WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Enjeux énergétiques et insécurité dans le golfe de guinée: contribution à l'étude des menaces liées à la ruée vers le pétrole au nigéria.


par Fabrice NOAH NOAH
Universiré de Yaoundé II- Soa - DEA en géostratégie 2013
  

précédent sommaire suivant

A- Historique et rôle des IFI dans le domaine pétrolier :

Les institutions financières internationales (IFI) sont des acteurs importants dans les économies des pays sous-développés. Arrivées en Afrique dans les années 1980, à la suite de la crise du surendettement, elles y sont toujours 30 années plus tard. Les plus actives sur le continent sont le Fonds Monétaire International et Le Groupe de la Banque Mondiale. L'objectif de ces institutions est de permettre, par l'application de politiques d'austérité, un redressement de la situation économique des pays en crise. Elles mettent alors sur pied des initiatives dénommées Programme d'Ajustement Structurels (PAS) destinées à ramener progressivement les Etats à une situation économique équilibrée. Des pratiques comme la privatisation des sociétés d'état ; la libéralisation de l'économie ; la diminution des effectifs de la fonction publique ; la lutte contre les déficits budgétaires et de la balance de paiement sont alors proposées (ou imposées) aux Etats contre une réduction ou une annulation de leur dette.

Le Nigéria est un des nombreux pays africains ayant été contraints par la tutelle financière des IFI. Les politiques de développement adoptées par les dirigeants nigérians dès les premières années de l'indépendance, caractérisées par une volonté d'industrialisation par l'apport de capitaux extérieurs, ont provoqué un surendettement du pays.531Les Agences de Crédit à l'Exportation (ACE) apparaissent à cet effet comme les véritables responsables, avec les autorités politiques nigérianes, de

530 - Le pays est, avec le Cameroun, au coeur du Golfe de Guinée. Cf. annexe n°

531 - Cf. supra

Noah Noah Fabrice, Science po 5, Université de Yaoundé II-Soa. Page 123

Enjeux énergétiques et insécurité dans le golfe de Guinée : contribution à l'étude des menaces liées a la ruée vers le pétrole au Nigéria.

l'important endettement qui a conduit à la perte de l'indépendance économique et financière du Nigéria. En effet, celles-ci détenaient en l'an 2000, 71% de l'endettement extérieur du Nigéria.532 Incapable de tenir ses engagements financiers, auprès des bailleurs de fonds internationaux, le pays a été mis sous ajustement structurel comme la plupart des pays pétroliers du Golfe de Guinée.

Le rôle des institutions financières internationales dans le financement des projets pétroliers est important. Elles accordent généralement des prêts aux pays pétroliers assorties de conditionnalités les engageant à se servir de l'argent du pétrole pour lutter contre la pauvreté. Le Groupe de la Banque Mondiale, par exemple, finance directement les projets pétroliers ; offre une assurance contre le risque politique, ainsi que d'autres garanties, et encourage l'évolution de l'environnement politique et légal des pays pour les rendre plus attractifs aux pays étrangers.533Quelques organismes du Groupe de la Banque mondiale sont particulièrement actifs au Nigéria comme, d'ailleurs, dans la plupart des pays pétroliers d'Afrique : la Banque Internationale pour la Reconstruction et le Développement (BIRD, encore appelée « Banque Mondiale »), l'Association Internationale pour le Développement (AID) et la Société Financière Internationale (SFI). Alors que les prêts de la BIRD sont assortis de taux d'intérêts proches de ceux du marché, l'AID accorde ses prêts aux pays pauvres et à des taux préférentiels.534La Société Financière Internationale est, quant à elle, « la plus importance source d'investissement multilatéral ou bilatéral pour le secteur privé en Afrique, et notamment pour les projets de l'industrie pétrolière. ».535 En 2001, par exemple, le financement de projets pétroliers et gaziers, essentiellement offshores, en Afrique subsaharienne représentait 40% des sommes investies par la SFI dans l'amont pétrolier536soit 336 millions de dollars. Le Nigéria figure parmi les derniers bénéficiaires des investissements pétroliers de la SFI en Afrique pétrolière.537

Les investissements dans le secteur extractif constituent une aubaine financière pour les institutions financières internationales. Ils A titre illustratif, les prêts dans le secteur pétrolier sont par exemple les plus rentables du portefeuille de la SFI.538Au-delà de l'aspect purement financier, l'engagement des IFI dans un projet quelconque représente un avantage symbolique, financièrement rentable, pour les pays. En effet, il sert de « caution morale » aux banques et aux investisseurs privés désireux de s'engager dans ce projet.539 Les pays pétroliers se font alors un devoir de faire appel à ces institutions dans le but qu'elles fassent affluer chez eux les investisseurs pusillanimes. La présence de conditionnalités sociales ou écologiques540dans les prêts accordés par les IFI aux pays pétroliers peut sembler avantageuse pour leurs popula-

532 - Voir Ian Gary et Terry Lynn Karl, le fond du Baril. Boom pétrolier et pauvreté en Afrique, Catholic relief service, juin 2003, p.16

533 - Idem, p.15

534 -Ibid.

535 -Ibid.

536 -Ibid.

537 -Ibid., p.16

538 -Idem

539 -Ibid.

540 - Elles concernent généralement la lutte contre la pauvreté ou la préservation de l'environnement.

