WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

A propos d'une analyse objective de la voix de 40 sujets présentant des troubles musculo-squelettiques

( Télécharger le fichier original )
par Marion VIENNOT
UHP Nancy - Certificat de Capacité d'Orthophonie 2010
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

III.4.3 Rapport harmoniques/bruit 97

Comme nous l'avons vu précédemment, lorsqu'une voix est altérée, les harmoniques sont progressivement remplacées par du bruit sur le spectrogramme. En grande partie développé par Yumoto, le rapport harmoniques/bruit (Harmonicity to Noise ratio) consiste à calculer la proportion de bruit dans le signal vocal. Selon les logiciels utilisés, il est possible de calculer le rapport harmoniques/bruit (H/N) ou bien le rapport bruit/harmoniques (N/H), les deux rapports étant équivalents. Nombre de recherches tendent à montrer une forte corrélation entre la valeur du rapport harmoniques/bruit et la sévérité de la dysphonie. Ce rapport semble en outre être un bon prédicteur de la perception du souffle et du voile, surtout en l'absence d'apériodicité majeure98. Avec Praat, nous pouvons considérer être en présence d'une voix pathologique pour un rapport H/N très inférieur à 20dB pour le phonème /a/.

Cependant, comme pour le jitter, on peut reprocher à cette mesure d'analyser la voix de manière linéaire alors que celle-ci résultent de phénomènes en réalité bien plus complexes.

97 Baken R. J., Orlikoff R. F., pp281-284, Op. cit. p47.

98 Lalot A., Reyt S. (2008), Etude comparative de la production des voyelles entre locuteurs sains et dysphoniques: Effet du contexte de la réalisation et de la composante de souffle, Mémoire d'Orthophonie, Université Claude Bernard, Lyon1

III.5 Intensité

L'intensité, ou sonie en physique, est la mesure de la puissance d'un son.

III.5.1 Physique

III.5.1.1 Physique acoustique

Une source sonore, telle une sphère pulsante, émet une puissance acoustique dans tout l'espace qui l'entoure. Plus on s'éloigne de la sphère, plus la puissance par unité de surface, c'est-à-dire l'intensité, va diminuer. L'intensité acoustique s'exprime en watts. 1/ 1 000 000 000 000 Watt par mètre carré est l'intensité la plus faible perçue par l'oreille humaine (1 Watt par mètre carré correspond au seuil de la douleur). Le rapport entre ces deux valeurs étant de mille milliards, l'échelle en watts n'est donc pas des plus pratiques à utiliser. C'est pourquoi Alexander Graham Bell99 eu l'idée d'utiliser une échelle logarithmique, échelle qui porte son nom: le Bel. C'est le décibel (dB) qui est couramment employé pour détailler au mieux la réalité de ce que perçoit l'oreille humaine.

Schématisation d'une sphère pulsante 100

III.5.1.2 Psycho acoustique

L'intensité, comme la hauteur, est pour l'oreille humaine, à la fois une notion subjective et objective (en anglais, il existe deux termes différents pour parler de ces deux types d'intensité: « loudness » pour la perception et « intensity » pour la puissance acoustique). En effet, l'oreille n'a pas la même sensibilité selon la fréquence écoutée. Par exemple, un son de 50dB produit une sensation auditive plus forte lorsque sa fréquence est de 1000Hz que lorsqu'elle est de 100Hz.

99 Alexander Graham Bell (1847-1922). 100[ www.techniquesduson.com ].

précédent sommaire suivant






La Quadrature du Net