définir quelle est la plainte du patient et ses attentes quant à la rééducation vocale. En effet, un décalage important peut se retrouver entre les mesures (objectives ou subjectives) de la voix, et ce qu'en perçoit le patient.

III.1.2 Les échelles d'auto-évaluation

Il y a « un rapport évident entre la voix, la personnalité et l'état émotionnel »60. Lors d'un bilan orthophonique, le recours à une échelle d'autoévaluation permet d'apprécier la façon dont une personne vit, perçoit sa voix.

Certaines échelles, comme le profil vocal objectif61, donnent en outre la possibilité de connaître les différences de perception d'un trouble entre le sujet luimême et le thérapeute puisque chaque critère est coté par le patient et par le thérapeute. Les critères du profil vocal objectif sont : l'estimation du degré de sévérité par une note entre 1 et 4, le pourcentage d'invalidité professionnelle et la qualité de la voix (cotation en - -, -, +-, + et ++).

III.1.2.1 L'échelle bipolaire d'auto-estimation vocale

Couramment utilisé en clinique, cette échelle est le fruit de deux mémoires de licence en logopédie réalisés par Huberlant en 1981 et par Beuken en 198262. Elle a pour objectif de cerner comment un sujet vit et perçoit sa voix. L'échelle comporte onze paires d'adjectifs opposés telles que « reposée/fatiguée, sonore/sourde, agréable/désagréable ». Pour chaque paire, il s'agit de déterminer comment le sujet ressent sa voix sur une échelle comportant 7 degrés. Il y a trois questionnaires, comportant les mêmes paires d'adjectifs, mais évaluant la perception de la voix avant, actuellement, et la voix souhaitée.

60 Estienne Fr., p5, Op. cit. p30.

61 Ibid., p50.

62 Ibid., p52.

III.1.2.2 Le VHI et le VHI 1063

Le Voice Handicap Index (VHI) a été créé par Jacobson et al. en 1997 à partir des plaintes les plus fréquemment relevées lors de bilans phoniatriques. Le VHI permet d'obtenir une estimation du retentissement du trouble vocal sur la vie quotidienne de la personne. La version longue comporte 30 questions divisées en trois catégories (catégories qui ne sont pas connues du sujet): niveaux fonctionnel, émotionnel et physique. Le sujet grade la sévérité de son trouble sur une échelle de 0 à 4:

-0: jamais

-1: presque jamais

-2: parfois

-3: presque toujours

-4: toujours.

Le score total peut donc être compris entre 0 et 120 points et l'on regarde également les scores obtenus pour chaque catégorie. Un score proche de zéro indique que le handicap vocal du sujet est quasi nul.

La version courte (VHI 10) comporte les dix questions les plus pertinentes de la version longue. Il semblerait que le VHI 10 soit plus fiable que le VHI.

III.1.2.3 D'autres échelles

Le Voice Symptom Scale (VoiSS) a été créé par Scott, Wilson et MacKenzie en 1997 sur le même principe de recueil de problèmes vocaux. Ce questionnaire comporte trente et un items répartis en trois catégories: difficultés de communication, symptômes au niveau du pharynx et détresse psychologique. Les auteurs ont également ajouté treize items dérivés du VHI. Bien que Webb, Carding et Steen (2004)64 aient émis l'hypothèse que le VoiSS soit plus robuste que le VHI au niveau psychométrique, c'est néanmoins ce dernier qui reste le plus employé aussi bien en clinique qu'en recherche.

63 Giovanni A., pp45-66, Op. cit. p36.

64 Estienne Fr. et Piérart B., p228, Op. cit. p36.

Le Voice-Related Quality of Life Measure (V-RQOL) créé par Hogykan et Sethuraman en 1999 comprend dix items (dont la plupart sont similaires à ceux du VHI) répartis en deux catégories: fonctionnement physique et niveau socio-émotionnel. Plus centrée sur la qualité de vie que le handicap vocal, cette échelle semble la plus pertinente en clinique puisqu'une corrélation significative entre l'amélioration du score et l'amélioration vocale a été mise en évidence65.

Le Voice Activity and Participation Profile (VAPP) de Ma et Yiu (2001) comporte cinq domaines provenant des définitions de l'OMS qui sont: la sévérité du trouble vocal perçu, les conséquences professionnelles, l'impact sur la communication quotidienne, l'impact sur la communication sociale et les conséquences émotionnelles. Ce profil est fiable; cependant il n'a été testé que sur une population chinoise.

précédent sommaire suivant






La Quadrature du Net