WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Réflexion sur la prise en compte du changement climatique à  Rennes : eau, végétation & àŪlot de chaleur urbain


par Thibaut FILLIOL
Université de Strasbourg - Master 2 Géographie Environnementale 2016
  

précédent sommaire suivant

2.2 Des changements observés à toutes les échelles

Au niveau global, les prévisions du GIEC pour la période 2016-2035 indiquent une augmentation entre +0.3°C et +0.7°C par rapport à la période 1986-2005. À l'horizon 2050, on estime une élévation moyenne des températures de surface entre +0.4°C et +2.6°C. En 2100, l'augmentation pourrait atteindre +4.8°C dans le cas des scénarios les moins optimistes.

Le changement climatique ne s'exprime pas de la même manière à tous les endroits du globe. D'ailleurs, certains débats entre spécialistes existent encore sur certaines thématiques précises. Les scientifiques s'accordent cependant à dire que le réchauffement sera plus marqué sur les continents que sur les océans (maximal prévu pour les régions arctiques).

Selon les modèles du GIEC, on observerait un réchauffement marqué et une diminution des précipitations sur les régions méditerranéennes pendant la période estivale. Le risque de sécheresse sur le sud de la France, l'Espagne et l'Italie devrait être accentué, tandis que certaines régions nordiques (la Scandinavie par exemple) verraient leur part de précipitations augmenter (Annexe 9).

La France n'est pas épargnée par ce réchauffement global, même si elle n'est pas impactée de la même manière sur toutes ses régions.

On observe une augmentation de +0.1°C par décennie depuis le début du 20ème siècle sur le territoire national. Cette augmentation a subit une accélération pour atteindre +0.6°C par décennie sur la période 1976-2003 (Dandin, 2006). Les régions du sud sont particulièrement exposées par l'augmentation des températures, avec un risque de sécheresse accru.

En se penchant de plus près sur l'évolution des températures vers la fin du 20ème siècle, on distingue bien une augmentation des anomalies positives après les années 1980, bien qu'on relève également une certaine variabilité naturelle entre chaque année (Figure 5).

Figure 5 : Évolution de l'anomalie de température annuelle moyenne en France au 20ème siècle, sur la normale climatique 1961-1990 (Météo-France)

21

En ce qui concerne les précipitations, les choses paraissent moins évidentes. On dégage néanmoins une tendance à la diminution des volumes d'eau précipités sur le sud de la France et des augmentations ponctuelles sur certains départements du nord du pays (Figure 6).

Figure 6 : Évolution des précipitations depuis un
siècle en France (Météo-France)

Les observations au niveau national tendent à se rapprocher de celles qu'on constate au niveau du Grand Ouest et de la région Bretagne. De ce fait, on observe bien le même réchauffement depuis la fin des années 1980, avec des écarts supérieurs à la normale climatique (Figure 7).

Figure 7 : Écarts à la normale (1971-2000) des valeurs moyennes annuelles de températures maximales quotidiennes (en haut) et minimales quotidiennes (en bas) sur l'Ouest de la France

(Météo-France)

Concernant les simulations climatiques des modèles et quelques soient les types de scénarios, on remarque une augmentation des températures, plus ou moins marquée (Figure 8).

Figure 8 : Évolution des températures l'après-midi en été, selon les scénarios du GIEC à
l'horizon 2080 (Météo-France)

La simulation des précipitations à l'horizon 2080 prévoit une baisse des pluies (Figure 9). Il faut cependant rester prudent quant à l'interprétation des résultats. La pluviométrie est un facteur plus difficile à mesurer et à modéliser que les températures (importante variabilité spatiale) et les effets du changement climatique sur cet élément sont encore difficiles à appréhender (Baraer, 2013).

 

22

Figure 9 : Évolution de la pluviométrie moyenne annuelle, selon les scénarios du GIEC à
l'horizon 2080 (Météo-France)

Dans tous les cas, il risque d'y avoir plus de sécheresses estivales en Bretagne, compte tenu de l'augmentation des températures.

À Rennes, on retrouve cette variabilité climatique naturelle d'une année à l'autre, bien qu'on constate comme pour les échelles précédentes une augmentation des températures au cours du dernier siècle (Figure 10). On relève ici une augmentation de plus de 1.5°C entre 1880 et 2011.

Figure 10 : Évolution des températures moyennes annuelles à Rennes, sur la période
1879-2011 (en haut) et zoom sur la période 2000-2011 (en bas) (Météo-France)

Au niveau des précipitations, on constate que plusieurs années déficitaires succèdent à plusieurs années excédentaires (Figure 11).

23

Figure 11 : Écarts à la normale (1971-2000) des précipitations à Rennes (Météo-France)

24

Comme dit précédemment, il est plus compliqué de définir une tendance sur ce paramètre et le graphique ci-dessous le montre clairement.

Au travers de l'observation de l'évolution des températures à différentes échelles, on constate une tendance à l'augmentation de ces dernières. En effet, les dix années les plus chaudes depuis 1946 sont toutes postérieures à 1989 (Dubreuil & Planchon, 2008). Il reste cependant plus difficile de définir l'évolution des précipitations, comme cela a pu être soulevé à plusieurs reprises dans les paragraphes précédents.

Après ces observations, il semble important de préciser que la région Bretagne n'apparaît pas comme la région de France la plus touchée par le changement climatique, comme peut l'être actuellement le Sud de la France. En revanche, l'acceptation de son existence est l'essence même des réflexions qui mûrissent au sein du territoire, quant à l'adaptabilité de celui-ci vis-à-vis des évolutions climatiques futures.

Enfin, on insistera sur le fait qu'il existe bien une variabilité climatique naturelle, qui s'exprime d'une année à l'autre et qu'il est donc nécessaire d'envisager le changement climatique sur un temps long (Merot, Dubreuil & al., 2012).

L'évolution plus ou moins marquée selon les régions des différents paramètres climatiques entraîne des répercussions à plusieurs niveaux. Celles-ci préoccupent d'ailleurs de plus en plus les acteurs du territoires, qui réfléchissent à la question de la vulnérabilité des sociétés et de leur environnement sur lequel elles reposent.

précédent sommaire suivant