WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Les AVC au Maroc: etude des maladies à  risque et analyse des déterminants du degré d'handicap


par Rajae TOUZANI
CERDI / LASAARE - Master 2 économie de la santé et développement international  2013
  

précédent sommaire suivant

I.2.L'EVALUATION DES SEQUELLES

I.2.1. LES INDICATEURS DE MESURE DE L'HANDICAP

L'évolution d'un AVC mène à une régression partielle voire totale des déficits fonctionnels et peut même conduire à la mort. À en croire aux données internationales, sur une longue période la moitié des survivants d'un AVC seront dépendants, ce qui fait de cette maladie la première cause d'handicap dans le monde28. Vu le nombre important des séquelles physiques et neurologiques causées par cette maladie certaines recherches ont été consacrées à la mesure de ces handicaps.

Plusieurs échelles ont démontré la fiabilité et la validité de l'évaluation de l'handicap causé par l'AVC, y compris le National Institutes of Health Strock Scale (NIHSS), le Score Rankin modifié (MRS), l'indice de Barthel (BI), le Glasgow Outcome Scale (GOS), et Strock Impact Scale (SIS). La connaissance de ces échelles, par les neurologues, permet d'améliorer la prise en charge clinique du patient après un AVC. L'intérêt de ces derniers en pathologie neurovasculaire est de quantifier, dés la phase aiguë de l'AVC et plus précisément de l'infarctus cérébral, des prédicteurs de morbi/mortalité, ce qui peut amener à une modification de la prise en charge thérapeutique.

Chaque échelle est unique. Dans la pratique, le NIHSS est utile pour le pronostic précoce, tandis que la BI est utile pour planifier des stratégies de réadaptation. Le MRS et le GOS fournir des mesures sommaires de résultat et peut-être la plus pertinente pour les cliniciens et les patients qui envisagent une intervention précoce. Le SIS a été conçu pour mesurer la perspective du patient sur les effets de l'AVC.

Au niveau de l'étude AVC/Maroc les neurologues ont évalué l'handicap des 127 cas d'AVC avec les deux échelles : l'index de Barthel et le score Rankin. Nous utilisons pour nos analyses les résultats obtenus suite à l'échelle Rankin modifiée.

I.2.2. LE SCORE RANKIN MODIFIE

L'échelle de Rankin a été conçue en 1957 pour l'évaluation des conséquences des AVC, et a été modifiée en 1988 pour améliorer son utilité. La version modifiée, ou MRS, a depuis été couramment utilisée pour évaluer l'invalidité après un accident vasculaire cérébral. Le score Rankin tente de mesurer l'indépendance fonctionnelle, intégrant les composantes de l'OMS de

28 Selon l'Organisation Mondiale de Santé (OMS)

42

la fonction corporelle, l'activité et la participation. L'évaluation de l'handicap à l'aide de cette échelle est moins contraignante et moins coûteuse. Le recueil des informations peut se faire auprès des patients par téléphone ou par courrier, sans avoir besoin de revoir le patient. Ce qui peut être très intéressant pour des études épidémiologiques sur de larges populations.

L'indicateur Rankin est coté de 0 à 6.

- Un score de 0 : signifie que le patient n'a aucun symptôme d'handicap.

- Un score de 1 : pas de handicap important, malgré des symptômes, en mesure

d'effectuer toutes les tâches habituelles et les activités

- Un score de 2 : incapacité légère, impossible d'effectuer toutes les tâches, mais

capable de vaquer à ses occupations sans aide.

- Un score de 3 : incapacité modérée, nécessite un peu d'aide, mais capable de marcher

seul.

- Un score de 4 : invalidité modérée, incapable de marcher sans aide, et incapable de

gérer ses besoins corporels sans assistance.

- Un score de 5 : invalidité sévère, rivé au lit et nécessitant une surveillance et des soins

de nursing permanents.

- Score 6 : correspond à la mort du patient.

Les neurologues considèrent que tous les patients ayant obtenu un score supérieur ou égal à 3 sont déclarés porteurs d'un handicap sévère. Donc notre variable handicap sera dichotomisée en handicap grave contre pas grave.

SECTION II : LES DETERMINANTS AGGRAVANT LE RISQUE D'HANDICAP D'UN AVC : APPLICATIONS SUR LES DONNEES RECUEILLIES

A partir de la base de données « AVC (volet médical) », réalisée en 2008/2009, nous allons essayer d'analyser l'effet des caractéristiques individuelles et d'environnement (sexe, âge, milieu de résidence) et celui des facteurs de risque qui permettent d'expliquer la sévérité de l'handicap: notamment les antécédents médicaux...etc.

Les caractéristiques de notre échantillon se présentent comme suite, sur 60 031 personnes enquêtées, 127 ont eu un AVC durant les 12 derniers mois dont 57,94% ont gardé un handicap sévère. L'âge moyen des individus de notre échantillon est de 66,5 ans. Les hommes présentent un risque un peu plus élevé d'AVC que les femmes (51,97% contre 48,03%). On

43

remarque aussi qu'il y a eu plus de cas d'AVC au niveau rural qu'au milieu urbain et périurbain, où on a enregistré que 16 cas d'AVC.

précédent sommaire suivant