WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

A propos d'une analyse objective de la voix de 40 sujets présentant des troubles musculo-squelettiques

( Télécharger le fichier original )
par Marion VIENNOT
UHP Nancy - Certificat de Capacité d'Orthophonie 2010
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

III.3 Hauteur

III.3.1 Eléments de définition

En physique, la hauteur est appelée tonie et est caractérisée par la fréquence. Le cycle vibratoire des cordes vocales détermine la hauteur de la voix. Ainsi, pour une voix dont la fréquence fondamentale est de 150Hz, il y a 150 cycles de vibration des cordes vocales par seconde. Pour savoir combien de temps dure un cycle vibratoire il suffit de diviser 1 seconde par le nombre de cycles (soit 1/150 ici). La fréquence (150Hz dans l'exemple) étant l'inverse de la période, on peut donc considérer qu'un cycle vibratoire correspond à une période physique.

La hauteur peut être modifiée par les propriétés mécaniques des cordes vocales (tension et rigidité) ainsi que par la pression de l'air82.

III.3.2 Evaluation

Classiquement, on utilise un « a » tenu pour étudier la fréquence fondamentale83. Cependant, cette tenue s'apparent à de la voix chantée. Or, la voix parlée est sensiblement plus altérée que la voix chantée. En effet, la voix parlée est constituée d'une succession d'attaques et la dysphonie est surtout perceptible sur les attaques des sons vocaliques. Inversement, il a été démontré que les analyses réalisées à partir d'une voyelle tenue étaient significatives.

La phrase « Elle n'aimait ni maman ni mamie » peut également être utilisée pour mesurer la hauteur usuelle. Elle a été préconisée par Giovanni84 et reprise par

82 Titze et Liang (1994), in Estienne Fr., Piérart B., p232, Op. cit. p36

83 Giovanni, A, Op. cit. p36.

84 Giovanni A., Molines V., Nguyen N., Teston B., Robert D., Cannoni M., Pech A. (1992), « Une Méthode
Multiparamétrique d'évaluation vocale objective assistée par ordinateur », Ann. Oto-Laryng., n°109.

Maillefert car elle correspond aux exigences du GREL à savoir qu'une phrase de cinq ou six mots continuellement voisées, ne contenant ni fricatives, ni explosives sourdes, permet de supposer que « le bruit dans le signal acoustique provient principalement du niveau glottique et pas de phénomènes articulatoires » et que « tout segment désonorisé peut être considéré comme anormal »85.

III.3.3 Normes

Type de voix

Homme

Femme

Voix conversationnelle

110 à 165 Hz

220 à 330 Hz

Voix projetée

123 à 185 Hz

245 à 370 Hz

Voix d'appel

220 à 330 Hz

440 à 660 Hz

III.3.4 Le jitter

III.3.4.1 Une mesure des perturbations à court terme

Le jitter est une mesure des perturbations à court terme de la fréquence fondamentale du signal sonore. On se place ici au niveau de la période du son, donc du cycle vibratoire, et on observe les différences de durée entre une ou plusieurs périodes. Il existe de multiples modes de calcul du jitter et ses valeurs peuvent être très variables d'une étude à l'autre86. Cependant, peu importent les méthodes de calcul du jitter puisqu'il est systématiquement corrélé à des désordres vocaux (à l'exception du trémor et du vibrato du chanteur87) bien qu'il ne permette pas d'en expliciter la ou les causes.

Selon les auteurs, les causes peuvent être:

-neurologiques, c'est-à-dire liées à l'excitation des motoneurones qui influent sur les muscles

-aérodynamiques, lorsque les puffs d'air ne se comportent pas comme on l'attendrait (cependant les auteurs ne savent pas encore expliquer ces phénomènes qui restent imprévisibles)

85 Maillefert A. (1999), Apports et limites de l'analyse spectrale et acoustique de la voix au moyen d'un système informatique: WinSnorri, Mémoire d'Orthophonie, Université Henri Poincaré, Nancy 1, p146.

86 Giovanni, p 127, Op. cit. p36.

87 En présence d'un vibrato, la variation de la fréquence fondamentale se produit environ 5 à 7 fois par seconde, avec une déviation standard de un quart à un demi-ton en hauteur, et d'environ 3dB en intensité.

-biomécaniques, du fait d'altérations des propriétés des cordes

vocales.

Par ailleurs, on observe parfois des oscillations chaotiques, sans doute liées au fonctionnement non linéaire de l'appareil vocal. Les mesures objectives de la voix ne suffisent donc pas, seules, à décrire l'ensemble des qualités et des phénomènes vibratoires lors de la phonation.

précédent sommaire suivant






La Quadrature du Net