WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Genre et son application dans l'ONG "Women for Women International RDC" à  Uvira

( Télécharger le fichier original )
par André Makutubu Balibwanabo
Université Ouaga 2 - Licence en management des ONG et associations 2010
  

sommaire suivant

MINISTERE DES ENSEIGNEMENTS BURKINA FASO

SECONDAIRE ET SUPERIEUR -=-==-

-=-=-=-=-=-=-=- Unité- Progrès-Justice

UNIVERSITE DE OUAGA II -=-=-=-=-

-=-=-=-=- Année Académique 2010/2011

UNITE DE FORMATION ET DE RECHERCHE

EN SCIENCES ECONOMIQUES ET DE

GESTION

(UFR-SEG)

MEMOIRE

Pour l'obtention de la Licence Professionnelle en Management des ONGs et
Association

GENRE ET SON APPLICATION DANS L'ONG WOMEN FOR WOMEN
INTERNATIONAL/REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO A UVIRA

Présenté par :

MONSIEUR André MAKUTUBU BALIBWANABO

Directeurs du Mémoire :

Mme Huguette LAWSON/KOHOUE

Novembre 2011 à Janvier 2012

Programme développé grâce à l'appui technique et financier de l'Agence Universitaire de la Francophonie

SOMMAIRE

SOMMAIRE I

REMERCIEMENT II

INTRODUCTION GENERALE 1

CHAPITRE I: REVUE DE LA LITTERATURE SUR LE GENRE .4

CHAPITRE II : PRESENTATION DE L'ORGANISATION WOMEN for WOMEN

INTERNATIONAL 10
CHAPITRE III : PRESENTATION DES DONNEES ET INTERPRETATION DES

RESULTATS 16

CONCLUSION GENERALE ..25

BIBLIOGRAPHIE 26

TABLE DE MATIERES 27

REMERCIEMENT

Au terme de ce travail, nous tenons à remercier et à présenter notre reconnaissance à tous ceux qui ont contribué de près ou de loin, à sa réalisation et son aboutissement.

Nos remerciements et reconnaissances à Dieu tout puissant qui nous a fortifié et permis à terminer cette année universitaire malgré toutes les difficultés.

Nous manquons les mots pour exprimer notre reconnaissance à Madame Huguette LAWSON/KOHOUE, qui a accepté la direction du présent travail malgré ses multiples occupations. Ses remarques et orientations ont pour fruit l'accomplissement de ce travail.

Exceptionnellement nos remerciements s'adressent à l'Agence Universitaire de la France pour avoir financé nos études dont voici le fruit.

Notre gratitude s'adresse au Professeur SO OUSEMAN et au corps scientifique de l'unité de formation et de recherche en sciences économiques et de gestion de l'Université de OUAGA II.

Mes remerciements vont droit à ma femme Alice BUDZA et mes filles Queen Andreasse MAKUTUBU BLESSING et Andresse MAKUTUBU DULCINEE, pour leurs conseils ainsi que leurs patiences.

Notre reconnaissance s'adresse à nos parents, frères et soeurs pour leurs conseils. Nos remerciements vont droits à tous ceux dont ne sont pas cités dans ce travail.

André MAKUTUBU BALIBWANABO

I. INTRODUCTION GENERALE

I.1. Problématique

L'inégalité sociale entre les hommes et les femmes n'avait pas commencé dans le siècle présent. Cette inégalité est prouvée par le fait que dans plusieurs tribus africaines, les femmes ne devraient pas siégées avec les hommes pour chercher par exemple les solutions sur certains problèmes dans la société. L'homme a été un égoïste devant la femme dans sa façon d'exercer son autorité et son pouvoir.

L'ampleur de ce problème a amené la banque mondiale à travers son programme de fixation des objectifs du millénaires a proposé, qu'en 2015 « les hommes et les femmes auront les mêmes droits ».

Dans le même ordre d'idée, le président du Groupe de la Banque mondiale, Robert B. Zoellick avait déclaré : « nous devons changer les règles des inégalités». Au cours des cinq dernières années, le Groupe de la Banque mondiale a contribué un montant de 65 milliards de dollars pour promouvoir l'éducation des filles, la santé des femmes et l'accès de ces dernières au crédit, à la terre, aux services agricoles, à l'emploi et aux infrastructures. Ces efforts sont certes importants, mais ils ne sont pas à la hauteur des besoins et n'occupent pas une place suffisamment centrale dans notre programme d'action.

L'égalité entre hommes et femmes est un objectif de développement fondamental en soi, mais elle est aussi un atout pour l'économie. Comme le souligne un nouveau rapport phare de la Banque mondiale, les pays qui améliorent les opportunités et la situation des femmes et des filles peuvent accroître leur productivité, améliorer les conditions de vie de leurs enfants, rendre leurs institutions plus représentatives et renforcer les perspectives de développement pour tous.

