WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Participation des populations au processus d'élaboration et de mise en œuvre du plan de développement de la commune de Dogbo

( Télécharger le fichier original )
par François ZINSOU
Université d'Abomey-Calavi ( Bénin) - Maàtrise 2007
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

VI- CLARIFICATION CONCEPTUELLE

Le caractère polysémique des mots est susceptible de créer des confusions et malentendus entre chercheurs en sciences sociales. C'est pourquoi Emile DURKHEIM disait déjà que «toute investigation scientifique porte sur un groupe déterminé de phénomènes qui répondent à une même définition. La première démarche de sociologue doit donc être de définir les choses dont il traite, afin que l'on sache et qu'il sache bien de quoi il est question. C'est la première et la plus indispensable condition de toute preuve et de toute vérification»9(*). Il est donc nécessaire de définir les concepts clés liés au sujet pour mieux situer l'objet et le cadre de notre investigation. Ainsi, seront définis les six termes suivants: participation, population, planification locale, plan de développement, élaboration et mise en oeuvre.

PARTICIPATION

Selon Madeleine GRAWITZ10(*) « la participation est un système d'association symboliques, instaurant des liens de quasi identité ou de communion. Pour Marc TOTTE11(*), la participation peut être définie comme «un processus à travers lequel les différents acteurs influencent et partagent le contrôle sur les initiatives de développement, des décisions et des ressources qui les affectent ».

Dans l'Appui à la participation et à l'autopromotion dans la gestion des ressources naturelles, «La participation signifie que tous les groupes concernés (et /ou leurs représentants) soient associés au processus de décision et de mise en oeuvre ; des mesures d'appui à l'autopromotion doivent, dans le même temps, améliorer les possibilités de participation active de groupes de populations défavorisées (au plan matériel, en termes d'éducation, etc). Néanmoins, la participation peut également signifier qu'un projet prend une part active aux initiatives et activités d'acteurs locaux»12(*).

Autrement dit, la prise en compte des pauvres, des marginalisés doit être renforcée pour la participation de tous les groupes sociaux, pour que tous les acteurs jouent leur rôle de réalisation des actions. Ainsi, de la manière que les populations participent, les structures d'appui participent elles aussi à la valorisation des initiatives endogènes.

Par ailleurs, dans la dynamique de groupe, la participation est l'effet d'une attitude de la personne qui se trouve dans un groupe. Cette attitude est faite d'acceptation des autres, de volonté, de coopération et de sensibilité aux interactions. Elle consiste à prendre part activement à ce qui se fait, ou se décide dans le groupe. Elle suppose un sentiment de responsabilité personnelle à l'égard de ce qui se passe dans le groupe et donc une implication positive. La participation exige l'accord préalable obligatoire avec les idées ou opinions du groupe. Il existe plusieurs façons de favoriser la participation, et il convient de choisir une méthode appropriée aux objectifs visés.

C'est dans ce sens que nous convenons que le terme participer veut dire prendre part et suppose que l'on est un élément dans un processus où les éléments sont complémentaires. Pour prendre part, pour participer, il est essentiel d'avoir conscience de l'objectif visé, de l'importance de cet objectif et du rôle exact qui lui est assigné.

En somme, on comprend que la participation ou l'implication des populations et autres acteurs aux différentes étapes du processus de développement leur permet de mettre en valeur les droits d'accès et d'utilisation des ressources et d'apporter leur contribution dans la prise des décisions.

Mais lorsque l'on parle de population à la base, quel contenu peut avoir ce concept ?

POPULATION

Une population est un ensemble d'individus de même espèce vivant sur un territoire donné. La population humaine comprend plusieurs couches et catégories dont la liste n'est pas ici exhaustive et varie suivant l'objet de l'étude et des objectifs à atteindre : Les hommes, les femmes, les adultes, les jeunes, les enfants, les riches, les pauvres, les agriculteurs, les artisans, les commerçants, les inaptes ou les personnes en situation de handicap, les orphelins, les leaders d'opinion, les autorités, les analphabètes, les cadres, les groupes organisés.

La population locale comprend les acteurs locaux en présence. Les acteurs ne se limite pas aux seuls élus locaux mais ce sont en plus les organisations, les groupes ou les individus qui soit revendiquent de pouvoir prendre des décisions, soit influencent directement ou indirectement le mode d'exécution ou de gestion d'une décision ou d'une action.

