WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Enjeux énergétiques et insécurité dans le golfe de guinée: contribution à l'étude des menaces liées à la ruée vers le pétrole au nigéria.


par Fabrice NOAH NOAH
Universiré de Yaoundé II- Soa - DEA en géostratégie 2013
  

précédent sommaire suivant

B- L'impact économique du pétrole au Nigéria :

Pays originellement agricole, le Nigéria a construit son économie sur la culture du cacao, du café, et de l'arachide. Les régions situées au nord et à l'ouest, spécialisées dans ces cultures, constituaient alors le poumon économique du pays. Ce n'est qu'au cours des années 1960 que la tendance va être inversée, avec une nette domination du pétrole dans l'économie. Aujourd'hui, il représente près de 83% des revenus du gouvernement fédéral, 95% des revenus d'exportation, un peu plus de 40% du produit intérieur brut,105 et 70 à 80% des recettes budgétaires du pays.106 L'importance des revenus du pétrole dans l'économie nigériane est en partie due à la tendance à la hausse que connait le prix du baril depuis quelques années. A partir de 2002, par exemple, les ventes de pétrole ont provoqué une nette augmentation du PIB. Selon la Banque Mondiale, le PIB du Nigéria aurait atteint en 2004 le chiffre record de 71 milliards de dollars, contre seulement 58,4 milliards une année plus tôt et 46,7 milliards en 2002.107 La Banque centrale du Nigéria estimait les réserves en devises du pays à plus de 16 milliards de dollars au début de l'année 2005, contre 9 milliards une année plus tôt. C'est dire le grand flux de moyens financiers que connait le pays, grâce à ses énormes potentialités pétrolières.

Le pétrole apparait alors comme une importante source de revenus pour le Ni-géria. Au regard de son impact sur l'économie, il est possible d'affirmer que la stabilité à la fois politique, économique et sociale108du pays dépend de la gestion de cette ressource minérale non renouvelable. La grande dépendance du Nigéria aux recettes pétrolières a des conséquences sur les autres segments de son économie. Si le pétrole ne représente que 40% du PIB nigérian, le facteur déstabilisant de celui-ci sur les autres activités économiques est important. En effet, l'existence d'une rente pétrolière et des immenses revenus qu'elle produit tend à rendre non compétitifs les autres segments de l'économie. Cette situation, connue sous le nom de «syndrome Hollandais » en anglais dutch disease, est la conséquence d'une économie dominée par des moyens financiers ne résultant pas d'activités économiques à valeur ajoutée. Les autres secteurs économiques deviennent alors non, ou très peu, compétitifs. L'agriculture par exemple, est victime de la négligence des autorités politiques qui se contentent d'investir dans le secteur pétrolier, et surtout, d'en capter la rente. Environ 33% des terres émergées du Nigéria sont irrigables.109 Or, seulement 1% d'entre

105 - Ian Garry et Terry Lynn Karl, Le fond du baril. Boom pétrolier et pauvreté en Afrique, catholic relief services, Juin 2003, p.25.

106 - Voir Philippe Sébille Lopez, « les hydrocarbures au Nigéria et la redistribution de la rente pétrolière », in Afrique contemporaine, n° 216, avril 2004, p.

107-World development indicators Database, Banque Mondiale, juillet 2005.

108 - les troubles sociaux causés par la tentative en janvier 2012, des autorités politiques de supprimer les subventions pétrolières et du même fait, d'augmenter le prix des hydrocarbures, le prouvent suffisamment.

109 - Ewah Otu Eleri, Renforcer la résilience énergétique et écologique au Nigéria, Hélio international/Nigéria, 2007, p.14

Noah Noah Fabrice, Science po 5, Université de Yaoundé II-Soa. Page 26

Enjeux énergétiques et insécurité dans le golfe de Guinée : contribution à l'étude des menaces liées a la ruée vers le pétrole au Nigéria.

elles le sont effectivement, réduisant ainsi les capacités agricoles du pays.110Maïs, riz, sorgho, arachide, millet, manioc, igname, huile de palme sont alors produits en-deçà des potentialités et surtout des besoins du Nigéria. Le pays est aujourd'hui un importateur net de produits alimentaires.111 Il est même depuis 1980 le premier importateur de produits alimentaires d'Afrique subsaharienne.112

En outre, le faible impact de l'activité pétrolière sur l'emploi local, n'assure pas une reconversion certaine à ceux des travailleurs qui viendraient à perdre leurs emplois. En effet, l'industrie pétrolière est considérée comme une « enclave économique »113 à cause, entre autres, de la grande technicité de son industrie réclamant une main d'oeuvre qualifiée et faible. La plupart des habitants des zones d'exploitation travaillent hors du circuit pétrolier. L'impact négatif du pétrole sur l'agriculture, la pisciculture ou la pêche114 vient détruire les moyens de subsistances des populations riveraines et augmenter, par le même fait, les taux de chômage et de pauvreté parmi celles-ci. Les énormes revenus pétroliers provoquent une inflation galopante en période de prix de baril haut, diminuant considérablement le pouvoir d'achat des nigérians.

Le Nigéria pétrolier est sans conteste au coeur de nombreux enjeux nationaux et internationaux. Les prix hauts115du baril de pétrole sur le marché international en boostent l'industrie, tandis que ses importantes réserves de pétrole permettent de croire au maintien de son dynamisme. Les acteurs du secteur pétrolier sont alors de plus en plus nombreux dans un environnement concurrentiel.

précédent sommaire suivant