WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

L'impact des communications modernes et traditionnelles sur les relations sociales dans le secteur Gisenyi (1998-2010)

( Télécharger le fichier original )
par Pascal BIZIMANA
Université libre de Kigali campus de Gisenyi - Licence 2010
  

précédent sommaire suivant

I.2.2. Les principaux types de communication

La science de la communication englobe un champ très vaste que l'on peut diviser en plusieurs niveaux. En 1987  McQuail (1987 :71), fait une proposition pyramidale de ces niveaux :

Chaque niveau englobe ceux qui se situent en dessous de lui. Ainsi la communication de masse est le niveau qui est au sommet de cette pyramide et concerne donc tous les autres niveaux. Elle se rapporte à plus de personnes dans le temps et l'espace que les autres et traite tous les niveaux inférieurs. D'où selon McQuail, il existe une certaine prédominance de la recherche pour la communication de masse.

I.2.2.1. La communication interpersonnelle

La  communication interpersonnelle est basée sur l' échange 1 émetteur - 1  récepteur.

Entre humains, c'est la base de la vie en  société. C'est là en général que la compréhension est la meilleure, mais le nombre de  récepteurs est limité à une seule personne. La  rétroaction est quasi systématique. Il y a notamment le  téléphone, la  conversation orale... Mais la communication n'est pas qu'orale. Elle est aussi non verbale (SFEZ, L, 1993 :89).

I.2.2.2. La communication de masse

La  communication de masse c'est un émetteur (ou un ensemble d'émetteurs liés entre eux) s'adressant à tous les  récepteurs disponibles. Là, la compréhension est considérée comme la moins bonne, car le bruit est fort, mais les  récepteurs bien plus nombreux. Elle dispose rarement d'une  rétroaction, ou alors très lente. Ce type de communication a été conceptualisé avec l'apparition des notions d'organisation de masse dont quatre éléments sont la  standardisation, le  fordisme, le  taylorisme et la publicité...

On parle de  médias de masse ou « Mass-média ». En font partie la  radiocommunication, la  radiodiffusion et la  télévision. L'absence de réponse possible en fait un outil idéal de la propagande.

L'un des ouvrages considéré comme fondateur de la notion de « masse », bien que contestable sur son contenu et son objectivité, est psychologie des foules (1895) du psychopathologue Gustave. La persuasion clandestine, ouvrage de Vance Packard, montre à ce sujet que la science de la manipulation était déjà bien avancée en 1957.

I.2.2.3. La communication de groupe

La  communication de groupe part de plus d'un émetteur s'adressant à une catégorie d'individus bien définis, par un  message (communication) ciblé sur leur compréhension et leur  culture propre. C'est celle qui est apparue avec les formes modernes de  culture, souvent axées sur la  culture de masse ( société de consommation), dont la  publicité ciblée est la plus récente et la plus manifeste. Les effets de la communication de groupe se situent entre ceux de la communication interpersonnelle et ceux de la communication de masse (NZABANDORA, 2009 :21).

La communication de groupe est aussi complexe et multiple car elle est liée à la taille du groupe, la fonction du groupe, et la personnalité des membres qui le compose. On peut également intégrer cette notion dans la communication interne à une entité. Les groupes peuvent alors être des catégories de personnels, des individus au sein d'un même service, etc. On peut aussi intégrer cette notion à une communication externe ciblée vers certains  partenaires ou  parties prenantes de l'entité (MEGRET, E, 2003 :64).

précédent sommaire suivant