C'est l'« ensemble des individus résidant sur le territoire de la collectivité locale. La population locale ou population à la base est constituée de diverses catégories de personnes physiques. En considérant les âges, nous pouvons distinguer les enfants, les adolescents, les jeunes, les adultes, les personnes de 3ème âge... En considérant les activités socioprofessionnelles et les capacités de mobilisation, il est à noter que les têtes couronnées, les religieux et les leaders politiques sont des leaders d'opinion à qui il faut accorder des attentions particulières dans le cadre de la communication locale ».13(*)

Dans le cadre de la décentralisation au Bénin, les représentants élus de la population sont les conseillers communaux ou municipaux, mais ne peuvent se substituer à elle. Dans ce travail, nous distinguerons : la population locale, les autorités locales qui sont les élus, les services déconcentrés de l'Etat et les structures d'appui au développement.

PLANIFICATION LOCALE

La planification est l'action de planifier, de faire un plan d'action sur une période donnée. Pour Yves ULLMO, « la planification est une méthodologie appliquée à la prise de décisions économiques et sociales. Deux traits la caractérisent : elle vise à introduire plus de cohérence dans la prise de décision et à lui permettre de répondre à des préférences mieux explicitées. Ceci à moyen- long terme ».

La planification locale de développement conduit à l'élaboration du plan de développement local. Dans le contexte de la décentralisation au Bénin, le territoire retenu est la commune. Ainsi dans ce document le plan de développement local est le plan de développement communal.

PLAN DE DEVELOPPEMENT

Le plan de développement est un « document consignant les objectifs à réaliser et les moyens à y consacrer ». Il « peut ne concerner qu'un seul secteur (réseau téléphonique) mais constitue le plus souvent un plan général. Il peut être impératif, incitatif, souple et incitatif »14(*).

Autrement dit, il existe plusieurs types de plan de développement. Qu'il soit général ou sectoriel ou thématique, il est caractérisé par sa souplesse mais aussi par son aspect offensif vis-à-vis des actions de développement.

Dans l'Encadré 2.1 : Prospective, planification, programmation, projection et prévision, se trouve la définition du plan. « Le plan est l'acte d'une collectivité qui soumet les comportements des agents économiques à des objectifs cohérents à terme»15(*).

Pour la SNV16(*), un plan de développement est un cadre retraçant l'ensemble des programmes et projets cohérents et concertés de développement à exécuter en adéquation avec les orientations nationales et régionales et qui précise le but, les objectifs et les stratégies et résultats à atteindre dans un temps donné ainsi que les moyens nécessaires.

Dans la même logique, la Mission de décentralisation ajoute que « le PDC est un instrument qui, en fonction des potentialités et contraintes du milieu, des choix effectués par le conseil communal, la société civile et les partenaires au développement, établit un programme pluriannuel en réponse aux préoccupations de la commune. C'est le résultat d'un processus d'analyse, de «priorisation'', d'arbitrage et de choix tenant compte à la fois des réalités locales, des aspirations des populations et des ambitions des dirigeants17(*)».

En somme, un plan local de développement est un projet collectif qui essaye de définir l'avenir d'une petite région. L'ensemble de la population des localités concernées est invité à y participer même si certains groupes sont plus particulièrement actifs. Celle-ci se fixe un certain nombre d'objectifs de développement tant économique que protection du milieu, de préservation des valeurs sociales et culturelles en fonction de l'évolution qui lui semble souhaitable.

Un plan local de développement fixe, à partir d'une analyse des mécanismes du sous-développement dans la zone considérée et de l'ensemble des problèmes liés entre eux ainsi que des difficultés à s'en sortir, un programme d'action à réaliser et des mesures à prendre pour éviter une aggravation des problèmes. Cela suppose que sa réalisation doit suivre une méthodologie.

Mais qu'est-ce qu'en fait qu'élaborer un plan de développement ?

* 9 DURKHEIM, E. Les règles de la méthode sociologique, P 34, 22ème éd. Quadrige/Puf 149 pages

* 10 GRAWITZ, M. Lexique des sciences sociales, 7ème édition, Dalloz, 2000. P 308

* 11 TOTTE, M. Définitions et enjeux de la coopération décentralisée. Recherche d'une véritable cogestion du développement local ou national, dans Echos du Cota N°88 Août-Septembre-Octobre 2000.

* 12 SCHWEDERSKI, TH. ; KARKOSCHKA, O. ; FISHER, W. Appui à la participation et à l'auto-promotion dans la gestion des ressources naturelles. Margraf Verlag. 1998. P 24.

* 13 OSIWA, CIRD, Renforcement des capacités des élus locaux pour une bonne gouvernance, 2003, 68 P

* 14 GRAWITZ, M. Lexique des sciences sociales, 7ème édition, Dalloz, 2000. PP 316-317

* 15 Bénin 2025 : ALAFIA (Stratégie de développement du Bénin à long terme) Août 2000

* 16 SNV-BENIN, Démarche méthodologique pour la planification locale. Septembre 2000 P. 9.

* 17 Mission de Décentralisation,, Guide pour la planification du développement communal, p.10, 59 pages

précédent sommaire suivant






Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy



La Quadrature du Net