La notion de genre recouvre les différences de rôles, de responsabilités et d'attentes entre les hommes et les femmes dans les sociétés et cultures déterminées.

Selon les rapports d'Amnesty International, Union Interparlementaire, PNUD et Rapport sur le développement humain de 2009, Les femmes possèdent moins d'1% des richesses de la planète ; fournissent 70% des heures travaillées et ne reçoivent que 10% des revenus. 2/3 des enfants dans le monde qui ne vont pas à l'école sont des filles, 2/3 des 900 millions d'analphabètes sont des femmes. Les femmes ne représentent que 15% des parlementaires dans le monde. 1.3 milliard de personnes vivent sous le seuil de pauvreté absolu, dont 70% sont des femmes. Le nombre de femmes sous le seuil de pauvreté a crû de 50% et 30% seulement pour les hommes.

Les femmes congolaises ne sont pas épargnées de cette situation. Ces chiffres ci hauts, nous prouvent combien de fois l'inégalité sociale entre les hommes et les femmes domine le monde.

La discrimination genre se manifeste notamment par : un faible accès à l'éducation, une pauvreté plus accentuée chez les femmes, un dispositif juridique et institutionnel discriminatoire. En plus, la dépendance économique et financière de la femme vis-à-vis du revenu du mari favorise aussi la violence domestique et des pratiques coutumières et sociales néfastes.1

Le genre dans son ensemble en République Démocratique du Congo, est perçu d'emblée comme un
mouvement des femmes qui cherche à combattre les hommes ou plutôt leur autorité alors que celle-ci est
considérée comme un droit « originel » des hommes donc hérité des ancêtres ! Parler de genre dans les

familles congolaises tend à être compris par les hommes comme une sorte de « complot formaté par les femmes pour combattre les hommes alors qu'en réalité le genre n'est pas synonyme de femme ».

Mais, le genre est plutôt un concept construit socialement qui tient compte des différences biologiques entre les sexes, les accepte et cherchent à ce que les femmes (considérées comme inférieures) deviennent des partenaires égales des hommes du point de vue avoir, savoir et pouvoir.2

Avec le genre, les hommes sont associés pour une meilleure compréhension du concept, et des contraintes sont imposées aussi bien aux hommes qu'aux femmes. A partir des activités menées par les hommes et femmes, le genre met l'accent sur les droits à l'accès et au contrôle des ressources naturelles, économiques et socio-culturelles et les droits sociaux l'accès au pouvoir et l'autonomisation.3

Le genre différencie les hommes et femmes dans leurs relations sociales aussi selon les activités qu'ils font les uns les autres. Ces différences ne sont pas seulement biologiques mais également le résultat des constructions sociales et culturelles.4

Le féminisme quant à lui peut être compris comme plus un mouvement qui cherche à combattre pour le respect des droits de la femme et pour sa meilleure participation dans un processus donné, le féminisme fait ici état de la différence entre deux groupes selon leur sexe féminin et masculin, c'est en fait un mouvement continu qui constitue les prémisses du genre.5

Souvent, les femmes n'ont pas accès à un travail digne, supportent la majeure partie du travail non rémunéré et sont principalement actives dans l'agriculture. Le pourcentage de femmes salariées en dehors du secteur agricole poursuit sa lente progression, mais reste très limité dans de nombreuses régions. En Afrique du Nord et en Afrique de l'Ouest, le secteur agricole représente 64% de l'activité des femmes, contre seulement 23% pour l'industrie et 21% pour le secteur des services.6

Eu égard à tous ceux qui précèdent, il nous est important de nous poser la question de savoir : est-ce que l'ONG Women for Women International/uvira applique-t-elle le genre dans sa gestion du personnel ? De cette question peut découler les questions secondaires suivantes :

· Quel est le taux d'emploi des femmes par rapport aux hommes ?

· Est-ce que les femmes et les hommes occupant les mêmes positions (postes), ont-ils les mêmes avantages dans cette institution?

· Est-ce que les hommes et les femmes bénéficient-ils des mêmes avantages sociaux au sein de cette organisation ?

· Quels sont les postes qu'occupent les femmes par rapport à ceux des hommes ?

Nos analyses seront plus focalisées sur l'application de genre dans le domaine de gestion de ressources humaines au sein de cette organisation. Ce sont ces questions auxquelles nous chercherons à répondre tout au long de cette étude.

Nous pouvons anticiper en disant que le genre est en application au sein de Women for Women
International/uvira en ce qui concerne la gestion de son personnel.

2. Monique Kaseya, Initiatives pour le développement de l'entreprenariat féminin (IDEF) en République Démocratique du Congo/ www.genreenaction.net/IMG/pdf/Monique-2pdf

3. Idem

4. Idem

5. Idem

6. Coopération Technique Belge, Rapport annuel, 2009

sommaire suivant











9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.



Bitcoin - Magic internet money - Join us !