Noah Noah Fabrice, Science po 5, Université de Yaoundé II-Soa. Page 124

Enjeux énergétiques et insécurité dans le golfe de Guinée : contribution à l'étude des menaces liées a la ruée vers le pétrole au Nigéria.

tions. Or, la situation de grande pauvreté et la pollution multiforme que connaissent de nombreux nigérians aujourd'hui apparait comme un démenti cinglant de l'engagement social des institutions financières internationales.

B- L'échec des institutions financières internationales dans le processus de développement du Nigéria :

Il est difficile de voir les bénéfices, pour les nigérians, de la présence des IFI dans le secteur pétrolier de leur pays trente ans après leur arrivée. La pauvreté est toujours importante dans le pays et de nombreux nigérians n'ont pas encore accès à des besoins élémentaires comme l'eau, l'électricité, les soins de santé ou même à une éducation de qualité.541 Dans le delta du Niger, les populations vivent dans une précarité que viennent aggraver les conséquences écologiques et économiques de la pollution pétrolière. Le coût humain de l'activité pétrolière au Nigéria traduit le peu d'importance accordée au sort des populations. Ici, comme dans de nombreux autres pays pétroliers du Golfe de Guinée, les bénéfices financiers de l'industrie passent avant le bonheur des populations. Les institutions financières internationales, en leur qualité de premiers partenaires multilatéraux ou bilatéraux du secteur pétrolier nigérian, ont une grande responsabilité dans la situation économique et sociale précaire du premier producteur de pétrole d'Afrique. Elles sont les complices du développement, dans le pays, d'une industrie pétrolière prédominante et surtout incapable de régler le problème du sous-développement.

Les institutions financières internationales, censées oeuvrer pour le redressement des économies des pays en difficultés, se sont montrées incapables d'atteindre leurs objectifs en Afrique comme ailleurs.542 Au Nigéria, elles n'ont pas pu contraindre les autorités politiques et les autres acteurs du secteur pétrolier à assurer le bonheur des populations. Ceux-ci ont fait peu de cas des conditionnalités environnementales ou de développement humain, de ces partenaires financiers, dans la conduite de leurs activités. Les compagnies pétrolières par exemple n'ont pas, ou peu, réalisé leurs promesses d'investissements dans des technologies plus respectueuses de l'environnement ou dans des projets capables d'améliorer significativement les conditions de vie des populations des régions pétrolières. De même, les stratégies de lutte contre la pauvreté mises sur pied par les dirigeants du pays se sont révélées inefficaces depuis plusieurs années. La création de la Commission de Développement du Delta du Niger, censée conduire des projets de développement dans la principale région pétrolière du pays, n'y a pas encore permis une réelle amélioration des conditions de vie des habitants. Malgré cela, les institutions financières internationales continuent d'investir dans l'amont pétrolier, se rendant ainsi complices de l'action des multinationales et des hommes politiques nigérians. Au Nigéria, elles ont privilégié, comme leurs consoeurs les agences de crédit à l'exportation, leurs profits au détriment de l'aspect social et humanitaire de leur activité.

541 -Cf. supra

542 - L'incapacité dont elles font preuve dans la résolution de la crise de la dette en Grèce, en Espagne, au Portugal ou en Italie témoigne de leur inadaptation aux évolutions actuelles du monde et du caractère irréaliste et improductif de leurs missions.

Noah Noah Fabrice, Science po 5, Université de Yaoundé II-Soa. Page 125

Enjeux énergétiques et insécurité dans le golfe de Guinée : contribution à l'étude des menaces liées a la ruée vers le pétrole au Nigéria.

La solution à l'échec de l'action des institutions financières internationales au Nigéria réside dans un changement radical de leurs priorités. Elles devraient se monter plus fermes face aux autorités politiques et aux compagnies pétrolières internationales et n'entretenir des relations économiques et financières qu'avec les « bons élèves ». Elles pourraient par exemple les obliger à faire des efforts supplémentaires en matière de transparence dans les transactions financières. Le suivi des recommandations de la NEITI543 doit constituer, à cet effet, la base de leur engagement avec un quelconque partenaire pétrolier. L'intensification de la lutte contre la pauvreté et les détournements de fonds doit être une des conditionnalités de leurs prêts. Les IFI ont l'obligation, pour la réussite de leur mission, de demander aux autorités politiques des gages de leur engagement plus ferme à lutter contre les crimes économiques. Le renforcement des capacités des organismes de lutte contre la corruption et de la société civile doit être recommandé et encouragé à cet effet. En outre, les institutions financières internationales ne peuvent réaliser leur objectif de lutte contre la pauvreté qu'en exigeant de leurs partenaires un plus grand investissent dans des projets de développement. Les missions de contrôle de l'application des promesses des acteurs du secteur pétrolier nigérian, en matière de développement, doivent se faire plus régulières et surtout appliquer des sanctions fermes à l'endroit des contrevenants. Les institutions financières internationales pourront alors prouver, par leur engagement à l'amélioration des conditions de vie des nigérians, l'utilité de leur présence dans le pays et leur capacité à y promouvoir bonne gouvernance et transparence. L'oeuvre de dénonciation qu'effectuent les organisations non gouvernementales mérite également d'être améliorée.

Paragraphe 3 : Le rôle des Organisations non gouvernementales dans la défense des populations locales.

précédent sommaire suivant