WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

A propos d'une analyse objective de la voix de 40 sujets présentant des troubles musculo-squelettiques

( Télécharger le fichier original )
par Marion VIENNOT
UHP Nancy - Certificat de Capacité d'Orthophonie 2010
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

III.5.2 Normes

L'intensité est proportionnelle à l'amplitude du mouvement vibratoire des cordes vocales. Elle dépend en majeure partie de la valeur de la pression sousglottique et donc de la coordination adéquate entre la force de soutien respiratoire (diaphragmatique et abdominale) d'une part, et la qualité et la force d'accolement des cordes vocales d'autre part. Plus la pression d'air expirée est élevée et plus l'intensité augmente, à condition que la glotte offre une résistance assez efficace au flux d'air. Ainsi, l'intensité et la fréquence sont généralement corrélées chez les locuteurs sans travail vocal car ils ne différencient pas aisément l'augmentation de la pression sousglottique et la résistance glottique101.

Type de voix

Intensité

Voix conversationnelle

Entre 55 et 65dB

Voix projetée

Entre 65 et 75dB

Voix d'appel

Entre 80 et 85dB

Voix criée

Entre 90 et 110 dB

Voix d'opéra

Jusqu'à 120dB

Tableau des normes de l'intensité vocale 102

III.5.3 Shimmer

III.5.3.1 Définitions et normes

Le Shimmer est une mesure de la perturbation à court terme de l'amplitude des périodes de la fréquence fondamentale.

Comme pour le jitter, il y a de multiples manières de calculer le shimmer. Les normes établies dépendent du choix du mode de calcul et du logiciel d'analyse utilisés. Nous décrivons ici les définitions choisies par les créateurs de Praat, soit :

-shimmer (local): on mesure ici les perturbations à court terme de l'amplitude du signal sonore. Pour ce faire, on divise la moyenne des différences (en valeur absolue) entre l'amplitude maximale de deux périodes successives, par la moyenne des amplitudes maximales de chaque période. Le seuil normal/pathologique est fixé à 3,81 %.

-shimmer (local, dB): C'est la moyenne des différences (en valeur absolue

101Estienne Fr., Piérart B., p234, Op. cit. p36.

102Klein-Dallant C. (dir.) (2001), Dysphonies et rééducations vocales de l'adulte, Marseille: Solal.

logarithme10), entre l'amplitude maximale de deux périodes consécutives, multipliée par 20. Cette méthode de calcul présente l'avantage de limiter les effets des variations de F0 (tremor, vibrato, ...) sur le shimmer103. La valeur déterminant le seuil normal/pathologique est 0,350dB.

-shimmer (apq11)104: il s'agit également d'une mesure des perturbations à court terme de l'amplitude du signal. Sur le même principe que le jitter RAP, il s'agit d'atténuer les effets des modulations volontaires d'intensité en comparant l'amplitude maximale de chaque période Ti à l'amplitude moyenne des pics des périodes Ti-5 à Ti+5, soit 11 périodes. La mesure de l'APQ est optimale avec une fenêtre d'analyse de taille 5105. Le seuil normal/pathologique est fixé à 3,07%.

précédent sommaire suivant






La Quadrature du Net